Emmanuel Paquot sommé de réaliser des travaux au château de Boffereth

Le bourgmestre de Plombières, Thierry Wimmer, a pris voici quelques jours un arrêté de police concernant le château, propriété de la famille Paquot, situé à Boffereth. Avec cet arrêté de police, Emmanuel Paquot se voit dans l’obligation de réaliser des travaux de sécurisation de l’un des trois biens que compte la bâtisse.

Le bourgmestre de Plombières a pris mercredi une décision importante dans le cadre du conflit qui sévit entre l’ancien conseiller communal écolo Emmanuel Paquot et une famille qui loue un bien au sein du château situé à Boffereth. Comme nous vous l’annoncions le 14 novembre dernier, la division logement de la Région wallonne avait considéré le logement comme étant améliorable mais inhabitable en l’état. La Région avait justifié cette décision par « une cheminée non fonctionnelle, une défectuosité des menuiseries extérieures qui sont pourries et difficiles à ouvrir dans certaines pièces ». La Région wallonne estimait également « qu’il y a des manquements au respect des critères minimaux de salubrité au niveau des installations techniques, avec une installation électrique manifestement dangereuse et une installation au gaz potentiellement dangereuse ».

En termes de sécurité, la Région wallonne avait aussi constaté qu’il manquait des détecteurs d’incendie. Suite à ce rapport sans appel, le bourgmestre a convoqué une réunion avec Emmanuel Paquot et les locataires. « Après avoir auditionné les Capture d’écran 2017-11-27 à 11.28.07.pngdifférentes parties, j’ai pris un arrêté de police visant à obliger les propriétaires à réaliser un certain nombre de travaux au niveau de l’habitation de la famille concernée avec des délais relativement courts, allant de 3 jours à 3 mois, en fonction de l’ampleur des travaux », explique Thierry Wimmer.

« Dans les trois jours, le propriétaire doit fournir un certificat de conformité de l’installation au gaz. À défaut, l’installation devra être déconnectée par un professionnel. Après la déconnexion, l’installation devra être remise aux normes dans un délai de 3 mois », expliquent les locataires. « Dans les 8 jours, le propriétaire doit aussi nous fournir des détecteurs de fumées », ajoutent les habitants des lieux. D’autres travaux bien plus conséquents doivent encore être réalisés dans le mois à savoir : faire effectuer les travaux nécessaires à la mise aux normes de l’ensemble de l’installation électrique, fournir une installation de conformité de cette installation mais aussi de l’installation de chauffage central et du système d’épuration du château.

Dans un délai de trois mois, Emmanuel Paquot doit prévoir le renouvellement des châssis pourris, visés par le rapport de la Région. Concrètement, cela signifie que les locataires ne doivent pas quitter leur logement. « Un arrêté d’insalubrité n’arrangeait personne. Ni les locataires qui ne voulaient pas quitter les lieux, ni le propriétaire », ajoute le bourgmestre qui souhaite ainsi donner une dernière chance à Emmanuel Paquot de remettre cette habitation en conformité. 

FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 27 novembre 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel