• Olivier Remacle est de retour et officialise son programme

    Nous l’avions laissé sur la ligne d’arrivée du championnat national de trail, à Nadrin, en septembre dernier. Auréolé d’un nouveau titre. Depuis, Olivier Remacle (Montzen) a pris le temps de se soigner. Et de penser à l’avenir.

    Son programme spécifiquement « trail » en 2019 s’articulera autour de trois ou quatre gros rendez-vous : la Bouillonnante en avril, le marathon du Mont Blanc fin juin, l’OCC fin août et le championnat de Belgique à Xhoffraix en octobre.

    « Pour lancer le tout, j’aimerais aller sur les Crêtes de Spa en mars », répond l’athlète de Stéphane Dmyterko. « Si je n’y vais pas, il y aura sans doute le HADT, à Bomal. Dans la foulée, la Bouillonnante, c’est clairement dans mon programme. »

     

    D’un article de EV à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 novembre 2018.

  • Une passerelle pour la rue Laschet

    L’aménagement du RAVeL se poursuit sur la Ligne 38, qui relie Vaux-sous-Chèvremont à Hombourg. L’entreprise Baguette a terminé, ou presque, son travail d’asphaltage entre le pont de Sonkeu, à la limite de Melen et de la commune de Herve, et la route de Maestricht, près de l’entreprise Enersol. C’était la phase 1.

    Dans le cadre de la phase 2, les ouvriers de la firme Baguette ont récemment posé la deuxième couche de tarmac sur la partie allant de la route de Maestricht à Pierreux, à un jet de pierre de l’ancienne gare de Thimister, près de la limite entre les villages de Clermont et Thimister. 

    Et pour la suite ? Chez Baguette, on prévoit de poursuivre à partir d’avril prochain dans le cadre de la phase 3. Celle-ci va de Pierreux à la petite locomotive, près de la siroperie Meurens et du tennis, à Aubel.

    Restera à concrétiser la quatrième phase, jusqu’à Hombourg. Celle-ci peut raisonnablement être espérée pour 2020.

    Par ailleurs, souligne François Leruth, du SPW, on devrait bientôt livrer la passerelle enjambant la rue Laschet, à Hombourg, peu après la gare de Hombourg et le tunnel de la Laschet. « Elle devrait être posée à la mi-décembre », prévoit-il.

    D’un article d’YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 novembre 2018

  • Silhouettes contre les féminicides

    Trente-trois silhouettes féminines ont été dressées sur la place Verte à Verviers à l’occasion de la campagne « ruban blanc », qui a pour objectif de lutter contre les violences faites aux femmes. Ces silhouettes représentent les 33 femmes qui ont perdu la vie sous les coups d’un homme, cette année en Belgique. Ce mercredi, durant le temps de midi, une action de sensibilisation à ces violences se tiendra sur la place Verte.

    Elles sont trente-trois. Elles s’appelaient Berenice, Ulfet, Eunice, Colette, Youlia, Valérie, Lucie, Wivinne… Elles avaient entre 19 et 68 ans. Le point commun entre toutes ces femmes, c’est qu’elles ont perdu la vie cette année, en Belgique, sous les coups d’un homme. Elles ont été victimes de féminicides. Les Plombimontoises Valérie et Lucie Leisten font notamment partie de cette triste liste, elles ont été poignardées par l’ancien compagnon de Valérie en août dernier.

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 28 novembre 2018.

  • Décès de Madame Malou VANDERHEYDEN, épouse de Monsieur Ghislain DETAILLE

    Capture d’écran 2018-11-27 à 11.37.47.pngLa famille annonce le La famille annonce le décès de Madame Malou VANDERHEYDEN, épouse de Monsieur Ghislain DETAILLE, née à Henri-Chapelle le 4 novembre 1951 et décédée à Montzen le 26 novembre 2018.
    La liturgie des funérailles sera célébrée en l’église Saint-Etienne de Montzen, le JEUDI 29 NOVEMBRE 2018 A 11 HEURES.

    La crémation, suivie de l’inhumation de l’urne, aura lieu dans l’intimité familiale.
    La veillée d’adieu aura lieu en la même église le mercredi 28 novembre 2018 à 19 h 30.
    La défunte repose au funérarium Hausman, rue de l’Ecole 51b à Welkenraedt (parking dans la cour à côté de la Croix-Rouge), où la famille sera présente le mardi 27 et le mercredi 28 novembre 2018 de 17 à 19 heures.
    Si vous désirez manifester votre sympathie, vous êtes invités à verser un don à l'association «Relais pour la Vie» (fondation contre le cancer) sur le compte BE35 0688 9450 5937 avec mention «Malou Vanderheyden»., née à Henri-Chapelle le 4 novembre 1951 et décédée à Montzen le 26 novembre 2018.

    Faire-part.

  • Trail de Noël à Hombourg le samedi 22 décembre 2018 à 10 heures 30

    Pré inscriptions : https://traildenoelhombour.wixsite.com/trail-de-noel/pre-inscription
    1er Trail de Noel à Hombourg (Terrain de foot de l'AC Hombourg)


    3 distances au choix: 

    • 12 km (200 D+) Marche + course PAF : 6 € en préinscription - 8 € le jour de la course
    • 24 km (500 D+) Course PAF : 8 € en préinscription - 10 € le jour de la course
    • 33 KM (560 D+) Course PAF : 8 € en préinscription - 10 € le jour de la course


    https://traildenoelhombour.wixsite.com/trail-de-noel/home

  • Projet de poubelles connectées

    Les poubelles publiques débordantes attirent à leur pied une foule d’autres déchets. C’est contre ce triste spectacle qu’entend lutter l’asbl Be WaPP.

    « Tout n’est hélas pas prévisible en matière de propreté publique. Des événements surviennent de manière impromptue, comme une fête d’étudiants ou une belle météo… Pas facile, pour les communes, d’allier efficacité et bonne gestion », résume Benoît BASTIEN, Responsable de l’asbl Be WaPP.

    500 CAPTEURS PLACÉS

    C’est pourquoi depuis septembre, quatre communes testent le système des poubelles connectées. Il s’agit de La Calamine, Namur, Juprelle et Les-Bons-Villers. 500 capteurs ont été placés dans ces communes depuis septembre. Elles répondent à des configurations différentes : La Calamine pour le milieu semi-urbain, Namur pour le milieu urbain, Juprelle et Les-Bons-Villers pour les zones rurales.

    Les capteurs fonctionnant à l’énergie solaire sont capables de détecter les niveaux de remplissage et de prévenir la commune dès que le niveau atteint les 75 %, ou que la poubelle est endommagée. Mieux : ces poubelles sont couplées à un système de cartographie qui génère un itinéraire optimisé de ramassage. La commune connaît ainsi à tout moment le taux de remplissage de ses poubelles et leur état.

    Elle peut dès lors adapter sa fréquence de ramassage à la réalité du terrain, organiser différemment ses tournées, modifier le nombre, la capacité et l’emplacement de certaines poubelles, voire remplacer certaines poubelles endommagées.

    Les conclusions sont attendues pour septembre 2019.

    En cas de validation par les agents de terrain, une mise en œuvre à plus grande échelle et dans d’autres communes sera alors envisagée. 

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 27 novembre 2018.

  • Un Verviétois avait dérobé… deux chapiteaux !

    Le 24 mars 2017, c’est la stupéfaction la plus totale qui attendait les ouvriers de la firme Schreiber de Lontzen, venus démonter deux chapiteaux installés la veille pour une soi-disant fête sur le terrain du FC Hellas à Dison : les deux chapiteaux, de 6 mètres sur 15, ainsi que la matériel de chauffage, s’étaient volatilisés ! Pour la firme propriétaire des chapiteaux, le préjudice était évidemment important, entre 15 et 20.000 euros.

    Heureusement, grâce à un travail efficace mené en collaboration par les zones de police Vesdre et de Stavelot-Malmedy, le matériel était retrouvé une semaine plus tard dans un village de la région malmédienne. Il était entreposé chez un particulier, un certain T., qui justement travaille pour une firme de location de gîtes et de salles pour mariage.

    L’enquête permet d’établir que ce T. a eu des contacts avec Christopher Papadopoulos (28 ans) de Verviers, l’homme qui avait loué les chapiteaux à la firme Schreiber. Et ce dernier finit par avouer qu’il est bien à l’origine de ce vol pour le moins original, disant avoir eu l’intention de revendre les chapiteaux à la firme malmédienne.

    IL A AVOUÉ SANS PROBLÈME

    Christopher a été poursuivi pour ce vol et abus de confiance devant le tribunal correctionnel, où il reconnaissait tout sans problème. Il expliquait qu’il avait monté cette opération dans le but de revendre les chapiteaux à la firme malmédienne, car il était en difficulté Capture d’écran 2018-11-27 à 07.35.58.pngfinancière.

    Le ministère public réclamait 15 mois de prison, ferme, car il se trouve que ce Papadopoulos a déjà été condamné en 2009 à une lourde peine : 5 ans de prison ! Pour deux faits crapuleux. Le premier, c’est lorsqu’il avait surgi avec deux autres complices cagoulés et armés chez un homme de 47 ans, le 10 octobre 2008.

    En exigeant de l’argent sous la menace de le tuer, et en le rossant copieusement, pour lui dérober une somme de 4.000 euros !

    Neuf jours plus tard, trois individus surgissent dans le restaurant la Bergerie à Andrimont et menacent le personnel ainsi que les quelques clients encore présents en les forçant à se coucher à terre.

    Après avoir tiré un coup de feu dans une porte dans le but d’effrayer les personnes, ils dérobent deux bagues et un pendentif à une cliente, ainsi que le fonds de caisse, peu important. Le tireur n’était autre que Papadopoulos.

    Son avocat Me Uerlings avait plaidé une peine de travail, puisqu’il n’a plus droit à un sursis.

    Le tribunal l’a suivi : la peine est de 250 h de travail, ou 15 mois de prison. 

    LUC BRUNCLAIR dans LA MEUSE VERVIERS du 27 novembre 2018.

  • Médaille d'argent pour la Grelotte

    Le Brussels Beer Challenge octroie une médaille d'argent à la Grelotte de la Brasserie Grain d'Orge.

  • Reconnaissance mondiale pour le Professeur Damien Ernst (ULiège)

    C’est un prix parmi les plus prestigieux dans le domaine et qui s’adresse aux chercheurs de moins de 45 ans. Et c’est le Professeur liégeois Damien Ernst, originaire de Plombières, qui l’a obtenu  ! Il s’agit de la Médaille Blondel décernée chaque année en France par la SEE, Société de l’Electricité, de l’Electronique et des Technologies de l’information et de la communication. Ce prix récompense des travaux de recherche remarquables dans le domaine de la science et de l’industrie électrique au sens large (télécoms, électronique, réseau électriques, ...).

    Et des travaux de recherche, le Professeur Damien Ernst en mène depuis 20 ans, parallèlement à ses enseignements en tant que Professeur ordinaire à l’Université de Liège. Ingénieur civil électricien et mécanicien (1998) et docteur en sciences appliquées (2003) de l’Université de Liège, Damien Ernst dirige le laboratoire Smart Grids, une équipe de recherche actuellement composée de 12 doctorants et de quatre chercheurs postdoctoraux. Cette équipe est essentiellement active dans le domaine des réseaux électriques intelligents et de l’apprentissage par renforcement, un sous-domaine de l’intelligence artificielle ayant pour objectif de créer des agents informatiques capables d’interagir de manière intelligente avec leur environnement.

    Lire la suite

  • Interview de Tommy Scholtès: « Faute de prêtres, on restructure »

    Tommy Scholtès, porte-parole de la Conférence épiscopale, a participé à la rédaction de ce rapport et répond à nos questions.

    Peut-on dire qu’il y a de moins en moins de catholiques pratiquants en Belgique ?Capture d’écran 2018-11-26 à 08.20.51.png

    « Il y a eu une légère baisse, une érosion aujourd’hui stabilisée autour des 9 %, ce qui représente un million de personnes qui vont donc régulièrement à la messe le dimanche. Cela reste un chiffre intéressant. Ils ne vont pas tous les dimanches à l’église, mais s’y rendent régulièrement ».

    Pourquoi cette érosion ?

    « Parce que la société a changé. À l’époque de nos grands-parents, les valeurs chrétiennes étaient la référence principale. L’église y tenait un grand rôle social et communautaire. Aujourd’hui, il y a internet, les loisirs, une plus grande mobilité, on fait des marches Adeps le dimanche, on va à des bourses d’antiquité… Ce n’est pas une concurrence mais ce sont d’autres façons de vivre. Et puis, il y a eu la crise de la pédophilie au sein de l’Église. Une partie de la population a fait le lien et a décidé de ne plus se rendre à l’église.

    Aujourd’hui, tout cela est apaisé ».

    Est-ce raisonnable, pour les pouvoirs publics, d’entretenir 4.296 églises alors que le nombre de pratiquants diminue ?

    « Les autoroutes, les théâtres, les stades de foot sont aussi entretenus, et les stades de foot ne sont pas remplis non plus. L’État doit garantir la pratique du culte. Cela dit, on n’est pas dans l’immobilisme. On restructure les paroisses et on fermera encore des églises, car leur restauration coûtera trop cher. Mais on ne calcule pas cela à la hache ! Des projets de nouvelles églises existent d’ailleurs. À Etterbeek par exemple, on va en construire une ».

    On ne compte que 212 candidats prêtres. Comment allezvous faire pour recruter ?

    « Ils ne seront pas assez nombreux pour remplacer tous les prêtres partis à la pension. Et non, on ne va pas lancer une campagne publicitaire de recrutement ! Il y a en effet de moins en moins de vocations. Il y aura des restructurations, on va réorganiser les paroisses ».

    Pourquoi avoir rédigé ce rapport ?

    « Pour montrer notre pertinence sociale. Pour ne pas enfermer l’Église catholique dans les sacristies, et pour montrer toutes les actions sur le côté auprès des jeunes, auprès des malades, auprès des plus démunis, etc. ».

    Vous ne publiez aucun chiffre sur les pédophiles au sein de l’église.

    « On sortira un rapport à la mi-janvier, avec des chiffres à ce sujet, et aussi sur tout ce que l’Église a fait et comment elle a vécu cette crise ». 

    F. DE H. dans LA MEUSE VERVIERS du 16 novembre 2018 dans le cadre de la publication du rapport annuel de l'Église catholique de Belgique.

    « L’Église catholique en Belgique: rapport annuel 2018 ». Téléchargeable sur le site catho.be