Plombières - Page 2

  • Chassé croisé essence et diesel aux frontières

    La station Octa+ de Michaël Habets, à Terstraeten (Plombières) est le nez sur la frontière néerlandaise. Et, comme chez nos voisins le tarif de l’essence est nettement plus élevé, « 60 à 70 % de ma clientèle est formée d’étrangers, surtout des Néerlandais, mais aussi des Allemands », se frotte les mains le Plombimontois.

    ACCISES : ILS SE DISENT BERNÉS
    Jusqu’à il y a quelques mois, les prix allemands étaient concurrentiels par rapport aux belges. Mais outre-Aachen, le litre a fort augmenté ces derniers mois. Du coup, « Je fais une remise de 7 cents et avec ça, je garde encore une différence de 20 cents environ avec la plupart des stations étrangères dans la région. Les Néerlandais se plaignent que c’est cher chez eux. Ils ont eu un supplément d’accises, il y a plusieurs années. On leur a dit que ce ne serait que pour un an, mais ça n’est jamais redescendu », explique Michaël Habets. Alors, ajoute-t-il, quand nos voisins Néerlandais entendent les Belges qui se lamentent, ça les fait sourire.

    LE DIESEL BLACKBOULÉ
    Pour le diesel ? C’est tout le contraire, constate Michaël Habets : « Je n’en vends presque plus, sauf pour des clients indépendants qui doivent avoir une facture. À cause des prix belges, mais aussi parce qu’aux Pays-Bas, la taxe de circulation est basée sur le poids du moteur. Alors, ils achètent beaucoup de petites autos roulant à l’essence. Sinon, ils pourraient payer autant en un an qu’en Belgique pour un trimestre pour le même véhicule... » Et comme les tests Pisa démontrent que les Néerlandais sont des champions en mathématiques (10 e au monde, selon les tests de 2016), ils ont vite fait le calcul...

    D’une page d’YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 7 décembre 2018.

  • Décès de Monsieur Jean CREMERS, époux de Madame Gaby JOHNEN

    7653FB7A-E8CB-47EF-A8EF-143783542BF0.jpeg

     

    La famille annonce le décès de Monsieur Jean CREMERS, époux de Madame Gaby JOHNEN, né à Montzen le 7 juillet 1926 et décédé à Eupen le 3 décembre 2018.
    Le défunt repose au funérarium Hausman à Welkenraedt où la famille sera présente les mercredi 5 et jeudi 6 décembre de 17 à 19 heures.
    La liturgie des funérailles, suivie de l’inhumation au cimetière de Montzen, sera célébrée en l’église Saint-Etienne de Montzen le vendredi 7 décembre 2018 à 10 heures 30.

    Lire la suite

  • Sluysmans reste et du changement à prévoir

    Ce lundi soir, Luc Sluysmans, le coach d'Hombourg, a eu une réunion avec son comité afin d'évoquer le non-match face à Franchimont. Une réunion qui a duré près d'1h30 et qui s'est bien passée selon le T1 d'Hombourg. Pas question de démission dans son chef ou de licenciement de la part du comité.

    « Mais on doit s'attendre à du changement dans le groupe », annonce Luc Sluysmans.

    Les solutions ne sont pas infinies mais il devrait faire appel à des joueurs de la P4 lors du match de la semaine prochaine. Lors d'un match d'entraînement face à la P4, la semaine dernière, la P2 avait d'ailleurs perdu 4-3 ce qui avait déjà inquiété Luc Slusymans.

    «On veut des gars qui veulent mouiller le maillot et qui défendent le blason d'Hombourg », note Luc Sluysmans toujours touché par le 9-0 face à Franchimont. 

    LM dans LA MEUSE VERVIERS du 4 décembre 2018.

  • Marie Stassen, 31 ans, a prêté serment comme bourgmestre de Plombières hier soir

    Une page s’est tournée lundi soir à Plombières avec la prestation de serment de la nouvelle majorité. L’OCP de Marie Stassen et le groupe @ctions emmené par Lucien Locht, dirigeront la commune de Plombières durant les six prochaines années. Après 12 ans de règne à Plombières et orphelin de ses faiseurs de voix Thierry Wimmer et Hubert Duyckaerts, l’URP se retrouve donc dans l’opposition.

    A Plombières on a l’habitude de compter un jeune bourgmestre dans ses rangs. Alors qu’en 2006, Thierry Wimmer était le plus jeune bourgmestre de Belgique, c’est aujourd’hui Marie Stassen qui a repris le flambeau. A 31 ans, celle qui est à la tête de l’OCP, est devenue officiellement ce lundi soir la plus jeune bourgmestre de l’arrondissement. Son groupe politique, qui s’est associé à la nouvelle formation @ctions, a raflé la majorité à l’URP qui, après 12 ans de majorité absolue, se retrouve sur les bancs de l’opposition.

    Une prestation de serment placée sous le signe de l’émotion, la jeune femme avait songé arrêter la politique il y a quelques mois et ne prévoyait donc pas accéder à une telle fonction.

    La nouvelle équipe à la tête de Plombières est composée de la bourgmestre Marie Stassen, qui sera en charge de la Sécurité civile et policière, l’Enseignement, la Transition écologique vers un développent durable. Joseph Austen s’occupe de l’Aménagement du territoire, l’Urbanisme, de la gestion des espaces publics et des bâtiments communaux, du Patrimoine, de la Sylviculture, de l’Agriculture, de l’Emploi, du GAL, de la mobilité et du Logement. Il sera remplacé à la mi-mandat par Romain Ganser qui devrait conserver les mêmes attributions.

    La deuxième échevine, Nadine Schyns est en charge de la Jeunesse, des Aînés, de l’Intergénérationnel, le Sport, la Culture, le Folklore, les Mouvements associatifs, le Tourisme, le Bien-être animal, la Participation citoyenne et enfin la lecture publique.

    Jonathan Deckers, le troisième échevin, a comme compétences les Travaux communaux, Smart City et le développement rural via le PCDR.

    Sébastien Kessels se voit attribuer la Petite enfance, la Crèche, la Personne handicapée, le Handicontact, la Santé ainsi que le Personnel communal. Enfin, Lucien Locht, le chef de file du groupe @ctions, ne sera pas conseiller car il présidera le CPAS. Il sera par ailleurs chargé des Affaires sociales, des Finances et du Plan de cohésion sociale. Le culte sera par ailleurs réparti entre les différents échevins. 

    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 4 décembre 2018.

  • Sluysmans veut voir le comité hombourgeois

    Laminé 9-0 à Franchimont, Luc Sluysmans va rencontrer le comité hombourgeois cette semaine car il n’a jamais vécu ce qui s’est passé dimanche à Theux où Olivier Laffineur était finalement même un peu gêné de revenir avec autant de ballons dans ses valises…

    Alors que Franchimont n’avait plus marqué depuis 2 semaines et que Hombourg semblait avait retrouvé un peu de peps après sa 1 re victoire il y a 15 jours face à Walhorn, suivi d’un bon match face à Trois-Frontières, mais avec une défaite à la clé dans les derniers instants (0-2), on était loin de penser que la rencontre entre Franchimont et Hombourg allait se solder par un 9-0 bien tassé.

    Olivier Laffineur, le coach theutois, pensait beaucoup à son collègue… « Je n’ai jamais connu ça, ni comme joueur, ni comme entraîneur ! Je pense qu’Hombourg était moins bien et nous en pleine réussite et malheureusement, c’est tombé sur les gars de Luc Sluysmans qui sont toujours restés très corrects. Quand je rentre à la mi-temps et sais que c’est déjà 6-0, je me dis… punaise ! Oui, j’ai pensé à mon collègue et aux pauvres joueurs en face. »

     

    D’un article de PATRICK GODARD à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 3 décembre 2018

  • Un week-end à oublier

    P2C

    Tr. Frontières-Walhorn : 2-4

    Franchimont-Hombourg: 9-0

    P4G

    Weywertz B-Tr. Frontières B: 4-0

    FC Eupen B-Hombourg B: 3-2

  • Les matchs du week-end

    P2C
    Tr. Frontières - Walhorn (samedi à 19 heures 30)
    Franchimont - Hombourg (dimanche à 14 heures 30)


    P4G
    Weywertz B - Tr. Frontières B (dimanche à 14 heures 30)
    FC Eupen B - Hombourg B (dimanche à 14 heures 30)

  • Olivier Remacle est de retour et officialise son programme

    Nous l’avions laissé sur la ligne d’arrivée du championnat national de trail, à Nadrin, en septembre dernier. Auréolé d’un nouveau titre. Depuis, Olivier Remacle (Montzen) a pris le temps de se soigner. Et de penser à l’avenir.

    Son programme spécifiquement « trail » en 2019 s’articulera autour de trois ou quatre gros rendez-vous : la Bouillonnante en avril, le marathon du Mont Blanc fin juin, l’OCC fin août et le championnat de Belgique à Xhoffraix en octobre.

    « Pour lancer le tout, j’aimerais aller sur les Crêtes de Spa en mars », répond l’athlète de Stéphane Dmyterko. « Si je n’y vais pas, il y aura sans doute le HADT, à Bomal. Dans la foulée, la Bouillonnante, c’est clairement dans mon programme. »

     

    D’un article de EV à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 novembre 2018.

  • Une passerelle pour la rue Laschet

    L’aménagement du RAVeL se poursuit sur la Ligne 38, qui relie Vaux-sous-Chèvremont à Hombourg. L’entreprise Baguette a terminé, ou presque, son travail d’asphaltage entre le pont de Sonkeu, à la limite de Melen et de la commune de Herve, et la route de Maestricht, près de l’entreprise Enersol. C’était la phase 1.

    Dans le cadre de la phase 2, les ouvriers de la firme Baguette ont récemment posé la deuxième couche de tarmac sur la partie allant de la route de Maestricht à Pierreux, à un jet de pierre de l’ancienne gare de Thimister, près de la limite entre les villages de Clermont et Thimister. 

    Et pour la suite ? Chez Baguette, on prévoit de poursuivre à partir d’avril prochain dans le cadre de la phase 3. Celle-ci va de Pierreux à la petite locomotive, près de la siroperie Meurens et du tennis, à Aubel.

    Restera à concrétiser la quatrième phase, jusqu’à Hombourg. Celle-ci peut raisonnablement être espérée pour 2020.

    Par ailleurs, souligne François Leruth, du SPW, on devrait bientôt livrer la passerelle enjambant la rue Laschet, à Hombourg, peu après la gare de Hombourg et le tunnel de la Laschet. « Elle devrait être posée à la mi-décembre », prévoit-il.

    D’un article d’YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 novembre 2018

  • Silhouettes contre les féminicides

    Trente-trois silhouettes féminines ont été dressées sur la place Verte à Verviers à l’occasion de la campagne « ruban blanc », qui a pour objectif de lutter contre les violences faites aux femmes. Ces silhouettes représentent les 33 femmes qui ont perdu la vie sous les coups d’un homme, cette année en Belgique. Ce mercredi, durant le temps de midi, une action de sensibilisation à ces violences se tiendra sur la place Verte.

    Elles sont trente-trois. Elles s’appelaient Berenice, Ulfet, Eunice, Colette, Youlia, Valérie, Lucie, Wivinne… Elles avaient entre 19 et 68 ans. Le point commun entre toutes ces femmes, c’est qu’elles ont perdu la vie cette année, en Belgique, sous les coups d’un homme. Elles ont été victimes de féminicides. Les Plombimontoises Valérie et Lucie Leisten font notamment partie de cette triste liste, elles ont été poignardées par l’ancien compagnon de Valérie en août dernier.

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 28 novembre 2018.