Le plombimontois Jérémy revient sur son aventure dans « L’amour est dans le pré »

Cette année, la huitième saison de l’amour est dans le pré comptait un prétendant verviétois en la personne de Jérémy Gerckens (Plombières) choisit par l’éleveur de chevaux Maxim. 

Malheureusement, les choses ont mal tourné entre les deux si bien qu’aujourd’hui Jérémy ne comprend toujours pas pourquoi il a été choisi de semaines en semaines. Il garde malgré tout un bon souvenir de cette pre- mière expérience télévisuelle.

Ce mardi RTL-TVI diffusait le dernier épisode de la huitième saison belge de l’amour est dans le pré, une saison qui aura d’ailleurs bat- tu des records d’audience. Cet épi- sode « retrouvailles », voyait Maxim, le prétendant homo- sexuel, revenir sur son aventure avec Jérémy. Les deux candidats se sont finalement séparés après leur escapade dans les Pouilles qui ne fût pas concluante, « il n’avait pas assez de caractère pour moi », a affirmé Maxim.

Capture d’écran 2016-12-08 à 07.42.47.png

 

Certains ne le savent peut-être pas, mais Jérémy Gerckens, le prétendant de Maxim vient de la région verviétoise. Il habite Plombières et est coiffeur dans le Grand Bazar. Nous l’avons rencontré pour revenir avec lui sur son émission.

« C’est mes parents qui m’ont poussé à participer à l’émission. J’avais un peu suivi les autres saisons, mais ma mère m’a dit que cette année, il y avait un candidat homosexuel alors j’ai envoyé une lettre, sans grand espoir que ça fonctionne », nous explique-t-il.

Une fois les lettres reçues, Jérémy a été une première fois surpris lorsqu’il a appris qu’il était sélectionné pour le speed-date. Là-bas, il a rencontré Maxim pour la première fois mais ils n’ont parlé que « deux minutes, c’était assez rapide ».

Là encore, il a été choisi parmi les 10 prétendants qui ont continué l’aventure. Au fil des épisodes, les éliminations se multiplient mais le Plombimontois reste et est finalement choisi pour partir en Italie avec l’éleveur de chevaux.

« C’était assez surprenant pour moi. C’est la première fois que je voyageais, que je prenais l’avion également. Je n’avais plus tous mes repères », insiste-t-il. Jusque-là, sa relation avec Maxim ne se passait pas très bien. Lui, ainsi, que les autres prétendants, ne sentaient pas Maxim très investi dans l’émission.

« En voyage, je me suis dit que j’allais le découvrir autrement mais ce n’est pas du tout ça qu’il s’est passé », continue le Plombimontois. Les téléspectateurs attentifs ont certainement encore en tête l’altercation qui a vu le coiffeur fondre en larmes devant les caméras. « J’étais vraiment à bout. Je ne pouvais plus le supporter lui et ses critiques. Je sais qu’il est comme ça mais pour moi, c’en était trop. Finalement, on a mis les choses à plat entre adultes et j’ai gardé ma dignité. Je ressors grandi de cette émission même si je ne comprends toujours pas pourquoi Maxim a participé à l’émission. Il n’était pas investi et ne s’occupait absolument pas de nous », raconte Jérémy Gerckens.

Capture d’écran 2016-12-08 à 07.42.54.pngMalgré tout, le jeune de 20 ans garde un bon souvenir de cette première expérience télévisuelle. « Même si je n’ai évidemment plus de contact avec Maxim, j’en garde avec beaucoup d’autres candidats dont l’autre Jérémy que je dois revoir sous peu. Point de vue humain, c’est réellement quelque chose de chouette ce qui m’est arrivé. Au final, même si je n’ai pas encore trouvé l’amour, j’ai rencontré de belles personnes », s’amuse le Plombimontois. Il n’exclut d’ailleurs pas un retour à la télévision si l’expérience se représente, « mais plus dans la téléréalité », assure-t-il.

Et de conclure : « certaines personnes me reconnaissent dans la rue, c’est assez déroutant. Mais ils sont souvent bienveillants et puis je pense que ça a permis de montrer que les homosexuels sont des personnes “comme tout le monde” (sic), et rien que pour ça, je suis content d’avoir fait l’émission. » 

LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 8 décembre 2016

Les commentaires sont fermés.