Moblité

  • Une passerelle pour la rue Laschet

    L’aménagement du RAVeL se poursuit sur la Ligne 38, qui relie Vaux-sous-Chèvremont à Hombourg. L’entreprise Baguette a terminé, ou presque, son travail d’asphaltage entre le pont de Sonkeu, à la limite de Melen et de la commune de Herve, et la route de Maestricht, près de l’entreprise Enersol. C’était la phase 1.

    Dans le cadre de la phase 2, les ouvriers de la firme Baguette ont récemment posé la deuxième couche de tarmac sur la partie allant de la route de Maestricht à Pierreux, à un jet de pierre de l’ancienne gare de Thimister, près de la limite entre les villages de Clermont et Thimister. 

    Et pour la suite ? Chez Baguette, on prévoit de poursuivre à partir d’avril prochain dans le cadre de la phase 3. Celle-ci va de Pierreux à la petite locomotive, près de la siroperie Meurens et du tennis, à Aubel.

    Restera à concrétiser la quatrième phase, jusqu’à Hombourg. Celle-ci peut raisonnablement être espérée pour 2020.

    Par ailleurs, souligne François Leruth, du SPW, on devrait bientôt livrer la passerelle enjambant la rue Laschet, à Hombourg, peu après la gare de Hombourg et le tunnel de la Laschet. « Elle devrait être posée à la mi-décembre », prévoit-il.

    D’un article d’YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 novembre 2018

  • Les internautes pouvaient proposer des localisations

    Mercredi prochain, les forces de police organisent un marathon des contrôles de vitesse sur l’ensemble de la Belgique. Les citoyens ont pu s’associer à cette opération en suggérant des endroits où placer un radar mobile.

    Plombières figure dans le Top 20 des rues en fonction du nombre d’emplacements de radars suggérés par les citoyens en Wallonie avec la rue de Moresnet.

    Capture d’écran 2018-10-10 à 10.20.51.png

  • Un tronçon du RAVeL en projet

    La mobilité douce était à l’ordre du jour du conseil communal de Plombières, où il était question de la création d’un itinéraire cyclo-piéton le long de la ligne 39 entre les rues de Bambusch et de Birken.

    Ce projet concerne en fait le dernier chaînon manquant dans la liaison entre La Calamine et Welkenraedt.

    « Le tronçon qui va de la rue du Cheval Blanc à Hombourg à La Calamine a déjà été réalisé. Les travaux sont en cours pour ce qui concerne la liaison Birken-Welkenraedt et même Liège. Il ne manquait donc plus que ce tronçon pour avoir une liaison complète », explique Thierry Wimmer, le bourgmestre de Plombières.

    Le montant des travaux est de 233.000 € dont une importante partie est subsidiée par la Région Wallonne.

    Un autre projet, transfrontalier celui-là, était aussi au centre des discussions avec le projet Interreg « XMob », qui a pour objectif la création d’un itinéraire de mobilité douce entre le site minier de Plombières et les Trois Bornes. En principe, L’Allemagne et les Pays-Bas devraient faire de même de leur côté de la frontière.

    Plombières et son site minier devraient ainsi devenir une zone attractive pour les cyclo-touristes. « Il s’agit là d’un véritable produit touristique », insiste Thierry Wimmer. « On peut attirer avec lui des cyclo-touristes liégeois, par exemple en les incitant à prendre train jusqu’à Welkenraedt puis à monter sur leur bicyclette afin d’emprunter le RAVeL en direction de Hombourg, où ils pourraient faire une pause à la brasserie avant de reprendre en direction d’Aubel. Ils pourraient aussi s’y arrêter avant de se remettre en route vers Liège ». Depuis Plombières, il est également possible de rejoindre Maastricht, Aix-la-Chapelle ou encore le Luxembourg via la Vennbahn.

    Le site minier, qui sera doté d’un parking d’éco-voiturage, sera d’ailleurs aménagé de manière à accueillir au mieux les amateurs de vélo.

    F. P. dans LA MEUSE VERVIERS du 10 juillet 2018.

  • Servitude publique de passage rétablie sur plusieurs parties déclassées des anciens chemins vicinaux n° 4 et 18 dont l’assiette est privée à Sippenaeken, dans le bois de Beusdael

    Le conseil communal de Plombières a décidé d'appliquer le décret du 6 février 2014 qui lui permet de constater la création d’une servitude publique de passage sur des chemins même si l’assiette est privée.

    Il a en effet considéré que plusieurs parties des anciens chemins vicinaux n° 4 et 18 à Sippenaeken, dans le bois de Beusdael, ont été déclassées à la fin du 19ème siècle et à la demande du propriétaire du domaine comprenant le château de Beusdael ainsi que les vastes étendues de prairies et de bois situées aux alentours de ce château, entre la frontière avec les Pays-Bas et la limite avec la commune des Fourons ; que le but principal du déclassement de ces voiries communales consistait à limiter la circulation des villageois sur ces chemins qui, en ces temps immémoriaux, s’adonnaient au braconnage et à d’autres rapines des produits et fruits des bois environnants.

    Toutefois ces chemins ont continué à être empruntés par le public depuis leur déclassement officiel ; ils permettent aux usagers de rejoindre, à partir du quartier de Beusdael, la commune des Fourons, le chemin de Broeck vers le centre du village de Sippenaeken et le quartier de Terhaegen.

    Le passage du public se fait à ces endroits depuis des temps immémoriaux et, à tout du moins, depuis plus de 30 ans, de sorte que ces propriétés sont grevées d’une servitude publique de passage interdisant, de quelque manière que ce soit, d’entraver la circulation des usagers.

    Une pétition signée par plus de 400 personnes atteste que, jusqu’en 2012, le passage sur ces chemins y a été possible sans jamais y rencontrer ni de panneau d’interdiction, ni de panneau « propriété privée », ni d’entrave quelconque à la circulation ; ils avaient toujours la conviction d’y circuler sur des voies publiques dont l’usage public date de largement plus de 30 ans de manière continue, sans équivoque et sans qu’aucune interruption du passage n’ait eu lieu avant 2012 ; il ne s’agissait pas non plus d’une simple tolérance des propriétaires car ils étaient convaincus qu’il s’agissait de chemins communaux et que tous y circulaient en toute liberté.

    Au vu de ces éléments indiscutables, l’existence d’une servitude d’utilité publique sur ces chemins privés ne peut être mise en doute.

    A partir de l’année 2012, des panneaux et/ou des entraves à la circulation ont été ponctuellement mis en place par les propriétaires sur certains tronçons, notamment en vue de dissuader le passage des promeneurs ; ces éléments n’ont néanmoins jamais freiné ou retenu les citoyens qui ont toujours continué à emprunter ces tronçons ; de même, les entraves ont à chaque fois été enlevées endéans les meilleurs délais pour garantir un passage optimal sur l’assiette de ces chemins.

    Aux termes de l’article 7 du décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale, nul ne peut créer, modifier ou supprimer une voirie communale sans l’accord préalable du Conseil communal, ou, le cas échéant, du Gouvernement statuant sur recours ; les propriétaires (le châtelain de Sinnich à Teuven, une descendante des barons de Furstenberg, etc.) n’ont pas sollicité ni a fortiori obtenu un quelconque accord permettant de modifier ou de supprimer le passage.  

  • La mobilité douce à l'ordre du jour du conseil communal du 5 juillet.

    Le conseil communal de Plombières se réunira le jeudi 5 juillet à 20 heures.

    Nous relevons dans les points qui seront soumis aux conseillers communaux l'achat de la salle des fêtes appartenant à l'association des Marcheurs des Trois Frontières (rue Haute à Plombières), l'aménagement d'un itinéraire cyclo-piéton sécurisé sur l'ancienne ligne 39 entre les rues Bambusch et de Birken, et la création d'un itinéraire de mobilité  douce entre Plombières et les Trois Bornes  (mise en oeuvre du projet Interroge V-A "XBMob").

    En séance à huis clos, les conseillers se pencheront sur une convention transactionnelle relative à l'acquisition d'une parcelle de terrain polluée, sis rue de la Station à Hombourg.

  • L’asphaltage de la ligne 38 a débuté

    Bonne nouvelle pour les amateurs de balades et de randonnées cyclo : la ligne 38, entre Melen, à la limite de Battice, et la route de Maastricht, va bientôt être rouverte à la mobilité douce.

    La phase suivante viserait le tronçon jusqu’à Hombourg, pour lequel François Leruth, coordinateur RaVEL au SPW, pense qu’on pourrait concrétiser en 2020.

    À Hombourg, les travaux en cours devraient être prêts fin septembre, pour dépasser la gare. La commune a déjà aménagé un pré-Ravel entre Hombourg et Plombières. De plus, début juin, l’Euregio Meuse Rhin a octroyé plus de 500.000 € au SPW et 400.000 € à la commune afin d’aménager la ligne 39 de Plombières aux Trois bornes, souligne François Leruth. On se grefferait ainsi sur l’Allemagne et les Pays-Bas.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 27 juin 2018.

  • Deux retraits de permis

    Ce dimanche, la zone de police du pays de Herve a mené des contrôles routiers à Limbourg, Baelen et Plombières. 306 conducteurs ont été contrôlés. 14 d’entre eux étaient au volant alors qu’ils n’auraient pas dû. Deux se sont même vus retirer leur permis de conduire pour plusieurs jours et ce sur le champ.

  • Un senior bus neuf pour les PMR

    Avec plus de 300.000 bornes au compteur, le senior bus du Rotary Plombières-Welkenraedt ne fera plus de vieux os. Il assure les déplacements des personnes à mobilité réduite de tout âge et tout handicap, y compris ceux qui se déplacent en voiturette, au départ des communes de Welkenraedt, Aubel, Plombières et La Calamine. Du coup, le Rotary a financé, en grande partie, l’acquisition d’un nouveau bus.

    Le nouveau véhicule sera bientôt mis en circulation : on attend le certificat d’immatriculation. Il est géré par l’intercommunale Inago (l’ancienne AIOMS). Il desservira les maisons de repos de ces communes, soit les quatre d’Inago (deux à Moresnet, La Kan à Aubel et celle de La Calamine), mais aussi Léonard de Vinci à Welkenraedt ainsi que Pannesheydt (Plombières) et Belœil (Henri-Chapelle).

    D'un article d'Yves BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 26 mai 2018.

  • Quatre permis retirés pour ivresse au volant

    La zone de police Vesdre Gueule a procédé ce week-end au retrait de 4 permis de conduire à La Calamine et Lontzen. Les conducteurs qui avaient abusé de la dive bouteille sont originaires de La Calamine, Plombières, Eupen et Lontzen.
    Deux autres chauffards se sont vu confisquer leur voiture car ils n’étaient pas en ordre administrativement.