• Des châteaux d’eau transformés en gîtes

    Depuis environ deux ans, Frédéric Lex et Aléna Deckers sont les heureux propriétaires du château d’eau du Windt Vosheydt à Montzen. « Habitant dans le coin, on passait régulièrement devant ce château, construit en 1934, et qui alimentait tout le quartier en eau potable. On savait qu’il était vide et on a très souvent imaginé l’acquérir et le restaurer », se souvient Frédéric Lex. Voilà donc deux années que ce rêve est devenu réalité. « Quand la SWDE l’a mis en vente, comme douze autres acquéreurs potentiels, nous avons fait une offre ». Le couple a donc déboursé 87.000 euros, hors frais de notaire pour acquérir ce bâtiment.
    Avec leur SPRL Eau’Studio, ils nourrissent le projet de restaurer ce château d’eau et d’en faire un gîte, d’environ 120m2, pouvant accueillir deux personnes.
    D’un point de vue esthétique, le bâtiment devrait conserver son allure actuelle. La tour en briques sera conservée, tout comme la cuve qui sera insolée par l’extérieur avant d’être recouverte d’un crépi blanc. À l’intérieur les propriétaires souhaitent conserver l’escalier en colimaçon en béton, coffré et coulé sur place. « La tour qui mène à la cuve qui abritera les pièces de vie servira de lieu d’accueil où l’on retrouvera par exemple des informations touristiques sur la région. Et au niveau du réservoir, on a décidé de travailler par paliers. Le premier palier abritera un hall avec une toilette et une penderie. Après avoir monté quelques marches, on arrivera au niveau de la chambre à coucher. La salle de bain sera sur le troisième palier. En montant à nouveau trois marches on arrivera à la cuisine puis enfin, sous la voûte on trouvera le séjour », explique le Plombimontois.

    Lire la suite

  • On lui réclame des taxes déjà payées

    Passer d’une facture de 413,95 € à 1.554,05 € à payer, c’est ce qui est arrivé à Joachim Beer, un habitant de Plombières, quand il a demandé un échelonnement de paiement pour sa taxe véhicule en 2016. En cause : une taxe de mise en circulation et de roulage qui n’auraient pas été payée... en 2012. Le Plombimontois a eu beau montrer les preuves de paiement, on lui réclame toujours de l’argent, et il n’est pas le seul dans ce cas.

    Lire la suite

  • De nombreux départs de jeunes engagés en politique

    Un élément ressort déjà pour la campagne électorale qui se profile : de nombreux jeunes politiques se désengagent. Que ce soit temporairement ou définitivement. On pense aux cdH Dimitri Greimers et Céline Gilson qui, la semaine C98F1200-C91F-4FCE-8EEA-3980316E5A81.jpegdernière, ont révélé ne pas briguer de nouveaux mandats communaux, tout comme l’a annoncé ce jeudi Benoît Pitance.
    Mais le phénomène est loin d’être propre au cdH de Verviers. Citons par exemple, Pierre-Yves Vromen (ex-conseiller communal MR Verviers) ou encore Thierry Wimmer (bourgmestre MR de Plombières). On se souviendra aussi, en remontant plus loin, des départs de Catherine Lejeune (MR) et de Melchior Wathelet (cdH).
    S’il y a pour certains d’entre eux des contraintes professionnelles, la tendance dominante, à les entendre, est plutôt un besoin d’autre chose et une envie de se recentrer sur la famille, voire même une certaine forme de désillusion.
    Il n’en reste pas moins que c’est dommage pour la politique communale dans son ensemble qui resterait majoritairement aux mains d’une vieille garde. Car les jeunes, de manière plus générale, sont assez difficiles à attirer en politique. Les scandales politiques et des politiques qui ne leur sont pas favorables ne font pas grand-chose pour attiser un désir d’engagement.

    D’une page d’AURÉLIE FRANSOLET à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 26 janvier 2018

  • Concert Annuel de la Royale Harmonie Ste Cécile de Montzen !

    Samedi 27 janvier à 20h00 et dimanche 28 janvier à 15h00 dans la salle "Culture et Loisirs " de Montzen

    Placés sous la direction de M. Hugo PASQUALINI , les musiciens de Montzen interpréteront des œuvres qui mettront en évidence les couleurs particulièrement riches d’un orchestre d'harmonie.
    Vous aurez ainsi le plaisir de découvrir plusieurs oeuvres originales : "Symphonic Dances" du Yosuke FUKUDA (°1975), "Huntingtower" d'Ottorino RESPIGHI (1879-1936) ou "Silver Screen" de Paul HART (°1954).
    Au programme figurent également une transcription de la célèbre "Marche hongroise" extraite de "La damnation de Faust" d'Hector BERLIOZ (1803-1869) et des arrangements de musique de film (" The Magnificent Seven" d'Elmer BERNSTEIN) ou de standard de jazz ("Soul Bossa Nova" de Quincy JONES).
    La "Petite Harmonie", composée de musiciens en herbe, vous proposera également trois oeuvres sous la baguette de M. Benoît GILLE.

    Infos pratiques
    Samedi 27 janvier 2018 à 20h00 et dimanche 28 janvier 2018 à 15h00
    Salle « Culture et loisirs », place communale à 4850 Montzen
    Ouverture des portes : dès 19h00 le samedi, dès 14h15 le dimanche.
    P.A.F. : 6 euros en prévente et 8 euros à l'entrée (entrée gratuite pour les enfants de moins de 12 ans – Article 27)
    Infos : 087/78.81.53 ou 0473/97.51.60 ou joel.bergmann@skynet.be

  • Un permis d’environnement pour les recherches et l’exploitation minière

    Les députées Isabelle Stommen et Jenny Baltus-Möres proposent de soumettre les recherches et l’exploitation minière en Wallonie à l’obtention d’un permis d’environnement

    EEC51460-0A32-4535-B1F6-023419CCC3D3.jpegEn tant que députées de leur arrondissement, Isabelle STOMMEN (cdH) et Jenny BALTUS-MÖRES (MR-PFF) ont interpellé Carlo DI ANTONIO (cdH), Ministre wallon de l’Environnement à propos des récentes marques d’intérêt pour les gisements miniers en Région wallonne.

    Les technologies de l’industrie extractive ont beaucoup évolué. Nos concitoyens exigent, bien légitimement, des informations transparentes, la possibilité de donner leur avis, ainsi que des garanties quant à la préservation de l’environnement. Il est donc important que leurs voix puissent être entendues.

    De plus, force est de constater que la législation encadrant l’exploration et BD85E461-B169-49C9-B078-A702FAE53576.jpegl’exploitation des mines potentielles est dépassée et ne correspond plus aux exigences du droit de l’environnement et aux technologies d’aujourd’hui. Alors que le dernier décret date de 1988, la législation doit impérativement évoluer.

    La commission de l’environnement du Parlement de Wallonie examine cette semaine la réforme du « décret sol ». C’est dans ce cadre que Jenny BALTUS-MÖRES et Isabelle STOMMEN ont saisi l’opportunité de déposer un amendement selon lequel « tout exploitant devra soumettre à permis d’environnement toutes les activités minières, que ce soit dans le cadre de la recherche de gisements ou de l’exploitation de ceux-ci ».

    Il s’agit d’une procédure qui permet une analyse fine et globale de chaque projet individuel, parce qu’il sera soumis à l’obtention d’un permis d’environnement. Cela implique, entre autres, la consultation du public, la réalisation d’une étude d’incidence éventuelle, la mise sur pied d’une enquête publique, etc.

  • Reconduction

    E0A61A13-F56C-4000-BB04-11D4DF886F6B.jpegC’est notamment le cas de Frédéric Bodart, à Hombourg, qui a décidé de rempiler pour une saison supplémentaire. « Je me sens bien dans le club », confie-t-il. Les discussions avec les joueurs commenceront d’ailleurs dès la semaine prochaine.

    D’un article de Loïc MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 24 janvier 2018

  • Décès de Monsieur Michel CRUTZEN

    La famille annonce le décès de Monsieur Michel CRUTZEN, né à Rocourt le 3 août 1952 et décédé à Soumagne le 21 janvier 2018.

    Le défunt repose au funérarium à Aubel où la famille recevra les visites mardi, mercredi et jeudi de 18 à 20 heures.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'incinération, sera célébrée en l'église Saint-Brice à Hombourg le vendredi 26 janvier 2018 à 10 heures 30.

    Faire-part

  • UNE PIECE INEDITE POUR LA 20ème SAISON DU HOMERGER THEATER GROUP

    Les groupes théâtraux en dialecte foisonnent dans la commune de Plombières et rencontrent toujours un indéniable succès auprès du public local tant parmi les locuteurs du patois local que parmi ceux qui ne le parlent plus mais y ont tellement été baignés par les générations antérieures qu'ils en comprennent l'essentiel.
    Parmi ces groupes théâtraux, un de ceux qui rencontrent incontestablement le plus de succès est le Homerger Theater Group car il est le seul obligé d'assurer 4 représentations pour satisfaire son nombreux public.
    Ce groupe s'est créé en avril 1997 à l'initiative de deux acteurs chevronnés de la localité de Hombourg, MM. Louis Hanen et François Charlier, qui ont tous deux débuté sur les planches dans la troupe de la JRC de leur jeunesse (années 1960) puis ils sont passés à Plombières aux "Blieberger Theater Vrönde" et, suite à la dissolution de cette troupe, ils en ont fondé une à Hombourg: le " Homerger Theater Group" qui a rencontré dès sa première représentation un grand succès avec une adaptation d'une pièce qui avait fait les beaux jours de la troupe en patois de Plombières.

    2EEF97AA-DD7A-4E84-8C17-CB4448191E75.jpeg
    Les succès se sont ensuite enchaînés à chaque représentation grâce à la verve et au talent des acteurs locaux et notamment d'une actrice hors pair, qui, même si elle s'en défend et refuse qu'en en parle, reste depuis le début de la troupe un véritable phénomène de scène, Edith Dodémont.
    Avec quelques autres dévoués, elle et feu son époux Léon Renardy furent pendant toutes ces années des chevilles ouvrières de la troupe. Suite à la maladie de ce dernier, la troupe ne s'est pas produite en 2016 (elle ne s'était pas produite en 1999 non plus suite à un accident) et c'est donc en février 2018 que la troupe fête sa 20ème saison de prestation.

    Pour cette occasion, la pièce jouée "Här Pastuer es krank...än noo da?" est une oeuvre inédite issue de l'imagination d'un duo local composé de Edith Dodémont pour le patois et ses expressions truculentes dont elle a le secret tandis que Marie-Rose Charlier-Royen a fait l'écriture, elle qui est une ancienne de la Dramatique Henri Pirenne d'Elsaute (qui jouait en wallon à l'époque) mais hombourgeoise depuis son mariage et désormais bien rodée au patois hombourgeois aussi.

    La pièce est sensée se dérouler au café du village dans les années 1970, avant les fusions de communes avec des personnages d'époque mais imaginaires : garde-champêtre, "klatchwiever" (commères)... Edith joue le rôle de "Tréske Peket" gouvernante du curé...
    Jamais la troupe n'a réuni autant d'acteurs sur scène( une vingtaine dont des enfants. )et sera dédiée à Léon Renardy qui nous a quitté voici un an.


    Les 4 représentations ont lieu les samedi 17 , vendredi 23 et samedi 24 février à 20h à la salle St Joseph ainsi que le dimanche 18 février à 14h . Les préventes à 6€ peuvent être réservées chez Edith Dodémont, rue du Cheval blanc 30 tous les jours sauf le dimanche de 9 à 12h - tél. 087 315822.

  • 9 des 10 élèves blessés ont pu rentrer chez eux

    Neuf des dix élèves qui ont été hospitalisés lundi matin à la suite d’un accident impliquant un bus scolaire à Eupen, ont pu regagner leur domicile, a indiqué le docteur Marenne de l’hôpital d’Eupen, lors d’une conférence de presse. Le dixième enfant devrait quitter l’établissement hospitalier ce lundi soir.
    La conductrice du bus scolaire qui a effectué une sortie de route est, elle aussi encore hospitalisée mais ses jours ne sont pas en danger, a précisé le médecin.

    362AC965-E2A6-4F8E-8198-A0AE8A0DBB9A.jpeg

    CIRCONSTANCES NÉBULEUSES
    Les circonstances de l’accident qui s’est produit lundi peu avant 08h00, Walhorner Feld à Eupen, sont toujours nébuleuses. « La conductrice du bus est âgée de 60 ans et travaille depuis 2006 pour la société Sadar. La dame, originaire de La Calamine, effectuait régulièrement ce parcours », a indiqué Karl-Heinz Klinkenberg, le bourgmestre d’Eupen qui ajoute qu’elle n’a pas encore pu être entendue. Le parquet d’Eupen a dépêché un expert automobile sur les lieux de l’accident afin de déterminer l’origine de cette sortie de route. « Il est certain que le convoyeur n’était pas présent dans le bus puisqu’il a signalé ce matin qu’il était malade », explique le maïeur qui précise que sa présence n’était pas obligatoire.
    Autre zone d’ombre, les ceintures de sécurité. Le bus était équipé de ceintures de sécurité ventrales mais il n’a pas encore été possible de déterminer si les occupants les portaient ou non. Les seize passagers du véhicule, qui sont âgés entre 8 et 20 ans, se rendaient à l’école spécialisée d’Eupen. Quinze d’entre eux proviennent de La Calamine et un de Gemmenich.
    Immédiatement après l’accident, un soutien psychologique a été mis en place.
    Sur place, tout le périmètre a été bouclé pour permettre l’intervention des services de secours. Plusieurs véhicules d’intervention étaient toujours sur place 1 h 30 après les faits. En plus des pompiers de Lontzen, un SMUR et plusieurs ambulances se sont rendus sur les lieux de l’accident.