Politique

  • Un tronçon du RAVeL en projet

    La mobilité douce était à l’ordre du jour du conseil communal de Plombières, où il était question de la création d’un itinéraire cyclo-piéton le long de la ligne 39 entre les rues de Bambusch et de Birken.

    Ce projet concerne en fait le dernier chaînon manquant dans la liaison entre La Calamine et Welkenraedt.

    « Le tronçon qui va de la rue du Cheval Blanc à Hombourg à La Calamine a déjà été réalisé. Les travaux sont en cours pour ce qui concerne la liaison Birken-Welkenraedt et même Liège. Il ne manquait donc plus que ce tronçon pour avoir une liaison complète », explique Thierry Wimmer, le bourgmestre de Plombières.

    Le montant des travaux est de 233.000 € dont une importante partie est subsidiée par la Région Wallonne.

    Un autre projet, transfrontalier celui-là, était aussi au centre des discussions avec le projet Interreg « XMob », qui a pour objectif la création d’un itinéraire de mobilité douce entre le site minier de Plombières et les Trois Bornes. En principe, L’Allemagne et les Pays-Bas devraient faire de même de leur côté de la frontière.

    Plombières et son site minier devraient ainsi devenir une zone attractive pour les cyclo-touristes. « Il s’agit là d’un véritable produit touristique », insiste Thierry Wimmer. « On peut attirer avec lui des cyclo-touristes liégeois, par exemple en les incitant à prendre train jusqu’à Welkenraedt puis à monter sur leur bicyclette afin d’emprunter le RAVeL en direction de Hombourg, où ils pourraient faire une pause à la brasserie avant de reprendre en direction d’Aubel. Ils pourraient aussi s’y arrêter avant de se remettre en route vers Liège ». Depuis Plombières, il est également possible de rejoindre Maastricht, Aix-la-Chapelle ou encore le Luxembourg via la Vennbahn.

    Le site minier, qui sera doté d’un parking d’éco-voiturage, sera d’ailleurs aménagé de manière à accueillir au mieux les amateurs de vélo.

    F. P. dans LA MEUSE VERVIERS du 10 juillet 2018.

  • Plombières achète une salle des fêtes

    Les mandataires communaux se sont positionnés, jeudi soir, en faveur de l’achat, par la commune de la salle des fêtes qui appartient à l’« Association des Marcheurs des Trois Frontières ». Une salle qui a une vocation culturelle et qui est aussi régulièrement occupée lors de divers événements comme le carnaval. « Il y a quelques mois, l’asbl a décidé de mettre le bâtiment en vente. À la base, elle espérait en obtenir 150.000 € », explique l’échevin de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme. Un montant que la commune n’était pas prête à débourser puisqu’elle a fait une contreproposition à hauteur de 25.000 €.

    Lire la suite

  • Servitude publique de passage rétablie sur plusieurs parties déclassées des anciens chemins vicinaux n° 4 et 18 dont l’assiette est privée à Sippenaeken, dans le bois de Beusdael

    Le conseil communal de Plombières a décidé d'appliquer le décret du 6 février 2014 qui lui permet de constater la création d’une servitude publique de passage sur des chemins même si l’assiette est privée.

    Il a en effet considéré que plusieurs parties des anciens chemins vicinaux n° 4 et 18 à Sippenaeken, dans le bois de Beusdael, ont été déclassées à la fin du 19ème siècle et à la demande du propriétaire du domaine comprenant le château de Beusdael ainsi que les vastes étendues de prairies et de bois situées aux alentours de ce château, entre la frontière avec les Pays-Bas et la limite avec la commune des Fourons ; que le but principal du déclassement de ces voiries communales consistait à limiter la circulation des villageois sur ces chemins qui, en ces temps immémoriaux, s’adonnaient au braconnage et à d’autres rapines des produits et fruits des bois environnants.

    Toutefois ces chemins ont continué à être empruntés par le public depuis leur déclassement officiel ; ils permettent aux usagers de rejoindre, à partir du quartier de Beusdael, la commune des Fourons, le chemin de Broeck vers le centre du village de Sippenaeken et le quartier de Terhaegen.

    Le passage du public se fait à ces endroits depuis des temps immémoriaux et, à tout du moins, depuis plus de 30 ans, de sorte que ces propriétés sont grevées d’une servitude publique de passage interdisant, de quelque manière que ce soit, d’entraver la circulation des usagers.

    Une pétition signée par plus de 400 personnes atteste que, jusqu’en 2012, le passage sur ces chemins y a été possible sans jamais y rencontrer ni de panneau d’interdiction, ni de panneau « propriété privée », ni d’entrave quelconque à la circulation ; ils avaient toujours la conviction d’y circuler sur des voies publiques dont l’usage public date de largement plus de 30 ans de manière continue, sans équivoque et sans qu’aucune interruption du passage n’ait eu lieu avant 2012 ; il ne s’agissait pas non plus d’une simple tolérance des propriétaires car ils étaient convaincus qu’il s’agissait de chemins communaux et que tous y circulaient en toute liberté.

    Au vu de ces éléments indiscutables, l’existence d’une servitude d’utilité publique sur ces chemins privés ne peut être mise en doute.

    A partir de l’année 2012, des panneaux et/ou des entraves à la circulation ont été ponctuellement mis en place par les propriétaires sur certains tronçons, notamment en vue de dissuader le passage des promeneurs ; ces éléments n’ont néanmoins jamais freiné ou retenu les citoyens qui ont toujours continué à emprunter ces tronçons ; de même, les entraves ont à chaque fois été enlevées endéans les meilleurs délais pour garantir un passage optimal sur l’assiette de ces chemins.

    Aux termes de l’article 7 du décret du 6 février 2014 relatif à la voirie communale, nul ne peut créer, modifier ou supprimer une voirie communale sans l’accord préalable du Conseil communal, ou, le cas échéant, du Gouvernement statuant sur recours ; les propriétaires (le châtelain de Sinnich à Teuven, une descendante des barons de Furstenberg, etc.) n’ont pas sollicité ni a fortiori obtenu un quelconque accord permettant de modifier ou de supprimer le passage.  

  • La mobilité douce à l'ordre du jour du conseil communal du 5 juillet.

    Le conseil communal de Plombières se réunira le jeudi 5 juillet à 20 heures.

    Nous relevons dans les points qui seront soumis aux conseillers communaux l'achat de la salle des fêtes appartenant à l'association des Marcheurs des Trois Frontières (rue Haute à Plombières), l'aménagement d'un itinéraire cyclo-piéton sécurisé sur l'ancienne ligne 39 entre les rues Bambusch et de Birken, et la création d'un itinéraire de mobilité  douce entre Plombières et les Trois Bornes  (mise en oeuvre du projet Interroge V-A "XBMob").

    En séance à huis clos, les conseillers se pencheront sur une convention transactionnelle relative à l'acquisition d'une parcelle de terrain polluée, sis rue de la Station à Hombourg.

  • Marie Stassen n°1 et Joseph Austen en n°2

    Après l’URP qui a présenté sa liste pour les communales il y a trois semaines, place à l’ex-liste cdH devenue Ouverture Citoyenne Plombières (OCP). Elle souhaite développer une approche plus citoyenne de la politique.

    L’OCP a décidé d’innover et de proposer, en tête de liste, un duo alliant la jeunesse et l’expérience avec Marie Stassen et Joseph Austen. Malgré son jeune âge, 30 ans, Marie Stassen siège au conseil communal depuis 6 ans et a accepté de mener la liste alors même que l’actuel échevin, Joseph Austen, âgé de 71 ans, était pressenti à cette place. « J’ai décidé de me mettre volontairement un peu en retrait car je suis entouré de personnes compétentes, dynamiques. La jeunesse a une vision différente de la société et des objectifs à atteindre ».

    De son côté, Marie Stassen, qui ne souhaitait pas poursuivre en politique, dit avoir retrouvé de la motivation avec ce nouveau groupe et la nouvelle dynamique insufflée. « Nous devons faire en sorte que la politique soit plus ancrée dans les enjeux majeurs de notre société. L’environnement par exemple ne doit plus être un échevinat isolé. En matière de social et d’intergénérationnel, nous avons aussi beaucoup d’idées et de projets ».

    Outre les têtes de liste, un tirage au sort a permis de définir la position des 19 autres candidats. Une philosophie qui colle bien au proverbe africain choisi comme slogan par le groupe : « Seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin ». 

    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 23 juin 2018.

  • O.C.P. présente sa liste de candidats pour les élections du 14 octobre

    L’ancien groupe cdH désirait développer une approche plus citoyenne de la politique. Pour ce faire, le groupe voulait intégrer en son sein de nouveaux candidats de tendances politiques diverses mais partageant certaines valeurs communes. Il nous semblait nécessaire pour insuffler cette nouvelle dynamique de changer de nom afin de repenser notre projet à sa base et de favoriser cette démarche nouvelle.

    De cette réflexion est né le groupe OCP, ouverture citoyenne Plombières. Par le mot « Ouverture », nous ne trompons pas l’électeur, il s’agit bien de l’ancien groupe cdH mais celui-ci s’ouvre à d’autres tendances et surtout à tous les citoyens désireux de s’engager en politique communale. Le mot « Citoyen » nous semblait une évidence car il traduit une de nos priorités, à savoir la démocratie participative. Il est urgent à Plombières de ramener le citoyen vers la politique, de dynamiser nos conseils communaux et de moins cadenasser le débat.

    Lire la suite

  • Wimmer présidera la zone VHP

    Capture d’écran 2018-06-11 à 08.07.53.pngOn le savait bourgmestre de Plombières, président de la zone de police Pays de Herve, président du CHR Verviers. Il sera bientôt également président de la zone de secours Vesdre-Hoëgne & Plateau. Une décision qui doit être avalisée vendredi prochain lors du dernier collège de zone de Philippe Boury, obligé de rendre son poste parce qu’il quitte son mayorat. « Je vais reprendre la présidence six mois, ce sera une expérience supplémentaire. J’espère faire aboutir les projets de caserne à Verviers et Herve ainsi que proposer un bon budget pour 2019 », nous confie l’actuel vice-président. Pour remplacer Philippe Boury au collège, c’est Jean-Luc Nix qui a été désigné.

  • Six nouvelles recrues sur la liste URP

    À Plombières, comme dans les 588 autres communes belges, on fourbit ses armes en vue des élections communales du 14 octobre prochain. Ce jeudi, c’est l’URP (Union pour le Renouveau à Plombières) qui a lancé les hostilités en présentant ses 21 candidats.
    Pas de grande surprises puisque le parti avait déjà annoncé que le Montzenois, Marc Simons, mènerait la liste, suivi de l’avocate Michelle Habets qui avait siégé sur les bancs de Démocratie Communale entre 2006 et 2012. La liste, présentée officiellement ce jeudi se veut un savant mélange entre de l’expérience et du renouveau. Pour l’expérience, l’URP peut compter sur les actuels échevins : Hugo Ladry et Josiane Schmit mais aussi sur les conseillers communaux : Daniel Schroeder, Raymond Hopperets, Marie-France Lennertz, Marcel Counet ou encore Jean Hick. André Scheen, l’actuel président du CPAS poussera, lui, la liste qui compte aussi quatre conseillers CPAS avec Dany Königstein, Catherine Hick-Connet, Eddy Linkens et enfin Odette Bastings. Cinq nouvelles recrues ont rejoint l’équipe : Bénédicte Hagen, qui n’est autre que la nièce du conseiller communal socialiste, Robert Hagen, Marc Belleflamme, Lydia Dahmen, Daniel Longerich et Sarah Delhausse.
    « L’URP est heureuse de présenter une liste équilibrée à différents niveaux » Marc Simons
    Comme l’a expliqué Marc Simons, « l’URP est heureuse de présenter une liste équilibrée et ce à différents niveaux. D’abord au niveau des générations avec des candidats âgés entre 28 et 71 ans, pour une moyenne d’âge de 52 ans. Ensuite, équilibrée au niveau des villages puisque les six entités sont représentées dans les sept premières places. Équilibrée troisièmement au niveau des professions des candidats qui la composent et qui reflètent le visage de la société. Enfin équilibrée au niveau de l’implication dans les associations de la commune ».
    Avec cette liste, mais sans son homme fort Thierry Wimmer, l’URP espère continuer à diriger
    la commune durant les six prochaines années et cela dans la continuité et avec une touche de renouveau. Une majorité absolue comme actuellement avec 13 sièges sur 21 assurerait au parti de faire partie d’une majorité. Quant à savoir si l’URP entend
    poursuivre l’aventure avec le cdH, son actuel partenaire, tous s’accordent à dire qu’il est trop tôt pour se prononcer d’autant que l’on ne sait pas encore combien de listes s’engageront dans la campagne.


    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 1er juin 2018

  • Wimmer président, Duyckaerts out, Habets 2 e

    L’URP en pleine mutation

    Ça bouge au niveau de l’URP, à Plombières. On connaît désormais la seconde candidate, Michelle Habets. Mais on apprend aussi qu’Hubert Duyckaerts, dont on avait pensé qu’il serait tête de liste, ne se présentera plus et que Thierry Wimmer, l’actuel maïeur, deviendra président du parti.

    Après la tête de liste surprise Marc Simons, voici la deuxième : Michelle Habets, 35 ans, mariée et maman de deux petites filles. Elle est aussi avocate au barreau de Verviers. Elle n’est pas inconnue en politique, puisqu’elle avait déjà siégé au conseil entre 2006 et 2012, puis ne s’était plus présentée aux élections. Par contre, Hubert Duyckaerts, le 1 er échevin, ne se présentera plus. Une décision « motivée uniquement et strictement par des raisons personnelles et professionnelles », selon l’URP. Qui précise qu’il « n’est en rien la conséquence des choix posés ces derniers mois qu’il avait soutenus ». Plus tôt, les observateurs voyaient en Hubert Duyckaerts la nouvelle tête de liste de l’URP suite au choix du bourgmestre Wimmer de ne plus se représenter. Enfin, ce même Wimmer devient président du parti pour 3 ans à partir du 1 er juillet. Il remplacera Daniel Schroeder.

    20180114_290.gif

    Les membres du collège à la réception du 14 janvier 2018

     

  • L’intercommunale établie à Spa mène cinq nouveaux projets touristiques majeurs pour notre région

    C’est en 1999 qu’Aqualis, société publique intercommunale, a vu le jour. La société – qui comptait 15 associés à sa création – en compte aujourd’hui 26, dont 18 des 20 communes de l’Arrondissement de Verviers. Sa mission principale est d’assurer la promotion touristique de l’arrondissement de Verviers tout en renforçant l’identité de celui-ci sous la dénomination Ardenne Bleue.

    Cinq projets majeurs concernant plusieurs communes ont été déposés au Commissariat général au tourisme (CGT) récemment. « Cela représente un

    million d’euros d’investissements global », dit Jean-Paul Mawet, le directeur d’Aqualis qui sera pensionné le 1er juin. « Après avoir fait de la signalétique interne à Spa, Dison et Verviers, il y a trois dossiers à l’examen du ministre. Il s’agit des communes de Stavelot, Jalhay et de Waimes. Les projets sont prêts et nous espérons être subsidiés à hauteur de 80 % ou 60 % par le CGT en plus d’une participation de la part des communes. Pour l’intercommunale, cela ne coû

    tera rien mais nous fournirons tout le matériel et la logistique. »

    UNE INTERCOMMUNALE ACTIVE Après les projets de signalétique interne, Aqualis travaille aussi sur deux projets de sentiers de randonnées. « Le premier concerne les sentiers de randonnées de toutes les balades à Spa », explique Jean-Paul Mawet. « Le second est un sentier d’interprétation touristique en partenariat avec la Maison du tourisme. Et nous avons également finalisé une étude à la demande de la commune de Plombières. C’est expérimental car il s’agit d’une commune frontalière avec l’Allemagne, les Pays-Bas, la Flandre et les Cantons de l’Est. Dans la signalisation de leurs promenades, toutes ces entités utilisent le système de points-noeuds. Le bourgmestre nous a demandé de réaliser cette étude et nous sommes prêts à la présenter à ceux qui veulent. »

    D'un article de CHARLES BOURY dans LA MEUSE VERVIERS du 9 mai 2018.