Amanda Schmitzer est dans la catégorie « Top Girl Beauty »

5 candidats en finale de Top Model Belgium

Capture d’écran 2017-12-08 à 08.24.52.pngCinq habitants de la région verviétoise s’affronteront à Paris lors de la finale du 21 janvier 2018.

La grande finale du concours Top Model Belgium se déroulera le mois prochain, à Paris. Parmi les finalistes, on retrouve cinq candidats de la région Verviétoise. Ils se trouvent dans différentes catégories : mannequin, modèle photo ou « belle fille ».

La grande finale de Top Model Belgium se déroulera le 21 janvier prochain au Lido de Paris. Parmi les finalistes, on retrouve cinq candidats de la région verviétoise. Mario Irvin (Saint-Vith) et Kristof Sihelnik (Goé) s’affronteront dans la catégorie « Top Boy Mannequin ». Antony Carvalho Valente (Herve) se retrouve dans la catégorie « Top Boy Model Photo » tandis qu’Amanda Schmitzer (Plombières) sera dans la catégorie « Top Girl Beauty » et Carole Junker (Waimes) dans la catégorie « Top Beauty Mannequin ».Capture d’écran 2017-12-08 à 08.28.59.png

Amanda a 28 ans et vit à Plombières. Elle travaille à la friterie du Graffiti à Lontzen. Pour elle c’est une grande première, car elle n’avait jamais participé à ce genre de concours. « J’ai vu l’annonce sur Facebook et je me suis dit, pourquoi pas ? Je me suis dit que j’avais la corpulence pour et donc, j’ai tenté ma chance en me disant que ça pouvait me conduire quelque part », raconte-t-elle.

« Étant plus jeune, j’étais attirée par le monde du mannequinat et des modèles mais j’étais un peu trop petite… Ce concours propose différentes catégories dont une pour ma taille. ».

La demi-finale du concours s’est déroulée en mars 2017 à Anvers. Amanda a été sélectionnée pour la finale. « Je suis surprise d’être arrivée en finale, je ne pensais pas arriver là. Plus j’avance dans l’aventure, plus j’ai envie de me lancer dans ce métier. J’ai envie d’avoir d’autres aventures. C’est une expérience formidable et même si je ne gagne pas, je ne vais pas m’apitoyer sur mon sort. Il y aura peut-être d’autres débouchés. »

D'un article d'OCÉANE GASPAR à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 8 décembre 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel