Sippenaeken - Page 3

  • 11h de lutte contre le feu

    Un problème électrique à l’origine de cet incendie à Sippenaeken qui a ravagé la ferme et tué des animaux

    Un important incendie s’est déclaré durant la nuit de samedi à dimanche, dans une ferme de la rue de Beusdael, à Sippenaeken. Les habitants des lieux sont saufs, mais les dégâts matériels sont excessivement importants puisque grande partie de ce bâtiment en U qui avait été rénové voici quelques années est partie en fumée. De nombreux pompiers ont lutté contre les flammes durant plusieurs heures.

    Important déploiement de services de secours ce dimanche peu avant 4 heures du matin, rue de Beusdael à Sippenaeken. Il était précisément 3h48, lorsque les pompiers de la zone de secours 4, Vesdre Hoëgne et Plateau, ont été alertés.

    Un incendie venait de se déclarer dans une ferme.

    Selon les premières informations, c’est l’agriculteur lui-même qui a prévenu les services de secours. Il aurait découvert les flammes, dans la grange à l’arrière du bâtiment alors qu’il se levait pour la traite.

    Immédiatement, les habitants, qui se trouvaient dans le corps de logis ont quitté les lieux. Ils étaient d’ailleurs dehors à l’arrivée des services de secours. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cet incendie a mobilisé un grand nombre de pompiers venus des zones voisines pour porter main-forte, notamment en matière d’approvisionnement en eau aux pompiers de la zone 4. Outre les hommes du feu de Plombières, Theux et Welkenraedt, les pompiers de Lontzen, la Calamine et Fourons ont été dépêchés sur les lieux du sinistre. Vers 10 heures, ce dimanche, le colonel Vincent Bastin, indiquait que « la situation est complètement maîtrisée. Aucun blessé n’est à déplorer et tous les animaux ont pu être sauvés, à l’exception de plusieurs poules ». Les dégâts matériels sont cependant très importants.

    Les images témoignent de la violence des flammes qui ont ravagé toute la partie gauche de cette bâtisse en U qui avait été complètement rénovée voici quelques années.

    Selon la zone de police du pays de Herve, qui était présente sur les lieux, un problème électrique serait à l’origine de l’incendie qui prive une famille de son habitation.

    Le couple d’agriculteurs et ses enfants sont relogés par des proches. 

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 16 janvier 2016

  • Une ferme détruite par un incendie à Sippenaeken

    Des renforts des zones voisines ont été appelés en cours d’intervention. À 5 heures ce matin, des camions-citernes d’autres zones étaient sur les lieux pour apporter davantage d’eau. Parmi les corps de pompiers venus porter main-forte à leurs collègues de Plombières, il y avait ceux de Lontzen, de Theux, de Fourons, de Welkenraedt et de La Calamine.

    Capture d’écran 2017-01-15 à 12.36.56.png

    Ce dimanche matin, les pompiers étaient toujours sur place.

    Presque tous les animaux sauvés

    «  La situation est totalement maîtrisée, fait savoir le colonel Bastin pour la zone de secours 4, à 10 heures ce dimanche. Les pompiers effectuent les derniers déblais. Je confirme qu’il n’y a pas de blessés et que les animaux ont pu être sauvés à l’exception de plusieurs poules. Le sinistre est par contre total au niveau matériel.  »

    Les habitants de la maison, qui étaient au nombre de quatre sont heureusement sortis à temps et n’ont pas été blessés.

  • UN GÎTE POUR COMPENSER LA CRISE DU LAIT

    À Sippenaeken, Marie-Noëlle et son mari ont transformé des bâtiments de ferme en gîtes. En cause? La crise du lait qui a obligé ces agriculteurs à découvrir un nouveau métier.

    C’est à Beusdael que Marie-Noëlle nous reçoit dans son gîte qu’elle met en location par l’intermédiaire d’Ardennes-Etape. « Nous avons repris la ferme de mes beaux-parents en 1993 et nous avons décidé d’en occuper une partie », nous explique-t-elle. « Il y avait des étables vides. Les toits étaient en mauvais état, les colombages aussi. Le prix du lait a chuté et nous avons pensé à une alternative. On s’est demandé comment rentabiliser les bâtiments. On a songé à faire des gîtes mais c’était un métier nouveau pour nous », ajoute-t-elle. Le couple a réfléchi à son projet pendant 3 ans avant de passer à l’action : un an et demi de travaux pour un gîte et la même durée pour un second.

    Lire la suite

  • CAMBRIOLAGE À SIPPENAEKEN

    Volés malgré leurs chiens

    Un vol avec effraction a été commis jeudi soir entre 20h et 22h dans une habitation isolée de la rue de Beusdael à Sippenaeken. Les habitants des lieux n’étaient pas chez eux quand les voleurs ont forcé un châssis à l’aide d’un tournevis, vraisemblablement. Ils ont emporté des bijoux, du numéraire, un appareil photo et un ordinateur portable. Tout ça au nez des chiens de la maison qui, malgré leurs aboiements, n’ont pas fait fuir les malfrats. La police note que la maison n’était pas équipée d’un système d’alarme et est très isolée ce qui empêche le contrôle social des habitants. 

  • Horaire du Relais Sacré ce dimanche 6 novembre 2016

    Gemmenich : 9 h. 15

    Sippenaeken : 9 h. 35

    Plombières : 9 h. 55

    Cimetière Américain : 10 h. 15

    Moresnet : 10 h. 15

    Montzen : 10 h. 25

    Hombourg : 10 h. 35

  • Que sont devenues nos maisons communales ?

    Il y a presque 40 ans maintenant, la loi ratifiant la fusion des communes entrait en vigueur laissant ainsi à l’abandon de nombreuses maisons communales. Que sont-elles devenues ? Hôtel ou pharmacie pour les plus fantasques. Écoles ou appartements pour la plupart. Loïc Manguette nous invitait ce matin, dans LA MEUSE VERVIERS, à faire un petit tour d’horizon au sein de l’arrondissement verviétois.

    Ses renseignements concernant la commune de Plombières étaient au moins incomplets, particulièrement en ce qui concerne le village de Sippenaeken.

    Contrairement à ce qu'écrit Loïc Manguette dans son article, Sippenaeken avait respecté l'obligation  faite par le pouvoir central de se doter d'une maison communale (la plupart d'entre elles datent des environs de 1870 où cela fut imposé avec possibilité de subsides pour les constructions). Cette maison communale (photo ci-dessus) se trouve au beau milieu de l'actuelle Place Saint-Lambert à Sippenaeken et a d'ailleurs l'aspect d'une maison communale.  Cette  maison  hébergeait aussi  l'instituteur. Toutefois, le dernier secrétaire communal de Sippenaeken (Hubert Rutten) proposa à la commune d'héberger les services communaux dans un local de son café, juste en face (l'actuel Barbeau). 

    Capture d’écran 2016-10-27 à 16.44.13.png

    Cette location permettait à l'instituteur d'avoir un peu plus de place pour sa famille et le secrétaire pouvait ainsi un peu arrondir son traitement (quart-temps) dans cette toute petite commune. Cela a duré plusieurs décennies jusqu'à la fusion des communes où la location a pris fin. La commune de Plombières a, quant à elle, vendu la maison de l'instituteur et elle est devenue depuis quelques années un gîte rural.

    Un système analogue existait dans la commune voisine de Teuven (dont Sippenaeken a fait partie jusqu'en 1841) où la "maison communale" d'avant-fusion n'était plus effectivement dans la maison de l'instituteur mais au domicile du secrétaire communal en face de l'église de Teuven.

    Dans l'actuelle  commune de Plombières, la commune a vendu l'ancienne maison communale de Gemmenich à Nosbau (logements sociaux), celle de Moresnet (en face du café) a aussi été vendue de la sorte. Celle de Hombourg a été récupérée par l'école et celle de Montzen par les associations locales quand l'autorité communale a réalisé en 2000 la nouvelle maison communale à Plombières (où il n'y avait pas de maison communale auparavant, cette localité n'étant pas une commune avant les fusions).

    (Merci à Albert Stassen pour toutes ces informations).

  • Décès de Monsieur Joseph PINCKAERS, époux de Victorine Meyers

    La famille annonce le décès de Monsieur Joseph PINCKAERS, époux de Victorine Meyers, né en septembre 1930 à Joseph_Pinckaers_20070224_042.gifSippenaeken et décédé à Rémersdael le 30 août 2016.

    Le défunt repose au funérarium à Aubel où la famille recevra les visites les mercredi, jeudi et vendredi de 17 à 19h.

    La veillée de prières aura lieu le vendredi 2 septembre à 19h30 en l'église d'Aubel.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation au cimetière d'Aubel, se tiendra le samedi 3 septembre à 10h30 en l'église St Hubert d'Aubel.

  • Dimanche musical

    L’Ensemble Orchestral Mosan et Jean-Pierre Haeck présentent

    le dimanche 5 juin 2016 à 18h

    Capture d’écran 2016-05-18 à 04.42.01

    « Quatre à 4 »

    Quatuor de trombones de Lille

    Avec en première partie

    Capture d’écran 2016-05-18 à 04.42.08

    l’East Belgian Brass : dir. José Schyns

    En final, grand ensemble de trombones : dir. Jean-Pierre Haeck

     

    Maison du village, Place Saint-Lambert, SIPPENAEKEN

    Renseignements : Jean-Pierre Haeck 0495/23 86 06

    P.A.F. : 10 €

     

  • La Loterie des Pays-Bas prive des agricultures plombimontois de prés belges

    Grâce à la loterie et via une asbl hollandaise, Natagora achète des réserves naturelles côté belge

    Les éleveurs belges râlent sec : grâce à des fonds de la Loterie nationale néerlandaise, des prés proches de la Gueule sont achetés côté belge. Ce qui fait grimper les prix du pré.

    Difficile de contenter tout le monde, d’autant que le terrain agricole est de plus en plus convoité, surtout en zone frontalière. À Sippenaeken et dans la vallée de la Gueule, sur le territoire de la commune de Plombières, certains, dans le milieu agricole, froncent le sourcil en raison de la création de réserves naturelles par Natagora. Ceci, d’autant plus qu’ils estiment que ces achats se font avec le soutien de la Loterie nationale néerlandaise, la Nationale Postcode Loterij, par le truchement de l’association de défense de la nature Ark, basée à Nimègue. Celle-ci contribue à financer de très nombreux projets de son côté de la frontière, mais aussi, plus rarement, à l’étranger. Notamment autour et alentours de la Gueule. Cette rivière s’écoule vers la Meuse, après avoir traversé les entités de Raeren, La Calamine et Plombières.

    « UNE VRAIE CATASTROPHE »

    Mais c’est uniquement dans cette dernière commune que se concentrent les achats, actuellement. « Entre Sippenaeken et Plombières », explique Joseph Austen, l’échevin de l’Agriculture. Lequel se dit « circonspect". Car prendre des terrains au monde agricole, ça pose quand même un problème. D’autant que nos agriculteurs n’ont pas les moyens de s’opposer à une telle politique d’acquisition. »
    « Ceux qui veulent vendre du terrain agricole du côté de la Gueule vont vers les Néerlandais avant que les agriculteurs de la commune soient au courant. Pour nous, ça fait des terres en moins. Dans notre région, c’est une vraie catastrophe. On en a déjà si peu pour nos besoins... », peste Christian Wiertz, un éleveur. Rien qu’à Sippenaeken, ils sont neuf, tous confrontés au problème de l’épandage de lisier, limité par la superficie disponible. Et puis, beaucoup manquent de fourrage et doivent dès lors acheter de la pulpe. Soucis qui s’ajoutent à la crise du lait, mais aussi à la rude concurrence d’agriculteurs néerlandais de plus en plus demandeurs de terres wallonnes proches et dont le prix est un tiers moins cher environ que chez eux. Ce qui a des répercussions jusqu’à Thimister au moins, la pression sur les prix ricochant vers les zones voisines. Pour Christian Wiertz, la gestion des zones naturelles peut aussi poser problème. Par exemple avec des chardons qui essaiment. Par ailleurs, il observe que les terres exploitées par des agriculteurs néerlandais le sont souvent de manière bien plus intensive qu’en Wallonie.

    En 2015, Ark a investi 532.409 euros dans la vallée de la Gueule. Ici, les projets communs à Ark et Natagora bénéficient aussi du soutien de l’UE via Interreg et s’accompagnent de formations d’adultes et d’enfants, notamment ceux d’une trentaine de classes d’écoles primaires de villages belges proches.

    YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 9 mai 2016

    Lire la suite

  • Décès de Madame Elise LEMMENS, veuve de Monsieur Michel HUYNEN

    La famille annonce le décès de Madame Elise LEMMENS, veuve de Monsieur Michel HUYNEN

    Capture d’écran 2016-04-18 à 09.26.05.pngDomiciliée à Henri-Chapelle (4841)

    Née à Sippenaeken le dimanche 21 février 1926 
    Décédée à Henri-Chapelle le dimanche 17 avril 2016 à l'âge de 90 ans 
    Veuve de Monsieur Michel HUYNEN
     
    Lieu de repos, Maison de repos Beloeil
    Chaussée de Liège 47
    4841 Henri-Chapelle
    Visites, lundi et mardi de 17 à 19 heures
     

    église Saint-Georges de Henri-Chapelle le mercredi 20 avril à 10 heures