Dans les environs

  • Schreiber livre six chapiteaux à… Tahiti

    L’entreprise Schreiber, installée en bord de N3, vient de livrer des chapiteaux commandés par une municipalité de Tahiti, en Polynésie française, Pirae.Capture d’écran 2018-03-29 à 08.14.35.png

    Il s’agit d’une grande structure de 300 m 2 et de cinq tentes de réception d’une cinquantaine de mètres carrés chacune.

    AUSSI À L’ÎLE MAURICE

    Pour décrocher ce marché, l’entreprise de Lontzen avait remis prix dans le cadre d’un appel d’offres international.

    Ce n’est pas la première fois que Schreiber livre des chapiteaux dans cette région, grâce à son partenaire local, Hanavai. De même, l’entreprise de Lontzen dispose d’une base avancée sur l’Île Maurice pour promouvoir ses produits dans les pays bordant l’Océan indien.

    Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 29 mars 2018.

  • Le transfert de la compétence «Logement» en question

    Les bourgmestres des communes francophones présentes dans la société de logements sociaux Nosbau, se positionnent pour son avenir. Ils déplorent en effet les nouveaux propos du ministre Antonio Antoniadis dans le cadre du transfert de la compétence « Logement » de la Région wallonne vers la Communauté germanophone. Les cinq maïeurs insistent sur la nécessité de ne pas sacrifier Nosbau.

    La sortie du ministre germanophone Antonio Antoniadis, ce 20 mars, n’est pas du goût des bourgmestres de Thimister, Baelen, Aubel, Welkenraedt et Plombières. Ces communes, associées à la société de logements sociaux Nosbau, déplorent les propos du ministre confirmant la future scission de Nosbau et la fusion des deux sociétés implantées en Communauté germanophone. La matière du Logement est passée du fédéral vers la Région suite aux différentes réformes de l’État, et la Communauté germanophone a revendiqué cette compétence.

    Un article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 mars 2018.

  • « Garder les 2 équipes »

    Après l’annonce d’Egide Sebastian de se retirer de La Calamine, le club doit trouver des solutions. C’est dans ce but que Vincent Hubert organise une réunion afin de recréer un seul comité et de discuter de l’avenir des deux équipes qu’il espère pouvoir conserver.

    Des articles d'ARNO CHANDELLE à ce sujet à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 1er mars 2018

  • Le Clive dans l’ex-Graff

    C’est désormais officiel, d’ici quelques semaines, l’ancienne discothèque Le Graffiti, bien connue des clubbeurs de la région fera place à un tout nouveau concept : le « Clive ». Un endroit qui permettra aux clubbeurs de s’éclater sur la piste de danse mais où l’on proposera aussi, tous les soirs d’ouverture, de la musique en live.

    Un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 février 2018.

  • Raphaël meurt sous un tracteur

    Lundi soir, Raphaël, un Lontzenois de 32 ans a perdu la vie dans un accident de la route. Il a perdu le contrôle de son véhicule sur la route menant de Walhorn à Eupen alors qu’il revenait du carnaval. Il s’est encastré sous un tracteur qui conduisait l’un des chars du cortège. Les secours ne sont pas parvenus à le désincarcérer avant qu’il succombe à ses blessures.

    Un article d'OCÉANE GASPAR à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 14 février 2018.

  • Deux Princes des enfants !

    Grande nouveauté cette année au carnaval de La Calamine : la présence de deux Princes des enfants, Prince KeNeHeMo Nevio 1er et Noé 1er. Un événement qui n’était plus arrivé depuis un bon petit moment. Au total, il y avait plus de 3.500 participants pour un parcours de 7,5 km.

    Un article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 3 février 2018.

  • Le poste frontière de La Calamine transformé en friterie

    Les anciens postes frontières de Tournai, Zelzate, La Calamine et La Panne se transformeront en friteries durant la Capture d’écran 2017-11-27 à 11.36.13.pngsemaine prochaine. Les « douaniers » distribueront en effet des frites aux automobilistes à l’occasion de la semaine de la frite qui aura lieu du 27 novembre au 3 décembre.

    Le but de cette action, qui se déroule dans le cadre de la semaine de la frite, est d’évoquer « le sentiment de rentrer chez soi », car le cliché veut que chaque vrai Belge qui retourne dans son pays souhaite d’abord manger les frites de sa friterie.

    Lundi, les douaniers patrouilleront à Tournai (chaussée de Lille, 956), mardi à Zelzate (Beneluxlaan, 1), mercredi à La Calamine (rue de Liège 63) et jeudi à La Panne (Duinhoekstraat, 143). Il s’agit de la 18e édition de la semaine de la frite. 

    Une information BELGA dans LA MEUSE VERVIERS du 27 novembre 2017

  • Le télescope Einstein en danger ?

    Si le projet porté par la société WalZinc fait grincer des dents chez nous, il n’est pas mieux accueilli de l’autre côté de la frontière.

    Nos voisins des Pays-Bas craignent la mise en danger du méga projet de télescope Einstein qui doit être installé à proximité des trois frontières, sur la Vaalserberg. Selon plusieurs médias hollandais, la province du sud Limburg a été choisie, parmi une quinzaine de localisations possibles en Europe, pour accueillir ce télescope qui représente un coût colossal d’un milliard d’euros. On comprend dès lors mieux la crainte de nos voisins Hollandais qui redoutent les vibrations qui pourraient être engendrées par les forages d’abord, puis une éventuelle exploitation minière. Du côté de la province du Sud Limburg, on regrette de ne pas avoir été informé d’un projet d’une telle ampleur d’autant qu’outre la mise en péril du télescope Einstein, il pourrait aussi avoir des conséquences dramatiques sur le tourisme, principale activité économique de la province. 

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 27 octobre 2017

  • Objectif maintien pour Lanckohr et La Calamine

    FOOTBALL - DIVISION 2 AMATEURS

    En un mot comme en cent, le match que La Calamine disputera ce dimanche face à Acren Lessines sera capital. Autant une victoire pourrait enfin lancer la saison, autant une défaite poussera déjà les Calaminois vers la D3 amateurs. Cédric Lanckohr, back gauche d’un soir à Durbuy, est bien conscient de l’importance de l’enjeu et sait qu’il faut encore en faire plus qu’actuellement pour se sortir de l’ornière.

    Lire la suite

  • Le projet de prospection géophysique et géochimique et forage par la SPRL Walzinc de Wavre fait réagir le S.I. des Trois-Frontières

    Capture d’écran 2017-10-06 à 19.00.20.pngS’il est évident que ce projet de recherche pour un budget global de 7.000.000 € (selon les informations fournies par Walzinc lors de la réunion d’information du 4 octobre) ne devrait générer en tant que tel (sous son aspect recherche) que peu ou pas de nuisances environnementales, l’impact d’une future exploitation éventuelle dans le cas où les recherches projetées donneraient des résultats positifs quant à la présence de minerais dans le sous-sol concerné se fait déjà sentir dans la région des Trois-Frontières.

    En effet, depuis 1955 les bourgmestres de l’ensemble des communes de cette région des Trois-Frontières ont uni leurs efforts pour promouvoir le tourisme dans cette région en créant le Syndicat d’Initiative « Les Trois-Frontières » et en donnant de la sorte à cette région une vocation touristique que les 60 années suivantes ont révélé très fructueuse. En effet les installations touristiques de qualité (gîtes ruraux, gîtes à la ferme, chambres d’hôtes, etc.) ont connu une croissance exponentielle (surtout ces 20 dernières années) dans cette région réputée pour ses promenades bucoliques, son air pur et sa qualité de vie.

    Rien que l’annonce de la réunion d’information sur le projet de recherche minière de Walzinc a provoqué chez les exploitants de ces établissements la plus vive inquiétude quant à l’avenir du tourisme dans la région des Trois-Frontières et ce n’est pas mieux chez les touristes de passage au moment où les affiches jaunes annonçant la réunion étaient apposées à différents endroits dans la région. Eux aussi se montraient déjà plus réservés quant à un retour éventuel dans cette région (le touriste qui fréquente les gîtes ruraux est un public assez fidélisé qui revient au même endroit soit chaque année, soit au bout de quelques années.)

    Les commentaires méfiants, voire l’opposition farouche des habitants ont provoqué une sensibilité extrême à propos de ce projet.

    Il est évident qu’il existe une incompatibilité totale entre, d’une part la vocation touristique actuelle de cette région où le tourisme sous tous ses aspects fait vivre un grand nombre d’autochtones et, d’autre part une éventuelle industrie extractive qui ne fera vivre aucun habitant de la région (car les populations de nos régions n’aspirent plus à travailler dans les mines, même avec des processus d’extraction technologiquement développés.) signerait à coup sûr la fin du tourisme dans cette région des Trois-Frontières.

    En conséquence, il s’agirait d’une perte d’emplois considérable et la ruine de bon nombre de personnes de la région qui ont investi énormément d’argent dans le secteur du tourisme avec des espoirs de rentabilisation (sur une ou plusieurs décennies) anéantis par l’arrivée éventuelle d’un projet complètement incompatible avec le tourisme.

    Tant la population locale que ceux qui ont investi dans la région des Trois-Frontières ne veulent absolument pas envisager une éventuelle réouverture des mines fermées pour cause d’exhaure trop coûteuse voici près de 100 ans.

    Il importe dès lors de délivrer SANS TARDER un message clair aux promoteurs de cette initiative de prospection qu’il n’y a plus dans la région des Trois-Frontières aucune place pour une industrie extractive et qu’il ne sert dès lors à rien de vouloir prospecter un sous-sol qui recèle de toute évidence encore du plomb et du zinc puisque l’exploitation a été arrêtée non pas par épuisement du gisement, mais par le coût prohibitif de l’exhaure.

    Certes les techniques actuelles permettent probablement d’éviter le problème de l’exhaure, mais elles ne permettent pas d’éviter les nuisances environnementales, dont la pollution de la nappe phréatique avec les métaux lourds comme le plomb que recèle ce sous-sol.

    Par conséquent, le Royal Syndicat d’Initiative des Trois-Frontières qui est reconnu officiellement comme organisme de tourisme par le Commissariat général au Tourisme et qui regroupe 13 syndicats d’initiative locaux ne peut qu’inviter les autorités compétentes à tuer dans l’œuf tout projet de nouvelle extraction de minerais en ne permettant pas la réalisation des prospections projetées par Walzinc, qui ne pourrait qu’amener à constater que même si la présence de minerais est confirmée, son exploitation est désormais impensable en raison de l’orientation prise par la région des Trois Frontières depuis 60 ans pour un tourisme de qualité absolument incompatible avec une extraction minière quelle qu’elle soit.