WalZinc envisage une réouverture de mines de zinc et de plomb à Plombières et La Calamine

Capture d’écran 2017-10-06 à 08.07.46.pngLes mines de zinc et de plomb, qui font partie de l’histoire de plusieurs communes de la région comme Plombières et La Calamine, pourraient bien revivre. C’est en tout cas le projet de la société WalZinc qui devrait prochainement demander un permis de recherches de minerais de métaux non-ferreux sur le territoire des communes de Plombières et de La Calamine.Capture d’écran 2017-10-06 à 08.00.39.png

Il y avait foule ce mercredi soir dans la salle du conseil à Plom-bières. Environ 300 personnes s’y étaient réunies pour assister à une réunion d’information au sujet d’un projet porté par la société belge WalZinc, dont le siège social est implanté à Wavre. Une réunion d’information préalable dont l’intitulé peut paraître flou : « demande de permis de recherches de minerais de métaux non-ferreux par prospection géophysique et géochimique et forage sur quatre territoires situés en province de Liège : Hombourg, Gemmenich, Plombières et La Calamine ».

En clair, la société dirigée entre autres par Noël Masson CEO de la Vieille Montagne et de l’Union Minière, entend investir un montant de 7 millions d’euros pour procéder à des recherches de gisements de zinc et de plomb qui n’ont pas encore été exploi-tés. Ces recherches, qui s’étendraient sur une durée de cinq ans, devraient s’effectuer dans un premier temps avec des méthodes « non invasives », telles que la gravimétrie et le magnétisme, des méthodes électriques ou encore des échantillonnages du sol. En fonction des résultats obtenus, pourraient alors s’en suivre des forages.

Ces recherches et un investissement aussi important ne sont évidemment pas vains. L’entreprise espère ainsi découvrir des ressources suffisantes pour pouvoir relancer l’exploitation minière sur le territoire de ces communes.

PLB Capture d’écran 2017-10-06 à 08.09.15.png« Pour l’instant, il n’est pas encore question de rouvrir les mines. Le dossier que nous allons déposer concerne uniquement la demande d’un permis de recherche », assure Geert Trappeniers, également à la tête de WalZinc.

Les riverains, à qui le projet a été présenté, avant qu’ils ne puissent poser des questions pour la plus grande majorité concernant une probable exploitation minière, se sont montrés plutôt opposés au projet. Durant près d’une heure trente, ils ont fait part de leurs craintes et de la volonté de ne pas voir ce projet se concrétiser. « Rien que l’annonce de cette réunion a fait diminuer la valeur de nos terrains et maisons », s’est ainsi insurgé un citoyen. D’autres se sont tracassés des différentes nuisances que pourrait engendrer l’exploitation minière.

Les habitants des communes concernées disposent de 14 jours pour faire part de leurs remarques et craintes à leur administration. Ces dernières seront alors transmises à la Région wallonne et jointes au dossier. Le projet de recherche fera alors l’objet d’une enquête publique. 

Une page de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 octobre 2017

Commentaires

  • Je voudrais avoir des informations sur:
    1) les nuisances sonores que cela pourrait engendrer ainsi que qualité de l'air car le plomb et le zinc sont mauvais pour la santé.
    Car là où se trouvent ses minerais rien ne pousse n'y a la surface n'y dans le sol. La nature ne peut s'y développer.

    2) On essaie de limiter et même d'interdire le plomb dans pas mal de produits tel que l'essence la couleur...... tous cela pour notre santé. Pourquoi vouloir absolument en extraire et ne pas trouver une autre solution ?

    3) Les déchets que vous allez extraire de ses sites vont être évacué par quel moyen et ou ???

    Maintenant je veux bien comprendre que ses métaux sont importé de pays étrangers et que ceci n'est pas une solution non plus. Ou les normes sont moins stricte.
    Dans l'attente d'une réponse.
    Cordialement Planchon nadine.

  • Votre commentaire à du plomb dans l'aile vu que le plomb ne se retrouvera pas dans l'air mais au mieux dans l'eau. Vraiment du plomb dans l'air d'une mine ? Un peu de sérieux.

  • L' inquiétude de Madame Planchon vis-à-vis de la pollution atmosphérique est plus que légitime!
    En effet, l'extraction des minerais qui font l'objet de la prospection de la succursale Walzinc
    génèreraient bien entendu des fumées et des poussières toxiques dans toute la région alentour. Les inévitables émanations de gaz hautement nocives de l'extraction dans notre région se retrouveraient jusqu'en Allemagne et aux Pays-Pas
    De plus, de nombreux produits chimiques tels que le mercure ou le cyanure (dont la toxicité n'est méconnue de plus personne) sont nécessaires au traitement des minerais

    Ceci est sans compter la pollution souterraine (le drainage rocheux devient acide (du à l'acide sulfurique produit) et contamine nappes phréatiques et eaux souterraines, la pollution de l'intense circulation qui va toujours de pair avec l'extraction minière. Des déchets de roches inutilisables constitueront également une pollution visuelle; la pollution sonore est également une conséquence inévitable d'une telle exploitation...

    La mine laisse également derrière elle des montagnes de déchets de
    roches inutilisables (stériles).

Les commentaires sont fermés.