« Le plus beau de Belgique »

Olivier Remacle ne peut qu’être ravi de la performance qu’il a réalisée samedi à la Bouillonnante, un trail très relevé disputé à Bouillon et dans ses environs. Il a en effet terminé deuxième derrière l’inaccessible Français Michel Lanne, au terme de plus de 4h20 d’effort intense. « On savait qu’on n’aurait pas su le suivre », sourit le citoyen de Montzen, qui a par contre réussi à devancer Nicola Bucci, auteur d’une grosse perf’ au Ventoux il y a une quinzaine de jours et vainqueur de la Bouillonnante 2016 sur le parcours de 72 kilomètres. « C’était une grosse course, bien relevée. Au début, je suis parti à mon rythme. À Bouillon, je visais initialement un top 5, voire un top 3. C’est donc mieux qu’espéré et je ne pensais pas réussir ça ; je pensais finir derrière Nicola Bucci, avec qui je m’entends bien », raconte l’ancien joueur de foot de Spa et d’Aubel.

Soutenu par sa femme et sa fille, le citoyen de Montzen est arrivé le vendredi soir sur place, le départ du trail étant donné à 8 heures le samedi matin.

Et de nous situer un peu le contexte de cette Bouillonnante : « Cette épreuve figure dans le même challenge que le Mont-Blanc. En Belgique, je n’avais jamais couru avec 3.000 participants (NDLR : toutes distances confondues). C’est le plus gros trail de Belgique et le plus beau. Je dirais même que, depuis que je cours, c’est la plus belle course à laquelle j’ai pris part ! La Bouillonnante, c’est un dénivelé de 2670 mètres sur un parcours de 50 kilomètres », signale Olivier Remacle, qui n’a pas disputé beaucoup de courses jusqu’à présent cette année, se focalisant sur l’entraînement alors que son grand objectif 2017, c’est le Mont-Blanc à la fin du mois de juin. Une épreuve de prestige pour laquelle il est sélectionné. « Je suis déjà bien. La Bouillonnante était une bonne préparation, un bon test. Lors des Crêtes de Spa, il y a un mois, j’avais ressenti des crampes, ce qui n’a pas été le cas cette fois. D’ici l’épreuve du Mont-Blanc, je ferai des entraînements et sans doute quelques trails dans le coin, dont celui d’Aywaille. »

On ne le verra par contre pas à l’œuvre lors des championnats du monde à la mi-juin : sélectionné, il a préféré faire l’impasse.

Commentaires

  • Son frère maxime termine le même jour le Trail de la Reid ( 57km) à la troisième place en 5h18,56 sec

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel