Sippenaeken

  • Concert musical annuel

    E2400BB5-4C6C-4E6F-A6AB-F4BB8E10FE2E.jpeg

  • Prenez l’air sur le GR

    A tous ceux qui souhaitent s’oxygéner après les réveillons : la section Sports-Seniors Plateau organise sa 4ème balade du GR 563 Pays de Herve, de Moresnet-Chapelle à Hombourg.

    Cette balade hivernale de 23 km vous emmènera sur le site des Trois-Frontières par le bois de Preuss.

    LE PARCOURS

    Après avoir longé la frontière néerlandaise, vous redescendrez vers Gemmenich et Plombières où la La taverne du Soleil sur la place vous accueillera pour la pause de midi. L’après-midi, vous suivrez la vallée de la Gueule jusque Sippenaeken, traverserez le bois de Beusdael et arriverez enfin (ou déjà !) à Hombourg. La brasserie du Grain d’Orge vous accueillera à l’arrivée.

    Attention, cette journée s’adresse à de bons marcheurs, équipés d’une tenue adaptée à la météo du jour, d’un pique-nique et de boissons en suffisance. Rendez-vous est donné à 9 h à Hombourg, sur le vaste parking de la rue de la Station, en face de l’église. Un bus vous amènera au point de départ : place Arnold Franck à Moresnet-Chapelle.

    Lire la suite

  • Interview de Tommy Scholtès: « Faute de prêtres, on restructure »

    Tommy Scholtès, porte-parole de la Conférence épiscopale, a participé à la rédaction de ce rapport et répond à nos questions.

    Peut-on dire qu’il y a de moins en moins de catholiques pratiquants en Belgique ?Capture d’écran 2018-11-26 à 08.20.51.png

    « Il y a eu une légère baisse, une érosion aujourd’hui stabilisée autour des 9 %, ce qui représente un million de personnes qui vont donc régulièrement à la messe le dimanche. Cela reste un chiffre intéressant. Ils ne vont pas tous les dimanches à l’église, mais s’y rendent régulièrement ».

    Pourquoi cette érosion ?

    « Parce que la société a changé. À l’époque de nos grands-parents, les valeurs chrétiennes étaient la référence principale. L’église y tenait un grand rôle social et communautaire. Aujourd’hui, il y a internet, les loisirs, une plus grande mobilité, on fait des marches Adeps le dimanche, on va à des bourses d’antiquité… Ce n’est pas une concurrence mais ce sont d’autres façons de vivre. Et puis, il y a eu la crise de la pédophilie au sein de l’Église. Une partie de la population a fait le lien et a décidé de ne plus se rendre à l’église.

    Aujourd’hui, tout cela est apaisé ».

    Est-ce raisonnable, pour les pouvoirs publics, d’entretenir 4.296 églises alors que le nombre de pratiquants diminue ?

    « Les autoroutes, les théâtres, les stades de foot sont aussi entretenus, et les stades de foot ne sont pas remplis non plus. L’État doit garantir la pratique du culte. Cela dit, on n’est pas dans l’immobilisme. On restructure les paroisses et on fermera encore des églises, car leur restauration coûtera trop cher. Mais on ne calcule pas cela à la hache ! Des projets de nouvelles églises existent d’ailleurs. À Etterbeek par exemple, on va en construire une ».

    On ne compte que 212 candidats prêtres. Comment allezvous faire pour recruter ?

    « Ils ne seront pas assez nombreux pour remplacer tous les prêtres partis à la pension. Et non, on ne va pas lancer une campagne publicitaire de recrutement ! Il y a en effet de moins en moins de vocations. Il y aura des restructurations, on va réorganiser les paroisses ».

    Pourquoi avoir rédigé ce rapport ?

    « Pour montrer notre pertinence sociale. Pour ne pas enfermer l’Église catholique dans les sacristies, et pour montrer toutes les actions sur le côté auprès des jeunes, auprès des malades, auprès des plus démunis, etc. ».

    Vous ne publiez aucun chiffre sur les pédophiles au sein de l’église.

    « On sortira un rapport à la mi-janvier, avec des chiffres à ce sujet, et aussi sur tout ce que l’Église a fait et comment elle a vécu cette crise ». 

    F. DE H. dans LA MEUSE VERVIERS du 16 novembre 2018 dans le cadre de la publication du rapport annuel de l'Église catholique de Belgique.

    « L’Église catholique en Belgique: rapport annuel 2018 ». Téléchargeable sur le site catho.be

  • Décès de Madame Marie-Thérèse DESWYSEN, veuve de Monsieur Joseph HUYNEN

    Capture d’écran 2018-11-14 à 17.41.32.pngLa famille annonce le décès de Madame Marie-Thérèse DESWYSEN, veuve de Monsieur Joseph HUYNEN, née à Sippenaeken le 8 février 1938 décédée à Moresnet le 13 novembre 2018.

    La liturgie des funérailles, suivie de l’inhumation au cimetière de Hombourg, sera célébrée en l’église Saint-Brice de Hombourg, le SAMEDI 17 NOVEMBRE 2018 A 10 H 30.

    La veillée d’adieu aura lieu en la même église le vendredi 16 novembre 2018 à 19h30.
    La défunte repose au Salon Indigo de la Clinique Saint-Joseph de Moresnet, rue de la Clinique 24, où la famille sera présente le mercredi 14, le jeudi 15 et le vendredi 16 novembre 2018 de 17 à 19 heures.

    Les personnes désireuses de manifester leur sympathie, peuvent verser un don à l’asbl « Soleil au cœur », compte BE41 7311 1840 1710 avec la mention « La Roseraie en souvenir de MT Deswysen ».

    Faire-part.

  • Commémoration de l'Armistice

    La commune de Plombières, le comité culturel et les anciens combattants  ont commémoré tout particulièrement cette année  les victimes  de la clôture barbelée et électrocutée érigée par les allemands pour empêcher les évasions vers les Pays-Bas. Cette ligne longue de 350 km fit 22 victimes dans  la commune de Sippenaeken.

    En présence des autorités communales ,des  Anciens Combattants et des représentants des différentes sociétés, des gerbes ont  été déposées  au monument érigé dans le bois de Beusdael en 1920 , détruit en 1940 et reconstruit en 1962.
     
    Le cortège se rendit ensuite à l'église où l'abbé Buchet célébra  la messe qui fut animée par l'harmonie  et la chorale de Sippenaeken. Après l'office  tout le monde  se retrouva à la nouvelle maison du village pour la partie académique.
     
    Après le discours du bourgmestre Th. Wimmer et  des enfants du conseil communal, ce fut René Vanderheyden, président FNC de Sippenaeken  qui prit la parole  pour souligner les effets  de cette clôture sur la vie  des habitants et le courage  de certains de ceux-ci pour aider les fuyards.Le verre de l'amitié  et une collation  offerte par l'administration furent ensuite servis.
     
    Plusieurs conférences  organisées par l'asbl Espace Culture sur la clôture électrifiée et la vie en 14-18 dans notre région furent présentées l'après-midi  ainsi que le samedi  et  furent suivies par un très nombreux public.
     
    LB

     

  • 1918, Plombières 100 souvient

    Après « Plombières dans la Tourmente » en 2012, « Plomb’hier a bonnes mines » en 2014 et « 100 ans d’entrain » en 2016, 2018 marque le 100e anniversaire de la signature de l’Armistice de la Première Guerre mondiale. La fin du conflit aura des incidences sur notre commune : réorganisation des frontières, érection de monuments dans chaque village, retour de nos soldats et de nos prisonniers,… Dès lors, il nous semblait intéressant de consacrer cette thématique : 1918, Plombières 100 souvient.

    Tout naturellement, notre choix s’est porté sur Sippenaeken pour commémorer cet anniversaire. En effet, durant la guerre 14-18, les villages de Sippenaeken et de Gemmenich sont traversés par une frontière électrifiée construite en 1915. Bon nombre de prisonniers et de civils perdront leur vie en tentant de la franchir… Aujourd’hui encore, certaines de nos prairies laissent apparaître des traces de cette ancienne ligne électrifiée, comme si le sol souhaitait laisser l’empreinte de ces évènements passés.

    Comme les éditions précédentes, les activités proposées (exposition, conférences, balades guidées,…) seront gratuites. Vous trouverez le programme détaillé à la fin du livret.

    Nous vous souhaitons de (re)découvrir nombreux ce moment d’histoire qui a touché notre commune.

    Les Membres de l’ASBL Espace Culture

    Prospectus.

    Lire la suite

  • Le Moulin de Terbruggen ouvre ses portes le samedi 6 octobre pour 2 visites guidées.

    Profitez de l’occasion pour découvrir le dernier moulin à eau dans la partie belge de la vallée de la Gueule, sa machinerie, ses meules, son engrenage,...

    Les visites guidées sont proposées à : 14h et 15h30.

    Pour permettre une bonne organisation des visites guidées, n’oubliez pas de vous inscrire préalablement par téléphone ou mail.

    Inscription gratuite: 

    Moulin de Terbruggen

    Terbruggen
    4851 Sippenaeken
    Téléphone :
    +32 (0) 87 35 53 77
    E-mail : 
    tourisme@plombieres.be
  • Balade guidée dans la vallée de la Gueule

    Guidés par Jean-Louis Merken, nous aurons l’occasion de parcourir la magnifique vallée de la Gueule. En passant par Klein Kullen, Terziet et en suivant le Terzieterbach, nous arrivons à Epen. Pour le retour, nous suivrons la Gueule et visiterons le moulin « Volmolen » qui est le dernier moulin encore en activité sur la Gueule. Enfin, nous nous arrêterons à la carrière de « Heimansgroeve », la seule carrière de pierres des Pays-Bas datant du « carbonifère ». En chemin, nous aurons l’occasion d’admirer quelques belles maisons à colombages.

    Le 07 octobre 2018 de 13:00 à 16:30
    Place Saint-Lambert
    4851 Sippenaeken
    Téléphone :
    +32 (0) 87 33 96 64
  • L'opposition de Gulpen-Wittem demande un soutien pour les clubs de pêche qui ont été victimes de la fuite de fumier dans le Gueule.

    L’opposition au conseil communal de Gulpen-Wittem demande au Collège des Bourgmestre et Echevins de créer immédiatement un fonds pouvant aider les associations concernées. Dans un premier temps, il faudrait y déposer un montant de 5 000 euros.

    L'eau du Gueule a été fortement polluée à la fin du mois d'août lorsqu'un silo à fumier s'est brisé dans une ferme d'élevage de Sippenaeken. Finalement, plus de quarante mètres cubes de lisier s’écoulèrent dans la Gueule

    Les autorités wallonnes ont tardivement  informé "Waterschap Limburg" de la taille énorme des fuites dans une installation de stockage de fumier à Sippenaeken.

    Le lisier s'est retrouvé dans le Gueule, ce qui a entraîné une mortalité massive des poissons dans la rivière. Entre la frontière entre Terziet et Partij, il n'y a pratiquement plus de truites ou de saumons dans le Gueule. Il faudra probablement des années pour récupérer.

    L'accident a provoqué un énorme désastre environnemental. L'ammoniac contenu dans le fumier a tué toute la vie dans le Gueule. Jusqu'à Partij, où Selzer et Eyserbeek se déversent dans le Gueule et où la pollution a été diluée, tous les poissons ont été tués.

     

    Après trois semaines, l'eau n'est toujours pas complètement propre. Le service des eaux du Limbourg a prélevé des échantillons en cours d'analyse au laboratoire. Le résultat est attendu ces jours-ci.

    Le désastre environnemental est également un obstacle important pour les clubs de pêche d'Epen, de Mechelen et de Gulpen. Au cours des dix dernières années, ils ont investi beaucoup d'argent dans la culture et l'expansion de la truite et du saumon dans la région de la Gueuel. Tous ces efforts ont maintenant été détruits d'un seul coup. Ils ont déposé une déclaration contre l'agriculteur en Belgique, en même temps que l'office des eaux.

    (Une information du journal "De Limburger" du 24 septembre 2018).

  • Visite de la vallée de la Gueule

    Capture d’écran 2018-09-17 à 10.53.48.png

    Nous aurons l’occasion de parcourir la magnifique vallée de la Gueule. En passant par Klein Kullen, Terziet et en suivant le Terzieterbach, nous arrivons à Epen. Pour le retour, nous suivrons la Gueule et visiterons le moulin « Volmolen » qui est le dernier moulin encore en activité sur la Gueule. Enfin, nous nous arrêterons à la carrière de « Heimansgroeve », la seule carrière de pierres des Pays-Bas datant du « carbonifère ». En chemin, nous aurons l'occasion d’admirer quelques belles maisons à colombages.