1940-45 : en finir avec malentendus et erreurs

EST DE L’ARRONDISSEMENT – LIVRE D’HISTOIRE 

Capture d’écran 2015-07-07 à 07.45.47.png

En mai 1940, l’Allemagne annexe les Cantons de l’Est, y compris Waimes et Malmedy, ainsi que les territoires actuels de Plombières et Welkenraedt et des hameaux de villages comme 

Capture d’écran 2015-07-07 à 07.45.37.pngClermont ou Jalhay. Là, on va pratiquer là-bas une germanisation et une nazification forcées. Jeunesse hitlérienne, changement de noms de rue... Les dirigeants mani- pulent les esprits. Les enrôlés issus des territoires annexés se multiplient. Ils seront 8.700 environ, dont 3.200 disparaîtront ou mourront et 2.800 s’en sortiront invalides. Cette période troublée et ces drames, le Malmedien Paul Dandrifosse les retrace dans un beau livre très bien documenté, «Nos terres volées en 1940. Plaidoyer pour une vraie libération », qui vient de paraître aux éditions Weyrich.

L’après mai 1940 sera une période noire pour tous les annexés qui, nombreux, avaient changé à regret de « patrie ». Elle sera aussi jalonnée de désillusions pour ceux qui considéraient d’un bon œil le passage dans le camp allemand. Pour les habitants des Cantons de l’Est, c’était même un retour : ils avaient été Prussiens puis Allemands de 1815 à 1919. Des populations qui, dans l’entre-deux-guerres, allaient souvent être considérées avec un dédain par les nouvelles autorités belges, pas toujours adroites, ni très réactives face aux manipulations allemandes pour se concilier les populations perdues après la défaite de 1918. En 1920, une consultation laisse croire que les habitants des Cantons de l’Est veulent, dans leur immense majorité, faire route avec la Belgique. Mais cette consultation populaire « n’en avait que le nom », souligne Paul Dandrifosse. 

La suite de l'article est à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 7 juillet 2015

Les commentaires sont fermés.