Aînés

  • Fête de Noël chez les pensionnés de Montzen.

    Comme chaque année les pensionnés de Montzen se sont retrouvés pour fêter Noël.

    Ce sont plus de cinquante personnes qui se sont réunies à la salle du Cercle Paroissial pour partager ensemble un délicieux repas, préparé pour eux à midi. Dans une ambiance musicale, créée par l’accordéoniste local M. Mossoux, les convives ont partagé un bon moment.

    Une surprise fut réservée aux dames présentes, le comité leur offrit une superbe rose. Il faut souligner le dynamisme du comité formé par Jacques Palm, président, Louis Sameese, vice- président, Hubert Renkens, secrétaire, Gérard Mannens, trésorier, et Léonard Rocks, commissaire.

    Tous se sont quittés en remerciant le comité et en espérant se revoir lors des réunions mensuelles.

     

    L.B.

     

  • Vernissage d’une exposition photographique à la maison de repos Régina

    « La magnificence de la vieillesse en maison de repos »

    Le samedi 22 septembrede 14 heures à 17 heures, le personnel du Rez-de-chaussée de la maison de repos Régina ainsi qu’un couple de photographes organisent le vernissage de leur exposition photographique. Le but de ce projet est  de valoriser la vieillesse en donnant une image positive et attractive du « bien-vieillir ». Notre souhait est donc de représenter la vie dans notre institution sous un autre jour en vous offrant un nouveau regard sur la vie de nos aînés et de leurs soignants.

     

    Maison de repos Régina

    Rue du Calvaire 1

    4850 Moresnet

    Tél : 087.78.94.00

    regina0@inago.be

     

    Entrée libre

  • Une résidence-service cogérée par les seniors

    La résidence-service « La Colombe », a ouvert ses portes en février dernier à deux pas de la maison de repos Regina, à Moresnet. La particularité de cet établissement, c’est qu’il est en partie géré par ses 17 résidents âgés d’entre 66 et 91 ans. Un projet pilote en Belgique qui s’inspire d’un modèle suédois « Tubbemodellen ».

    Priorité aux Plombimontois.

    Une page de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 14 août 2017.

  • Barbecue annuel D’ALTEO

    QUAND?​​ Dimanche 16/09/2018

     

    OU?​​ Hombourg Salle St-Brice

    Rue de Belven 12

    4852 Hombourg

     

    HEURE?​ À partir de 12 heures

     

    PRIX?​​ 15 €/ adultes

    ​​​5 €/ enfants (= 1 saucisse)

    Payement sur le compte BE36 7925 3965 2781

     

    RESERVATION?Réservation souhaitée auprès de 

    Liliane Herzet au 0032

  • Un senior bus neuf pour les PMR

    Avec plus de 300.000 bornes au compteur, le senior bus du Rotary Plombières-Welkenraedt ne fera plus de vieux os. Il assure les déplacements des personnes à mobilité réduite de tout âge et tout handicap, y compris ceux qui se déplacent en voiturette, au départ des communes de Welkenraedt, Aubel, Plombières et La Calamine. Du coup, le Rotary a financé, en grande partie, l’acquisition d’un nouveau bus.

    Le nouveau véhicule sera bientôt mis en circulation : on attend le certificat d’immatriculation. Il est géré par l’intercommunale Inago (l’ancienne AIOMS). Il desservira les maisons de repos de ces communes, soit les quatre d’Inago (deux à Moresnet, La Kan à Aubel et celle de La Calamine), mais aussi Léonard de Vinci à Welkenraedt ainsi que Pannesheydt (Plombières) et Belœil (Henri-Chapelle).

    D'un article d'Yves BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 26 mai 2018.

  • EN MINIBUS AU MARCHE !

    Ce service s'adresse à TOUS les aînés de la commune de Plombières. Qu’ils souhaitent passer un bon moment en groupe au marché ou tout simplement faire les achats hebdomadaires.

    Ce service s’adresse aussi aux personnes isolées ne disposant ni d’un véhicule, ni d’une ligne de bus à proximité de leur domicile.

    En pratique ?
    Le minibus dispose de 8 places et vous amènera aux marchés locaux selon le programme ci-contre GRATUITEMENT. Nous venons vous chercher chez vous ! C’est pourquoi nous vous demandons de vous tenir prêt dès 9h30. Le retour est prévu pour 11h30 au départ du marché.

    Comment réserver ?
    Pour bénéficier de ce service, vous devez réserver votre place au moins 5 jours avant la date mentionnée dans le tableau sur l'affiche. Vous pouvez contacter le Plan de Cohésion Sociale au 087/33.96.64 ou pcsplombieres@gmail.com.

  • Inago invite

    Les Résidents et le Personnel de La Kan ont le plaisir de vous inviter à leur traditionnel repas gastronomique d’automne, organisé au profit du Comité de Loisirs des Résidents.

    Dates : le samedi 21 octobre 2017, à 18h, et le dimanche 22 octobre 2017, à 12h

    Lieu : Salle « La Kan’buse » au 3 e étage de la Résidence La Kan

    (accès au niveau -1 par l’entrée réservée au personnel, à l’arrière du bâtiment)

    Prix : 25 € pour les adultes et 12 € pour les enfants (potage-plat-dame blanche)

    Boissons proposées à un prix démocratique

     

     

    (Le repas est offert aux résidents qui mangent dans la salle)

    Les places seront limitées et la réservation est indispensable.

    Capture d’écran 2017-10-06 à 10.23.41.png

    Renseignements : N’hésitez pas à nous contacter au 087/30.62.00 ou à l’adresse électronique la.kan@inago.be.

  • Une ASBL mêlant public et privé

    Cinq acteurs issus du secteur public et du secteur privé ont créé ensemble l’ASBL Kathleos afin de gérer deux maisons de repos dans le nord de la communauté germanophone. L’une d’entre elles, l’institut Sainte-Catherine, est implantée à Lontzen, tandis que la seconde, la résidence Leoni est en construction à La Calamine. La nouvelle ASBL a été présentée hier soir.

    « La mise en commun de compétences du secteur public et du secteur privé pour la gestion de maisons de repos est une première dans le sud du pays. En fait, cinq acteurs publics – les communes de Lontzen, de La Calamine, leurs CPAS respectifs et l’intercommunale Inago qui détient trois maisons de repos se sont associés à un acteur privé, l’institut Sainte-Catherine. Ils créent une nouvelle ASBL, Kathleos, qui gérera l’institut Sainte-Catherine et la maison de repos en construction à La Calamine », explique Jean-Marie Kohnen, directeur général de l’intercommunale Inago.

    L’objectif de ces synergies est de mutualiser les dépenses avec, par exemple, une cuisine ou une laverie commune aux deux maisons de repos.

    « Alors que l’intercommunale Inago dépend de la Région wallonne, le financement des maisons de repos a été transféré à la Communauté germanophone. Le bilinguisme sera donc de rigueur », assure Jean-Marie Kohnen.

    Inago représente actuellement 300 places en maisons de repos, à Plombières et Aubel et 300 membres du personnel. L’institut Sainte-Catherine compte, lui, 100 places et emploie 100 personnes. Nonante places et une centaine de membres du personnel devraient venir s’y ajouter en 2019 avec l’ouverture de la maison de repos à La Calamine.

  • « Résidents oubliés et nomades »

    Trois autres premières wallonnes à Saint-Joseph

    Capture d’écran 2017-02-15 à 08.19.25.pngInago n’en est pas à sa première évolution visant à mieux prendre en charge ses résidents. Depuis juin 2016, elle propose en effet trois autres projets innovants, qui, explique Jean-Marie Kohnen, sont tous des premières en Wallonie. Il s’agit de trois unités de vie différenciées qui permettent une prise en charge mieux adaptée selon les individus. Elles sont implantées dans la maison de repos et de soins Saint-Joseph de Moresnet.

    Il s’agit de trois groupes d’une vingtaine de lits visant ce qu’on pouvait appeler jusqu’à une date récente « les résidents oubliés et nomades », qui étaient ballottés d’un endroit à l’autre, sans réel suivi adapté.

    Une unité de psychogériatrie, pour des personnes âgées ayant un comportement nécessitant un suivi psychiatrique. Souvent, on les retrouve dans les hôpitaux généraux et psychiatriques, mal adaptés. D’où inconfort pour le patient et sa famille et coût important pour la santé publique.

    Une unité pour personnes souffrant d’une pathologie neurologique grave. Avec des lits pour personnes dans le coma et des projets chorée de Huntington et sclérose en plaques, par exemple.

    Une unité pour personnes jeunes ayant un handicap physique ou mental très profond (par exemple à la suite d’un accident de circulation) et nécessitant un suivi constant. Pour ces deux dernières catégories, les patients n’ont dans bien des cas pas atteint leur soixantième année.