Cinéma

  • Bouli Lanners dans un nouveau film sorti hier


    "A 53 ans, Bouli Lanners adore les rôles contre nature et est un vrai caméléon. Dans « Troisièmes Noces », de David Lambert, il est gay et fait un mariage blanc avec une Africaine…" écrit Gaëlle MOURY dans LE SOIR du 13 juin 2018.

  • Des films et leurs musiques

    Cette année, et ce pour la 24ème édition consécutive, les élèves du Collège Notre-Dame de Gemmenich, accompagnés de leurs professeurs, ont l’honneur de revisiter les plus beaux tubes du monde du cinéma dans un spectacle intitulé : « Movies and their songs » .

    Le week-end des 18, 19 et 20 mai 2018, une centaine de choristes, une vingtaine de solistes avec, à leur tête pour la première fois, Céline Jägers, relèveront le défi  de réinterpréter des chansons de films tels que « Armageddon », « Dirty Dancing », « La la land »,…

    L’ambiance, la danse, seront au rendez-vous.

    Un spectacle à ne rater sous aucun prétexte !

  • "Les Premiers, les Derniers" à la TV dimanche soir

    Regardez ce samedi 18 février sur BE CINE à 20:30 le programme "Les premiers, les derniers" produit en France en 2015 et partiellement tourné à Montzen-Gare. D'une durée de 95 min ce programme est déconseillé aux moins de 10 ans. Le grand gagnant de cette année des Magritte du cinéma.

    Dans un monde à l'abandon où la sauvagerie menace d'exploser à chaque instant, Gilou et Cochise, deux chasseurs de primes, sont à la poursuite d'Esther et Willy, un couple en cavale, afin de récupérer un téléphone volé au contenu compromettant pour son propriétaire. Leur chemin sera jalonné de rencontres, les unes menaçantes, les autres bienveillantes, et prendra peu à peu l'allure d'un voyage humaniste où l'amour, l'amitié, la fraternité seront peut-être les plus forts
  • Bouli Lanners a oublié ses Magritte à Bruxelles

    Meilleur réalisateur, meilleur acteur dans un second rôle pour David Murgia, meilleurs décors et meilleurs costumes, sans oublier le trophée très convoité de meilleur film. Avec cinq récompenses pour « Les premiers, les derniers », Bouli Lanners a été le grand gagnant de la dernière cérémonie des Magritte du Cinéma. Une cérémonie d’exception au cours de laquelle son talent a été distingué. Mais qui a aussi contribué à perpétuer une certaine forme de surréalisme à la belge, à moins qu’il ne s’agisse d’une manifestation de l’humilité liégeoise légendaire : le grand gagnant de la soirée est en effet reparti sans ses trophées !

    Lire la suite

  • LES MAGRITTE DU CINÉMA

    Le grand gagnant de cette année des Magritte du cinéma est Bouli Lanners dont « Les Premiers Les Derniers » est meilleur film. Pour la 7e fois, les Magritte du cinéma belge ont été attribués à Bruxelles. Lanners a obtenu au total 5 Magritte dont celui de meilleur réalisateur, celui de meilleur acteur dans un second rôle (pour David Murgia) ainsi que ceux des récompenses « techniques » pour les décors et les costumes.

  • Trois régionaux à l’honneur aux Magritte

    Bouli Lanners, Martin Nissen, Philippe de Pierpont

    Notre région sera bien représentée aux Magritte du Cinéma 2017. Avec Bouli Lanners, le réalisateur originaire de La Calamine, dont le dernier film obtient huit nominations. Martin Nissen, l’acteur de Herve, est quant à lui nominé pour son rôle dans le film d’un Stoumontois.

    Bouli Lanners est un habitué des Magritte. Depuis 2011, il a déjà remporté trois statuettes. Et il pourrait bien récidiver cette année puisque son dernier film « Les Premiers, Les Derniers » – tourné en partie à Plombières – est nominé à huit reprises !

    Dans les catégories meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original ou adaptation, et meilleur acteur pour Bouli Lanners « himself ». Mais son film est également repris dans les catégories meilleur acteur dans un second rôle pour David Murgia, meilleure image pour Jean-Paul De Zaeytijd, meilleurs décors pour Paul Rouschop et meilleurs costumes pour Elise Ancion.

    Voilà qui est impressionnant. Lanners avait remporté les Magritte du meilleur film et du meilleur réalisateur en 2012 pour « Les Géants », qui avait également gagné deux autres statuettes. Et en 2013, il avait été sacré meilleur acteur dans un second rôle dans le film « De rouille et d’os » de Jacques Audiard.

    Lire la suite

  • Tournage secret d’un film américain

    Le secret a été bien gardé. Jusqu’à vendredi dernier, une équipe de production cinématographique était à Plombières pour tourner un film américain. Une super production paraît-il. Mais l’équipe avait demandé un silence absolu sur sa présence, le temps que les quelques scènes soient tournées. « Une personne spécialisée dans la recherche de sites à travers le monde entier est venue vers moi », explique Jean-Marie Cormann, président de l’ASBL de sauvegarde du patrimoine ferro- viaire CF3F. Avec pour objectif de pouvoir tourner à la gare de Hombourg. « C’était un tournage de grande ampleur, avec 150 personnes sur place, de nombreux camions de la production, une cantine et tout le reste ! »

    Le film parlerait d’une bande dessinée dans laquelle une petite fille est atteinte d’un cancer. Dans ses rêves, la fillette combat ce cancer qui se matérialise sous la forme d’un monstre. La plupart des scènes à Hombourg étaient tournées sur les toits des wagons. Une des prises de vue d’un wagon sera travaillée par des professionnels des effets spéciaux pour faire imploser ce wagon, affirme le président du CF3F. Une équipe belge spécialisée dans les effets spéciaux, apparemment, car si le film est américain l’équipe était internationale.

    « C’était très surprenant », assure-t-il. Car Jean-Marie Cormann était sur place durant les trois jours de tournage (mercredi, jeudi et vendredi derniers). Ou plutôt durant les trois nuits. Car les scènes ont été filmées une fois la nuit tombée jusque 4 heures. « On a mis du matériel à leur disposition, déplacé des wagons. » Le film devrait sortir dans les cinémas d’ici un an, voire un an et demi. On en saura dès lors plus à ce moment-là. Mais l’expérience a séduit l’ASBL plombimontoise. « C’est une bonne publicité qui peut nous faire connaître. »

    A.F. dans LA MEUSE VERVIERS du 7 novembre 2016

  • Bouli Lanners « répare les vivants »

    L’acteur incarne le Dr Révol dans le film tiré du livre. Sortie le 2 novembre

    Le roman coup de poing de Maylis de Kerangal, « Réparer les vivants », sorti il y a deux ans et couronné de plus de dix prix littéraires, est adapté au cinéma dans un film qui sortira début novembre. Aux côtés d’Emmanuelle Seigner, de Tahar Rahim, d’Alice Taglioni et du rappeur Kool Shen, notre Liégeois Bouli Lanners dans le rôle du médecin chargé de faire le pont entre les morts et les vivants, dans ce récit dédié au don d’organes.Capture d’écran 2016-09-25 à 08.51.38.png

    Bouli Lanners : le retour. Après « Les Premiers Les Derniers » et « Je suis mort mais j’ai des amis », l’acteur liégeois est à l’affiche de deux films qui sortiront bientôt en salles. Avant « Grave » au printemps prochain, c’est dans le rôle du Dr Pierre Révol, dans « Réparer les vivants », qu’on pourra le revoir d’ici un bon mois. La sortie est prévue le 2 novembre, gardez bien à l’œil l’agenda des Grignoux. Car si l’adaptation cinématographique, signée Katell Quillévéré et tournée, entre autres, à Paris au moment des attentats, est à la hauteur du roman de Maylis de Kerangal, l’histoire, bouleversante, va vous prendre aux tripes. Et changer à jamais votre regard sur le don d’organes.

    Lire la suite