Non à l’asphaltage total de la ligne 38

PAYS DE HERVE – MOBILITÉ 

20140727_492.gif

Déjà lancée puis abandonnée en 2006, l’idée d’asphalter la ligne 38 entre Melen et Hombourg est réapparue ces derniers mois. Un collectif d’opposants à l’asphaltage de la piste en cendrée, baptisé «Nous sommes la ligne 38 », a vu le jour. Plutôt que s’opposer à tout, il propose une solution intermédiaire.

Leur idée, c’est d’asphalter la moitié de la piste actuelle entre Melen et le fort de Battice, le tronçon le plus densément peuplé. Puis de laisser une piste en revêtement doux et perméable de 3 mètres entre le fort de Battice et Hombourg, avec néanmoins un trottoir en asphalte d’1,5 mètre dans les tronçons « urbains » d’Aubel et Thimister. Voilà ce qu’ils proposent dans un toutes-boîtes qui sera distribué la semaine prochaine dans les communes d’Aubel, Thimister- Clermont et de Plombières.
« Nous avons décidé de faire ce toutes-boîtes parce que depuis 6 mois qu’on discute de ce projet, on s’est rendu compte que beaucoup de personnes n’étaient pas au courant. Et quand on en parlait avec elles, elles étaient généralement de notre avis », explique Stéphane Willemsens, pour « Nous sommes la ligne 38». «En tout cas les gens ne se plaignent pas de l’état de la ligne 38. Les usagers ne sont donc pas demandeurs d’un asphaltage ! »
La ligne 38, c’est l’ancienne ligne de chemin de fer du pays de Herve, qui reliait autrefois Chênée à Plombières. Elle est en cendrée, un revêtement perméable et « doux » pour les articulations, et fait le bonheur de nombreux cyclistes, coureurs, cavaliers et promeneurs. Mais en décembre dernier, nous vous révélions que le Service Public de Wallonie (SPW) et les com
munes se dirigeaient vers un asphaltage, pour que ce Ravel soit utilisable par tous les temps, notamment pour permettre aux élèves de se rendre à l’école.

Mais cette solution ne fait pas le bonheur de nombreux utilisateurs quotidiens. Clubs de vététistes, de marcheurs et de cavaliers, jeunesses, écoles... ne veulent pas que la ligne 38 perde son charme particulier et sa convivialité. Le projet du SPW évoque la création d’une bande asphaltée d’environ 2,50 m avec une bande plus « molle » de 1,5 mètre de Melen à Hombourg. « On comprend que la cendrée ce n’est pas pratique, c’est très salissant. C’est pourquoi on propose entre le fort de Battice et Hombourg de remplacer la cendrée par un autre matériau comme de la dolomie, du schiste concassé... Presque tous les chemins sont déjà asphaltés au pays de Herve », poursuit Stéphane Willemsens. 

Ils espèrent arriver à un accord avec les communes et le SPW.

B.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 15 juin 2015 

Commentaires

  • Dans notre commune Vedrin / Namur, nous nous sommes opposés pendant plu de 18 mois à la mise sous asphalte de l'ancienne voie ferrée. Aujourd'hui ce ravel est entièrement asphalté mais nous avons obtenu : une réduction de la largeur de l'asphaltage,un inventaire floristique et faunistique avant travaux , une liste d'espéces ou de spécimens à protéger, un tracé moins rectiligne ......etc. Le site est aujourd'hui très fréquenté même si la cohabitation vélo/piéton est encore source de conflits. Je ne peux qu'adhérer aux propositions que vous faites sur le sujet de l'alternance des recouvrements en fonction des situations et de l'utilisation souhaitée.
    Bonne chance dans vos revendications même 'il faudra vous armer de courage et de détermination pour convaincre.

    Marcel Guillaume
    0476/779815

  • Je suis POUR l'asphalter la ligne 38, allez voir plus loin dès Raeren et vous serez convaincu de la nécessité d'aménagement correcte du RAVEL.

Les commentaires sont fermés.