Tourisme

  • À Hombourg, dormir dans des wagons de chemin de fer !

    L’ancienne gare de Hombourg, vous plonge vraiment dans l’ambiance des années 1950.
    Outre la salle de banquet et un gîte de luxe aménagés dans la gare, l’endroit propose également de loger…tourisme.JPG dans des wagons d’époque !
    D’authentiques wagons de collection dans un cadre unique et insolite. Vous pourrez dormir sur les couchettes d’origine d’un wagon hôpital de la guerre 40-45, prendre vos repas dans un wagon postal de 1930, cuisiner dans l’ancienne lampisterie, et même bénéficier d’une terrasse. Douches et WC dans le bloc sanitaires de la gare de 1850.

    Prix : 19€/pers/nuit (de 15 pers à 22 pers) + 75€ (charges & nettoyage).

    Dans LA MEUSE du 8 février 2018 dans le cadre d'une page de Charles LEDENT consacrée à une dizaine de propositions de tourisme insolite que promeut la Province de Liège.

    Lire la suite

  • Des châteaux d’eau transformés en gîtes

    Depuis environ deux ans, Frédéric Lex et Aléna Deckers sont les heureux propriétaires du château d’eau du Windt Vosheydt à Montzen. « Habitant dans le coin, on passait régulièrement devant ce château, construit en 1934, et qui alimentait tout le quartier en eau potable. On savait qu’il était vide et on a très souvent imaginé l’acquérir et le restaurer », se souvient Frédéric Lex. Voilà donc deux années que ce rêve est devenu réalité. « Quand la SWDE l’a mis en vente, comme douze autres acquéreurs potentiels, nous avons fait une offre ». Le couple a donc déboursé 87.000 euros, hors frais de notaire pour acquérir ce bâtiment.
    Avec leur SPRL Eau’Studio, ils nourrissent le projet de restaurer ce château d’eau et d’en faire un gîte, d’environ 120m2, pouvant accueillir deux personnes.
    D’un point de vue esthétique, le bâtiment devrait conserver son allure actuelle. La tour en briques sera conservée, tout comme la cuve qui sera insolée par l’extérieur avant d’être recouverte d’un crépi blanc. À l’intérieur les propriétaires souhaitent conserver l’escalier en colimaçon en béton, coffré et coulé sur place. « La tour qui mène à la cuve qui abritera les pièces de vie servira de lieu d’accueil où l’on retrouvera par exemple des informations touristiques sur la région. Et au niveau du réservoir, on a décidé de travailler par paliers. Le premier palier abritera un hall avec une toilette et une penderie. Après avoir monté quelques marches, on arrivera au niveau de la chambre à coucher. La salle de bain sera sur le troisième palier. En montant à nouveau trois marches on arrivera à la cuisine puis enfin, sous la voûte on trouvera le séjour », explique le Plombimontois.

    Lire la suite

  • Le pont tournant sauvé des ferrailleurs

    Une bonne nouvelle et une mauvaise, pour les membres du Chemin de fer des trois frontières (CF3F) qui rêvaient de réhabiliter la plaque tournante ferroviaire en gare de Montzen, voire à quelques encablures, sur le site de la gare de Hombourg. La bonne, c’est que l’outil, dont l’acteur-réalisateur Bouli Lanners et Louis Maraite réclamaient le sauvetage, paraît sauvé. La mauvaise, c’est qu’il sera très probablement réimplanté dans le sud de la province de Namur, près de la ligne historique sillonnant dans la vallée du Bocq, entre Spontin et Yvoir, dans la région de Ciney.

     

    Lire la suite

  • Relance d'une activité minière à Plombières

    Un débat diffusé par TéléVesdre le 23 novembre dernier à revoir ici.

    Rouvrir des mines de zinc et de plomb ! Une société a imaginé déposer un avis de recherche sur le territoire de plusieurs communes dont Plombières. De quoi susciter l’inquiétude auprès de la population.

    Les invités :

    • Albert Stassen, Président du Syndicat d’Initiative des Trois Frontières
    • Thierry Wimmer, Bourgmestre de Plombières
    • Roger Franssen, 1er Echevin à Lontzen
    • Johan Yans, Professeur à l’Université de Namur - géologie

  • La Wallonie labellise 38 nouveaux cimetières nature

    Le gouvernement wallon vient de labelliser 38 nouveaux cimetières, dont un à Plombières, et en a fait « monter » 8 autres de catégorie. Ces cimetières se trouvent un peu partout en Wallonie. Avec ces nouveaux cimetières, on en est désormais à 126, répartis dans 58 communes, à bénéficier de cette reconnaissance.

    La labellisation du gouvernement est dite « nature ». Mais qu’est-ce donc qu’un cimetière nature ?

    « C’est inviter la nature à prendre place dans les cimetières de Wallonie. Les communes participent à la densification du maillage vert global, au développement du potentiel d’accueil de la vie sauvage, à la prise en compte de la biodiversité au cœur même de l’activité humaine, à la préservation de la santé des citoyens et au respect de l’environnement. Ces espaces gérés différemment offrent ainsi des zones et des plans d’eau nécessaires au développement d’espèces sauvages, et deviennent des lieux de recueillement et ressourcement permettant de recréer un contact serein homme-nature », explique-ton chez René Collin (cdH), ministre de la Nature. « Cette démarche s’inscrit aussi dans le plan wallon de réduction des pesticides qui aura pour défi de limiter l’utilisation de produits phytopharmaceutiques sur le territoire communal. C’est une manière d’accompagner les communes dans l’interdiction de l’utilisation notamment du glyphosate. »Capture d’écran 2017-10-25 à 08.46.43.png

    « La réflexion se porte à la fois sur la biodiversité et sur le tourisme », explique le porte-parole de M. Collin. « Le tourisme parce que les cimetières sont aussi des lieux de visite. Pour voir la tombe de célébrités, ou simplement parce que l’endroit est beau. » Les communes s’engagent via une charte, mais aussi (et surtout), par des réalisations concrètes.

    D'un article de B. JACQUEMART, AVEC F.J., à lire dans LA MEUSE du 25 octobre 2017.

  • Balade-conférence : Gemmenich

    La Société d'Histoire et d'Archéologie du Plateau de Herve poursuit ses activités, et vous propose le dimanche 22 octobre:

    Balade-conférence : Gemmenich

    Ce village paisible des confins de la Belgique, déjà cité en 888, est bien plus que ses "trois bornes" emblématiques. Venez le découvrir sous les ors de l'automne ...

    Rendez-vous à 14 h 00 devant l'église de Gemmenich

    Guide : Thomas Lambiet

    PAF : membres SHAPH et famille : gratuit; non-membres : 2 euros

    Renseignements : Thomas Lambiet : (0486.84.99.37) ou Jean Rennotte (0499.63.32.80) 

  • Les camps : un juteux business communal, mais pas partout!

    Des entités taxent à la nuitée, tandis que le commerce et les loueurs enregistrent de belles rentrées.

    Les camps, sous tente ou toit, c’est une donnée économique non négligeable pour nombre de nos communes. Avec parfois des profits qui font sourciller les mouvements.

    Pour les scouts et les patronés, les taxes, ça existe aussi. Et ça en irrite beaucoup. Dont leurs fédérations, qui s’inquiètent d’une fiscalité les visant et qui ne cesse de s’étendre. Outre les redevances perçues en matière d’immondices, on voit fleurir, ici et là, des taxes de séjour, par tête et jour.

    LE MAÏEUR WIMMER

    Pas de taxe, à Plombières: « un choix politique, pour soutenir les mouvements de jeunesse »

    À Plombières, qui compte une quinzaine d’endroits de camp, la taxe par nuit et personne n’est réclamée que là où des lits ne sont pas mis à disposition. Mais les mouvements de jeunesse en sont exemptés : « C’est un choix politique, pour soutenir les mouvements de jeunesse », plaide le maïeur, Thierry Wimmer.

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 15 juillet 2017.

  • Nuitées en 2016

    Le château de Berlieren est un des nombreux lieux d'hébergement proposés sur le territoire de Plombières. Le S.I. des Trois Frontières en donne la liste.

    La Direction générale Statistique publie aujourd'hui les chiffres annuels des arrivées et des nuitées touristiques en Belgique, en 2016. Et voici les résultats pour notre commune et ses voisines.

    Nuitées en 2016

    Communes Total des nuitées dont étrangers
    Fourons 158.559 43.278
    Aubel 3.480 2.980
    Plombières 66.142 42.681
    Visé 3.646 1.596
    Dalhem 11.305 5.691
  • BALADES EN CALÈCHES TIRÉES PAR DES CHEVAUX DE TRAIT

    Tous les samedis de l’été, de 10h à 16h, l’Office du Tourisme du Pays d’Aubel, en collaboration avec l’Administration communale d’Aubel, organise des balades en calèche tirées par des chevaux de trait.
     
    Ces balades seront commentées par une guide reconnue et suivies d’une petite dégustation de produits régionaux.
     
    Pour réserver, il vous suffit de remplir le formulaire disponible sur le site www.aubel.be ou d’envoyer un e-mail à l’adresse tourisme@aubel.be ou encore de téléphoner au 087/68.01.39 aux heures d’ouverture habituelles.
     
    Concrètement, 5 départs seront donnés chaque samedi à la locomotive (place de la Victoire) entre le 1er juillet et le 19 août. Le samedi 26 août sera l’apothéose de ce projet transcommunal entre Aubel et Plombières. Une balade en calèche reliera effectivement nos deux communes et sera également suivie, voire précédée, d’une visite chez un producteur : le pub de la brasserie Grain d’Orge à Hombourg ou la siroperie artisanale d’Aubel.
     
    La calèche, tirée par des chevaux de trait, peut accueillir maximum 8 personnes. Elle vous emmènera à la découverte ou à la redécouverte de la campagne aubeloise, pendant des sorties de 30 à 45 minutes. Le prix est fixé à 8 EUR par adulte et 5 EUR par enfant. L’accès est gratuit pour les moins de six ans.
     
    Infos : départ de la locomotive, place de la Victoire - de 10h à 16h - 087/68.01.39 - tourisme@aubel.be - www.aubel.be - réservation obligatoire.

  • 40 ans de présidence et 70 ans de mariage

    En 1977, Albert Stassen était jeune échevin du tourisme de Plombières et Jean Henkens était président démissionnaire du Syndicat d'Initiative des Trois Frontières et déjà ancien bourgmestre de Henri-Chapelle.

    Comme il quittait ses fonctions maïorales, il avait décidé de démissionner de la présidence du Syndicat d'Initiative fondé une vingtaine d'années plus tôt par son prédécesseur M. Xhaflaire, bourgmestre de Montzen.

    Albert Stassen, présent pour la première fois à une assemblée générale du groupement, en devint donc le troisième président.

    Hier soir, au cours de l'assemblée générale tenue à Hombourg, Albert Stassen célébrait donc le 40ème anniversaire de son élection et Jean Henkens était présent, comme d'habitude, mais il a aussi été fêté car il a célébré récemment le 70ème anniversaire de son mariage.

    20170608_644.gif