Lontzen

  • Une ASBL mêlant public et privé

    Cinq acteurs issus du secteur public et du secteur privé ont créé ensemble l’ASBL Kathleos afin de gérer deux maisons de repos dans le nord de la communauté germanophone. L’une d’entre elles, l’institut Sainte-Catherine, est implantée à Lontzen, tandis que la seconde, la résidence Leoni est en construction à La Calamine. La nouvelle ASBL a été présentée hier soir.

    « La mise en commun de compétences du secteur public et du secteur privé pour la gestion de maisons de repos est une première dans le sud du pays. En fait, cinq acteurs publics – les communes de Lontzen, de La Calamine, leurs CPAS respectifs et l’intercommunale Inago qui détient trois maisons de repos se sont associés à un acteur privé, l’institut Sainte-Catherine. Ils créent une nouvelle ASBL, Kathleos, qui gérera l’institut Sainte-Catherine et la maison de repos en construction à La Calamine », explique Jean-Marie Kohnen, directeur général de l’intercommunale Inago.

    L’objectif de ces synergies est de mutualiser les dépenses avec, par exemple, une cuisine ou une laverie commune aux deux maisons de repos.

    « Alors que l’intercommunale Inago dépend de la Région wallonne, le financement des maisons de repos a été transféré à la Communauté germanophone. Le bilinguisme sera donc de rigueur », assure Jean-Marie Kohnen.

    Inago représente actuellement 300 places en maisons de repos, à Plombières et Aubel et 300 membres du personnel. L’institut Sainte-Catherine compte, lui, 100 places et emploie 100 personnes. Nonante places et une centaine de membres du personnel devraient venir s’y ajouter en 2019 avec l’ouverture de la maison de repos à La Calamine.

  • Ouverture des fêtes de Wallonie à Lontzen

    Un coin du voile a été levé ce matin sur les Fêtes de Wallonie en Province de Liège qui débuteront la semaine prochaine. Après le village de José à Herve, honneur à Lontzen cette année de donner le coup d’envoi des nombreuses festivités qui seront organisées aux 4 coins de la Province. Parmi les innovations, l’arrivée d’un nouveau géant.

    Si vous voulez découvrir l’ensemble des évènements parmi les 17 communes de l’arrondissement qui y participent n’hésitez pas à visiter le site de la Province de Liège, en cliquant ici

  • Arnaqué de 600 € par téléphone

    Ce samedi, un habitant de Lontzen est contacté, par un numéro inconnu, chez lui. On l’informe qu’il a besoin d’un nouveau compte Microsoft parce que son ordinateur a été infecté par des virus. La victime supposée allume son ordinateur et en donne l’accès aux inconnus pour qu’ils fassent le nécessaire. Ces derniers se sont emparés des données bancaires de la victime et ont prélevé 600 euros sur son compte.

  • Une peine de 80h de travail pour avoir frappé un fêtard au Graffiti

    e tribunal correctionnel d’Eupen a rendu son jugement concernant une scène de coups survenue au mois de mars 2014, au Graf- fiti, à Lontzen. Deux individus, dont un videur de la boîte, ont été condamnés pour avoir porté des coups à un jeune fêtard. Le videur écope d’une peine de 80 heures de travail et l’autre pré- venu, en état de récidive, de 250 heures.

    L

    Deux hommes, un habitant de Verviers et l’autre à Neupré, ont été condamnés par le tribu- nal correctionnel d’Eupen. L’un d’eux est videur au dancing Graffiti tandis que l’autre était venu tenir compagnie à un autre ami sorteur, qui était de service. Ils sont accusés d’avoir porté des coups à un jeune fêtard, le 16 mars 2014. « Avec mon collègue, on a été appelé vers 3 heures du matin pour une bagarre près des toilettes. Là, une jeune femme venait de porter un coup de bouteille au fêtard que je connaissais. Comme il était très excité, j’ai décidé de le sortir de la discothèque pour éviter que la situation ne dégénère », a expliqué le sorteur lors de la première audience. 

    Lire la suite

  • Une femme enceinte de 7 mois dans un crash

    Une collision entre deux voitures s’est produite ce mardi vers 12h30 sur la chaussée de Liège à Lontzen, à hauteur de la friterie du Graff 2.0. L’état des voitures laisse imaginer l’importance du choc. Une femme enceinte de 7 mois se trouvait dans un des deux véhicules impliqués, elle a été prise en charge pour un check-up. La route aurait été fermée à la circulation un moment.

    (Une information donnée par LA MEUSE VERVIERS du 19 octobre 2016)

  • Lontzen : Procoplast déménage à l'East Belgium Park

    La société Procoplast est nominée au titre d’entreprise de l’année 2016 ! Implantée à Eupen, cette entreprise spécialisée dans la production de pièces plastiques à haute valeur ajoutée pour le secteur automobile a connu des heures difficiles jusqu’à sa reprise en 2006. Aujourd’hui, elle se porte bien et assure en ce moment même le déménagement de ses activités à l’East Belgium Park à Lontzen.

  • Harald Meyer, le seul policier belge aux Jeux olympiques

    Surveillance et échange d’informations

    Harald Meyer, un habitant de Lontzen en Communauté germanophone, est le seul policier belge présent au Brésil pour les JO. Le policier fédéral travaillera durant 5 semaines au sein du centre international de coopération policière implanté à Brasilia, la capitale.

    Les missions de notre policier seront principalement de la surveillance et l’échange d’informations mais il devra également gérer des situations plus banales concernant des spectateurs belges qui auraient été victimes de vol, de perte de documents d’identité... Un job passionnant mais à deux heures de vol des installations olympiques de Rio. À Rio de Janeiro, les ouvriers travaillent d’arrache-pied pour que les installations olympiques soient terminées pour Capture d’écran 2016-08-04 à 12.59.18.pngvendredi, jour de la cérémonie d’ouverture des JO. À deux heures de vol de là, à Brasilia au centre international de coopération policière on s’active également. Des agents de 55 nationalités différentes y sont présents pour assurer la sécurité. Une mission primordiale vu le contexte et la menace terroriste.

    Harald Meyer, un habitant de Lontzen, est le seul policier belge sur place. « Lors de la coupe du monde il y a deux ans, j’avais déjà travaillé dans ce centre avec d’autres collègues belges. À l’époque, nous avions été soumis à différents examens et tests psychologiques », se souvient le commissaire quadrilingue. « Comme l’expérience avait été une réussite, on m’a recontacté en vue des JO et j’ai évidemment accepté ».

    LOGÉ À LA CASERNE

    Après en avoir discuté avec son épouse, le policier fédéral, chef du service d’appui et de coordination opérationnelle à la police d’Eupen, s’est envolé dimanche après-midi, à destination de Brasilia, la capitale du pays où est implanté le centre international de coopération policière.

    Sur place, ce n’est pas le grand luxe puisque les différents agents sont logés dans des casernes plutôt sommaires. Loin de Rio où se tiendront la plupart des compétitions, Harald Meyer assurera la surveillance et l’échange d’informations concernant spectateurs belges.

    « Depuis le centre, j’ai accès aux 3.000 caméras placées à Rio mais aussi aux banques de données belges. Je pourrais donc rapidement répondre aux demandes de policiers sur le terrain qui voudraient par exemple vérifier une identité ou avoir une liste de passagers belges à bord d’un avion », explique Harald Meyer qui ajoute qu’il sera également en charge de missions plus banales concernant les Belges. « Si certains spectateurs sont victimes de vol, ou de pertes de documents d’identité, je serai aussi avisé ». Le second volet de la mission d’Harald Meyer consiste à rédiger quotidiennement un rapport à destination des autorités belges.

    S’il n’y a qu’un seul policier belge lors de cet immense événement sportif, c’est que l’on attend moins de supporters et de spectateurs tricolores que les 18.000 personnes qui avaient fait le déplacement pour assister à la coupe du monde. 

    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE du 4 août 2016

    Lire la suite

  • Les bagarreurs devant le juge

    LONTZEN

    Nous vous le relations dans notre édition d’hier, une importante bagarre a éclaté dans la nuit de samedi à dimanche sur le parking de la discothèque Graff 2.0 (l’ex-Graffiti). Cinq suspects ont été identifiés, dont trois qui ont été arrêtés et ont passé la nuit en cellule à Eupen et sur la zone Vesdre, fait savoir la police. Ces derniers ont été entendus par le juge d’instruction sans qu’on sache les suites qu’il a données à l’incident.