• Incivilités canines

    Au-delà des simples, mais dégoutantes, déjections laissées à l’abandon, c’est dans sa globalité que nous traiterons la problématique : qu’il s’agisse de la perte de temps qu'engendre la "capture" d'un chien errant, la recherche de son propriétaire et le dépôt éventuel à la SRPA, du parent qui récupère son bambin maculé d'excréments de chiens après avoir joué dans une plaine publique ou encore des promeneurs incommodés ou apeurées par un chien qu’on laisse divaguer sans laisse...

    Il importe de rappeler aux maîtres toutes les obligations qui leur incombent… Car, qu’il s’agisse du chien ou même de son maître, c’est juste une question d’éducation… (du maître).

    Lire la suite

  • Elle va chanter en Chine

    Cynthia Hagelstein, dont le papa est président de l’harmonie Saint-Joseph de Hombourg, se prépare à prendre part à la tournée du World Youth Choir, en Chine.

    Que de talents artistiques dans notre région ! En effet, du côté des chanteuses lyriques, après Céline Scheen, Julie Mossay ou encore Amélia Jardon, voici qu’émerge à l’âge de 25 ans la jeune et jolie Cynthia Hagelstein. Comme Obélix, elle est « tombée dedans quand elle était petite ». Ses parents, François Hagelstein et Myriam Locht, sont les chevilles ouvrières de la Royale Harmonie St-Joseph de Hombourg. Ils apprécient évidemment l’orientation artistique suivie par Cynthia au sein d’une maisonnée « où la musique est omniprésente ». Et ce d’autant plus que bientôt, elle va partir un mois en Chine afin de prendre part aux sessions puis à la tournée du « World Youth Choir » : un événement de portée mondiale.

     

    Lire la suite

  • Servitude publique de passage rétablie sur plusieurs parties déclassées des anciens chemins vicinaux n° 4 et 18 dont l’assiette est privée à Sippenaeken, dans le bois de Beusdael

    Le conseil communal de Plombières a décidé d'appliquer le décret du 6 février 2014 qui lui permet de constater la création d’une servitude publique de passage sur des chemins même si l’assiette est privée.

    Il a en effet considéré que plusieurs parties des anciens chemins vicinaux n° 4 et 18 à Sippenaeken, dans le bois de Beusdael, ont été déclassées à la fin du 19ème siècle et à la demande du propriétaire du domaine comprenant le château de Beusdael ainsi que les vastes étendues de prairies et de bois situées aux alentours de ce château, entre la frontière avec les Pays-Bas et la limite avec la commune des Fourons ; que le but principal du déclassement de ces voiries communales consistait à limiter la circulation des villageois sur ces chemins qui, en ces temps immémoriaux, s’adonnaient au braconnage et à d’autres rapines des produits et fruits des bois environnants.

    Toutefois ces chemins ont continué à être empruntés par le public depuis leur déclassement officiel ; ils permettent aux usagers de rejoindre, à partir du quartier de Beusdael, la commune des Fourons, le chemin de Broeck vers le centre du village de Sippenaeken et le quartier de Terhaegen.

    Le passage du public se fait à ces endroits depuis des temps immémoriaux et, à tout du moins, depuis plus de 30 ans, de sorte que ces propriétés sont grevées d’une servitude publique de passage interdisant, de quelque manière que ce soit, d’entraver la circulation des usagers.

    Une pétition signée par plus de 400 personnes atteste que, jusqu’en 2012, le passage sur ces chemins y a été possible sans jamais y rencontrer ni de panneau d’interdiction, ni de panneau « propriété privée », ni d’entrave quelconque à la circulation ; ils avaient toujours la conviction d’y circuler sur des voies publiques dont l’usage public date de largement plus de 30 ans de manière continue, sans équivoque et sans qu’aucune interruption du passage n’ait eu lieu avant 2012 ; il ne s’agissait pas non plus d’une simple tolérance des propriétaires car ils étaient convaincus qu’il s’agissait de chemins communaux et que tous y circulaient en toute liberté.

    Au vu de ces éléments indiscutables, l’existence d’une servitude d’utilité publique sur ces chemins privés ne peut être mise en doute.

    A partir de l’année 2012, des panneaux et/ou des entraves à la circulation ont été ponctuellement mis en place par les propriétaires sur certains tronçons, notamment en vue de dissuader le passage des promeneurs ; ces éléments n’ont néanmoins jamais freiné ou retenu les citoyens qui ont toujours continué à emprunter ces tronçons ; de même, les entraves ont à chaque fois été enlevées endéans les meilleurs délais pour garantir un passage optimal sur l’assiette de ces chemins.

    Aux termes de l’article 7 du décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale, nul ne peut créer, modifier ou supprimer une voirie communale sans l’accord préalable du Conseil communal, ou, le cas échéant, du Gouvernement statuant sur recours ; les propriétaires (le châtelain de Sinnich à Teuven, une descendante des barons de Furstenberg, etc.) n’ont pas sollicité ni a fortiori obtenu un quelconque accord permettant de modifier ou de supprimer le passage.  

  • La mobilité douce à l'ordre du jour du conseil communal du 5 juillet.

    Le conseil communal de Plombières se réunira le jeudi 5 juillet à 20 heures.

    Nous relevons dans les points qui seront soumis aux conseillers communaux l'achat de la salle des fêtes appartenant à l'association des Marcheurs des Trois Frontières (rue Haute à Plombières), l'aménagement d'un itinéraire cyclo-piéton sécurisé sur l'ancienne ligne 39 entre les rues Bambusch et de Birken, et la création d'un itinéraire de mobilité  douce entre Plombières et les Trois Bornes  (mise en oeuvre du projet Interroge V-A "XBMob").

    En séance à huis clos, les conseillers se pencheront sur une convention transactionnelle relative à l'acquisition d'une parcelle de terrain polluée, sis rue de la Station à Hombourg.

  • L’asbl CF3F dévoile son plan pour un train touristique à Hombourg

    L’ASBL CF3F, basée à Hombourg, qui veut faire vivre le patrimoine ferroviaire accumulé dans la gare locale et le relier au réseau via le tunnel de la Laschet a organisé une rencontre avec les différents partenaires potentiels du projet pour remettre les pendules à l’heure et tenter de recoller les morceaux afin d’enfin avancer dans la voie d’une concrétisation.

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 27 juin 2018.

  • L’asphaltage de la ligne 38 a débuté

    Bonne nouvelle pour les amateurs de balades et de randonnées cyclo : la ligne 38, entre Melen, à la limite de Battice, et la route de Maastricht, va bientôt être rouverte à la mobilité douce.

    La phase suivante viserait le tronçon jusqu’à Hombourg, pour lequel François Leruth, coordinateur RaVEL au SPW, pense qu’on pourrait concrétiser en 2020.

    À Hombourg, les travaux en cours devraient être prêts fin septembre, pour dépasser la gare. La commune a déjà aménagé un pré-Ravel entre Hombourg et Plombières. De plus, début juin, l’Euregio Meuse Rhin a octroyé plus de 500.000 € au SPW et 400.000 € à la commune afin d’aménager la ligne 39 de Plombières aux Trois bornes, souligne François Leruth. On se grefferait ainsi sur l’Allemagne et les Pays-Bas.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 27 juin 2018.

  • Plombières en pénurie de médecins

    La pénurie de médecins généralistes touche déjà plusieurs communes de la Région wallonne. Et si rien ne change l’avenir n’est pas rose, puisque sur base de l’étude de l’AVIQ (l’Agence wallonne pour une VIe de Qualité), la moyenne d’âge des médecins hommes était de 57 ans et de 46,4 ans pour les femmes en 2016. Avec 13 % des médecins de plus de 65 ans.

    Une cartographie a alors été réalisée par l’AVIQ. Elle montre que 119 communes wallonnes francophones sont Capture d’écran 2018-06-25 à 08.22.48.pngactuellement considérées comme en pénurie de médecins généralistes, c’est-à-dire avec une densité de moins de 90 médecins généralistes actifs par 100.000 habitants. Soit chez nous des communes comme Malmedy, Waimes, Lierneux, Jalhay, Theux, Pepinster, Dison et Plombières. Pire, dans ces 119 communes huit sont en pénurie grave, soit avec moins de 50 médecins pour 100.000 habitants. Dont trois en région verviétoise : Baelen, Thimister-Clermont et Olne.

    On le voit, le problème de pénurie des médecins touche fortement plusieurs communes de la région verviétoise.

  • Les Liégeois peu en vue à Binche

    Capture d’écran 2018-06-25 à 08.11.59.pngCYCLISME – CHAMPIONNAT DE BELGIQUE

    Si l’on omet la performance de Philippe Gilbert, médaillé d’argent derrière son équipier Yves Lampaert, les provinciaux n’ont jamais vraiment brillé. Aux avant-postes, aucune énorme performance à relever. En début de course, on a seulement vu un Kevin Van Melsen offensif. Présent dans les premières échappées, le Hombourgeois a dû céder le relais aux favoris dès la mi-course. « J’ai fait le job », estime-t-il. Il a en effet fallu plus d’une heure de course avant qu’une véritable échappée se dégage sur les pavés de Binche. Parmi la huitaine d’hommes, seulement deux Wallons : le régional Ludwig de Winter et donc Kevin Van Melsen.

    « Nous étions à quatre à devoir prendre l’échappée, et j’ai accompli ma mission », prolonge le baroudeur. Les Liégeois ont ensuite disputé une course contre la montre pour résister aussi longtemps que possible aux favoris. Écartant Vallée, tombé sans gravité (contusions) en début d’épreuve, ce fut ensuite la course à l’élimination. Vliegen, premier wagon du train Van Avermaet, n’a pas rallié l’arrivée. Pas plus que Stassen, Warnier ou Delfosse. Bille (60e) et Pardini (70e) terminent eux dans un groupe d’attardés. Pas de quoi prétendre à un titre national, donc. 

    MAXIME SEGERS dans LA MEUSE du 25 juin 2018

  • Marie Stassen n°1 et Joseph Austen en n°2

    Après l’URP qui a présenté sa liste pour les communales il y a trois semaines, place à l’ex-liste cdH devenue Ouverture Citoyenne Plombières (OCP). Elle souhaite développer une approche plus citoyenne de la politique.

    L’OCP a décidé d’innover et de proposer, en tête de liste, un duo alliant la jeunesse et l’expérience avec Marie Stassen et Joseph Austen. Malgré son jeune âge, 30 ans, Marie Stassen siège au conseil communal depuis 6 ans et a accepté de mener la liste alors même que l’actuel échevin, Joseph Austen, âgé de 71 ans, était pressenti à cette place. « J’ai décidé de me mettre volontairement un peu en retrait car je suis entouré de personnes compétentes, dynamiques. La jeunesse a une vision différente de la société et des objectifs à atteindre ».

    De son côté, Marie Stassen, qui ne souhaitait pas poursuivre en politique, dit avoir retrouvé de la motivation avec ce nouveau groupe et la nouvelle dynamique insufflée. « Nous devons faire en sorte que la politique soit plus ancrée dans les enjeux majeurs de notre société. L’environnement par exemple ne doit plus être un échevinat isolé. En matière de social et d’intergénérationnel, nous avons aussi beaucoup d’idées et de projets ».

    Outre les têtes de liste, un tirage au sort a permis de définir la position des 19 autres candidats. Une philosophie qui colle bien au proverbe africain choisi comme slogan par le groupe : « Seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin ». 

    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 23 juin 2018.

  • O.C.P. présente sa liste de candidats pour les élections du 14 octobre

    L’ancien groupe cdH désirait développer une approche plus citoyenne de la politique. Pour ce faire, le groupe voulait intégrer en son sein de nouveaux candidats de tendances politiques diverses mais partageant certaines valeurs communes. Il nous semblait nécessaire pour insuffler cette nouvelle dynamique de changer de nom afin de repenser notre projet à sa base et de favoriser cette démarche nouvelle.

    De cette réflexion est né le groupe OCP, ouverture citoyenne Plombières. Par le mot « Ouverture », nous ne trompons pas l’électeur, il s’agit bien de l’ancien groupe cdH mais celui-ci s’ouvre à d’autres tendances et surtout à tous les citoyens désireux de s’engager en politique communale. Le mot « Citoyen » nous semblait une évidence car il traduit une de nos priorités, à savoir la démocratie participative. Il est urgent à Plombières de ramener le citoyen vers la politique, de dynamiser nos conseils communaux et de moins cadenasser le débat.

    Lire la suite