Logement

  • Projet de construction de 16 maisons

    L’Administration communale fait savoir qu’une demande de permis d'urbanisme a été introduite par la SPRL Kessels-Schweitzer Construction, rue du Parc, 30 à 4720 La Calamine, ayant trait à un bien sis rue du Village à 4850 Moresnet. et cadastré 2e division, section A, parcelle n° 281/A/2.
    Le projet consiste en la construction de 16 maisons d’habitation et est soumis à enquête publique du 4 septembre au 3 octobre 2016 à 15 heures pour les motifs suivants :
    - Modification du plan d'alignement de la rue du Village ;
    - Elargissement de la rue du Village par 3 emprises de voirie ;
    - Demande d’incorporation dans le domaine public d’un tronçon du sentier communal étant l’ancien sentier vicinai n° 37 (sentier de la chapelle à Moresnet);
    - Demande de dérogations aux prescriptions urbanistiques du plan communal d'aménagement (P.C.A. n° 4 de Moresnet approuvé par A.R. du 16 juin 1959) pour les raisons suivantes :


    - Le front de bâtisse ne sera pas respecté pour les habitations des lots 2, 3. 4. 5. 8.10.14 et 15 et la cabine électrique ;
    - La distance latérale entre des groupes de bâtisses sera de 5 m au lieu de 6 m minimum entre les lots 5 et 6.12 et 13;
    - Le non-respect et/ou l'inversion des zones de construction d'habitations et zones de construction d'annexes en ce qui concerne les lots 2, 5, 11. 12 et 13 ;
    - L'implantation de la cabine électrique en zone de recul ;
    - La création d’un parking public en zone herbagère.

    Lire la suite

  • Enfin une AIS pour les Trois Frontières

    Il n’existait pas encore d’Agence immobilière sociale (AIS) dans le Nord de la Communauté germanophone. Ce manque est désormais comblé pour les communes d’Eupen, La Calamine, Lontzen, Raeren et par leur voisine francophone de Plombières. Tout cela sous l’impulsion du Fonds régional Rosewick-Keutgen, géré par la Fondation Roi Baudouin, qui a officiellement mis sur pied l’AIS bilingue « Tri-Landum ».
    « Il y avait une réelle demande d’ouvrir une AIS dans cette région-là », assure Jean-Paul Collette, responsable communication de la Fondation Roi Baudouin. « L'absence d’un marché locatif privé aux loyers modérés et d’un acteur du logement soucieux des ménages précarisés était évidente», ajoute-t-il. « L'étude de marché a montré qu’il y a des propriétaires intéressés mais qu’il fallait d’abord leur expliquer la méthode et la démarche. Quant aux locataires, les CPAS, les communes et les associations ont identifié un besoin supérieur à l’offre. »
    Des logements à loyers modérés seront donc bientôt à la disposition de ménages à faibles revenus dans un des derniers territoires wallons qui ne disposaient pas encore de ce type d’agence. Pour rappel, une AIS agit comme intermédiaire entre des propriétaires bailleurs et des locataires à la recherche d’un logement Elle (ré)introduit des logements salubres dans le circuit locatif au bénéfice des ménages en état de précarité ou à revenus modestes.
    Pour créer cette AIS, il restait à démontrer aux communes que leur participation à l’AIS ne leur réserverait aucune mauvaise surprise financière à moyen et long terme. Et à éliminer un obstacle : avoir une commune de plus de 50.000 habitants dans le projet, ce qui est le cas avec Plombières. Côté financier, le Fonds Rosewick-Keutgen s’est engagé pour trois ans, à raison de 25.000 € par an, après que la Fondation Roi Baudouin eut apporté un montant décisif. De leur côté, les communes contribueront annuellement ensemble à raison de 10.000 euros soit 20 centimes
    par habitant.
    A l’heure actuelle, l’agence est toujours en train d’explorer le marché privé. Les premiers baux n’ont pas encore été conclus mais ils le seront dans les prochaines semaines.
    R.C. dans LA MEUSE VERVIERS du 10 août 2016

  • La commune battue au Conseil d’État

    Le maïeur n’insisterait pas pour la construction de 100 logements

    Les opposants au projet de lotissement à Buschhausen ont remporté la bataille au Conseil d’État. Au grand dam de la commune de Plombières et de l’entrepreneur Steffens, de La Calamine, qui comptait concrétiser 60 lots en ces lieux, sur plusieurs hectares.

    L’affaire Buschhausen remonte à 1955, quand un arrêté royal approuve un premier plan communal d’aménagement, qui fixe des règles pour bâtir du côté de Buschhausen, dans le village de Moresnet, qui a intégré l’entité de Plombières. Le PCA sera plusieurs fois révisé. Mais en 2009, le conseil communal de Plombières décide d’abroger ce PCA, dont les prescriptions paraissent désormais dépassées. La superficie des parcelles, par exemple, paraît déme- surée, au point qu’un lot est devenu impayable pour le commun des habitants de la région. De plus, des règles édictées paraissent désuètes. Notamment l’interdiction de toits plats ou le choix des matériaux. Le ministère wallon de l’Aménagement du territoire n’accepte l’abrogation, en 2011, que pour une partie de la zone. Et le conseil communal avalise cette réduction de l’abrogation le 17 septembre 2014.

    Des riverains qui n’ont guère envie de voir fleurir des demeures à l’arrière de leur jardin et qui veulent conserver une vue bucolique attaquent alors au Conseil d’État, en annulation. Et ils viennent d’y obtenir gain de cause. Le Conseil d’État souligne qu’une étude d’incidences aurait dû être réalisée, si l’on se conforme au droit européen, non encore traduit cependant dans notre législation. Bref, il y a peu de chances que l’on bâtisse ici à court et peut-être même à moyen terme. « C’est regrettable », déplore Joseph Austen, échevin en charge de l’Urbanisme. Certes, on pourrait toujours choisir une procédure dérogatoire. Mais cela serait long et coûteux.

    Lire la suite

  • Les réfugiés n’iront pas à La Calamine

    LA CALAMINE - ASILE 

    L’accueil de 200 migrants à La Calamine (province de Liège), annoncé le 30 octobre dernier par le gouvernement fédéral, ne sera finalement pas mis en place, indiquent mercredi plusieurs médias germanophones. L’information est confirmée par le porte-parole de Fedasil.

    Le Country Club Benelux à Neu-Moresnet, sur le territoire de La Calamine, ne deviendra pas un centre permettant d’accueillir 200 demandeurs d’asile, contrairement à ce qu’avait déclaré le gouvernement fédéral le 30 octobre dernier.

    « Aux dernières nouvelles, le site de La Calamine ne pourra pas accueillir de migrants », indique Be- noît Mansy, le porte-parole de Fedasil.

    Selon les médias germanophones, aucun accord n’a été signé entre Fedasil et le propriétaire des lieux.  

  • Demande de permis d’urbanisation de MATEXI à Sippenaeken

     

    La S.A. MATEXI Projects, Franklin Rooseveltlaan, 180 à 8790 Waregem, a introduit auprès du Collège communal (autorité compétente) une demande de permis d’urbanisation ayant trait aux terrains sis à Sippenaeken, rue de la Forge et Evenbaeg, cadastrés section A, n° 266/N/2 et 384/W. Cette demande est reprise dans la rubrique 70.11.01 (superficie supérieure à 2 hectares - catégorie B).  

    MATEXI est bien connue aux Fourons où elle pratique l'exclusion linguistique en refusant systématiquement de faire de la publicité en français (pour ne pas attirer les acheteurs francophones sans doute). Faites l'expérience en recherchant un projet près de chez vous sur le site de Matexi.

     

    Le projet consiste en un projet d’urbanisation comprenant un maximum de 27 lots à bâtir et présente les caractéristiques suivantes :

    • -  superficie totale : environ 3 hectares ;

    • -  modification du plan d’alignement de la rue de la Forge (approuvé par A.R. du 05 mars 1958) adoptée provisoirement par le Conseil communal le 1er octobre 2015 ;

    • -  élargissement de la rue de la Forge (2 emprises de voirie de 181m2 et de 142m2 à incorporer dans la voirie publique communale) ;

    • -  tous les travaux d’équipement seront exécutés à charge de la demanderesse.

    Lire la suite

  • Animations sur le logement

    Les jeudis 8 et 15 octobre de 19 à 21 heures.

  • L'AIOMS construit une nouvelle maison de repos

    image.jpg

    Une nouvelle maison de repos verra le jour d’ici 2018 à la Calamine. Les travaux commenceront l’an prochain, en 2016. Ce bâtiment sera situé au centre du village, entre la route nationale qui va vers Aix-La-Chapelle, la place de l’église, l’école communale et le cimetière.

    Pourquoi construire cet établissement à la Calamine? «Tout simplement pour l’ancrage local» explique Jean-Marie Kohnen, directeur de l’AIOMS. Les deux autres communes de l’intercommunale à savoir Aubel et Plombières ont déjà leur maison de repos.

    En 2014, les résidents de la maison de retraite Régina située à Moresnet provenaient à 56% de la Calamine, 42% de Plombières et 2% d’autres communes. La communauté germanophone est l’entité qui en pourcentage possède le moins de lits. Il est donc nécessaire d’en augmenter la capacité afin d’accueillir plus de personnes.

    La capacité d’accueil de cette future maison de repos est actuellement de 60 lits, dont 14 en courts séjours. Cependant, les travaux seront prévus pour accueillir 90 lits. En effet, c’est à ce niveau que le seuil minimum de rentabilité s’élève. 30 lits sont en attente d’agrément.

    Cette maison de repos est construite par l’intercommunale AIOMS, qui rassemble Plombières, La Calamine et Aubel. Cependant, elle sera gérée par une ASBL distincte avec un siège en communauté germanophone, mais l’intercommunale aura quand même un avis prépondérant. C’était la condition pour obtenir le nombre de lits supplémentaires.

    Avant de penser à la construction, il était important de trouver un terrain. Une partie de celui-ci a été offerte par Égide Sébastian, ancien président de l’AIOMS, une autre partie a été offerte par la ville de la Calamine, et la dernière parcelle a été rachetée à un privé.

    «Il est important de souligner la solidarité entre les trois communes afin de construire un bâtiment sur fonds propres, en sachant que ça va coûter de l’argent et générer un déficit. Les trois communes sont prêtes à prendre en charge ce déficit.» confie Jean-Marie Kohnen.

    Un article d'OCEANE GASPAR dans LA MEUSE VERVIERS du 8 juillet 2015.

  • Treize résidences-services dans l’ancien couvent

    PLOMBIÈRES – SENIORS 

    Début des travaux en septembre à la résidence Régina 

    Capture d’écran 2015-03-11 à 10.11.13.png

    L’Association intercommunale d’œuvres médico-sociales (AIOMS), qui réunit les communes d’Aubel, Plombières et La Calamine, regorge de projets. Alors que d’importants travaux seront réalisés à La Kan à Aubel, à Plombières également, les engins de chantier devraient se mettre en branle pour concrétiser quatre projets de l’AIOMS.

    1Treize résidences services à la résidence Régina. « L’ancien couvent, situé à l’arrière de la résidence Régina devrait prochainement être transformé en treize résidences-services », indique d’emblée Marcel Strougmayer, président du conseil d’administration de l’AIOMS. À proximité de la maison de repos et attenant au bâtiment de l’asbl « pèlerinage marial », ces appartements destinés aux seniors seuls ou en couple leur permettront de vivre en autonomie tout en bénéficiant de services mis à leur disposition par la maison de repos comme par exemple les soins ou les repas. Si le début des travaux est prévu pour le mois de septembre prochain, les résidences-services devraient être accessibles aux seniors dès 2017. « Le montant des travaux est estimé à 2 millions d’euros dont 535.000 euros de subsides obtenus auprès de la région wallonne », ajoute Jean-Marie Kohnen, le directeur général de l’AIOMS. 

    Lire la suite

  • Immobilier : les acheteurs peuvent prendre le temps

    Comment se porte le marché immobilier en province de Liège en 2014 ? Pour les notaires locaux, il est resté globalement stable, dans la lignée de l’année 2013. Le prix moyen des maisons a légèrement progressé, de même que celui des appartements. En revanche, les villas ont subi une nette diminution. 

    Charles LEDENT y consacre une page dans LA MEUSE du 12 février 2015 (lisez notamment le blog d'Aubel à ce sujet).

    Capture d’écran 2015-02-12 à 08.13.03.png

    Selon cette étude des notaires, le prix moyen des maisons à Plombières s'élève à 150.966 € en 2014, soit un recul de 4,40 % par rapport à l'année précédente.

  • Le bed & breakfast Opus35 vous plonge dans le design, la mode et l'art !

    Sur la place communale à Montzen s'est ouvert il y a quelques semaines un "bed and breakfast" pas comme les autres. On imaginerait plutôt un endroit comme celui-ci dans une grande ville comme Londres ou Paris. Comme quoi la créativité n'est pas réservée qu’aux capitales. Et de la créativité, Marc et Conny Krickel en ont puisqu'ils sont les propriétaires d’un salon de coiffure au centre de la localité qui frappe les regards !