Alain Vluggen perd son combat contre le cancer

Capture d’écran 2015-08-04 à 07.18.47.png

Triste nouvelle ce lundi 3 août. L’athlète unijambiste Alain Vluggen, médaillé d’or à de multiples reprises a rendu son dernier souffle à l’âge de 43 ans. Depuis plusieurs mois, le Baelenois se battait corps et âme contre une forme de cancer particulièrement agressive. Mais les nouvelles n’étaient pas très encourageantes ces derniers temps, avec l’apparition de métastases. On se souviendra de sa force de caractère qui lui a permis de remporter plusieurs titres de champion dans sa catégorie et de battre différents records de Belgique.

C’était certainement le challenge le plus difficile de sa carrière qu’il a mené ces derniers mois. Un challenge qui aura finalement eu raison de lui. L’athlète unijambiste Alain Vluggen est décédé ce lundi à l’âge de 43 ans. Il laisse derrière lui un fils et une épouse. Le monde du handisport est également en deuil, car le Baelenois était un de ses plus grands champions. C’est en 1996 que la vie d’Alain Vluggen bascule suite à un terrible accident de la route, au terme duquel il perd une jambe. Mais c’est à ce moment déjà qu’on a pu mesurer sa force de caractère. Après une année d’hospitalisation et deux années en chaise roulante, il se lance de certaines disciplines d’athlétisme en handisport.

Une carrière sportive durant laquelle Alain Vluggen a raflé de nombreux titres de champion de Belgique dans sa discipline. Sans compter qu’il a battu des records de Belgique, comme celui du lancer du poids en 2013 à l’occasion des championnats de Belgique de handisport. À Stadskanaal aux Pays-Bas, grâce à ses trois médailles d’or, il intègre ainsi le top 10 des athlètes aux lancers de javelot et de disque. C’est à cette occasion, d’ailleurs, qu’il s’était confié à nous sur un classement qu’il estimait faussé. « Dès la première épreuve, je me suis retrouvé en concurrence avec des athlètes qui avaient d’autres types de handicap que le mien. Du coup, le classement est quelque peu faussé », nous expliquait-il. Mais cette prise de parole était avant tout destinée à montrer une fois de plus son engagement envers la professionnalisation des athlètes paralympiques. « Je me suis senti revivre, même si je remarque aussi que je vieillis. C’est difficile de rivaliser avec des gens qui ont la moitié de mon âge », plaisantait-il encore.

Cet ancien plombimontois était aussi le seul arbitre de football amputé. Et il était devenu préparateur bénévole à la RUA Plombières.

 

DES DOULEURS INSUPPORTABLES

Capture d’écran 2015-08-04 à 07.18.58.png

Il lui arrivait souvent de ressentir des douleurs au niveau de son moignon. Mais ces douleurs ont pris une ampleur insoutenable dans la seconde moitié de 2014. Il apprendra un peu plus tard être touché par un cancer au niveau de la cuisse. Les chimios débuteront en février 2015. S’en suit un nouveau combat au jour le jour pour l’athlète. En février, il écrivait sur sa page Facebook : « les douleurs ne s’atténueront qu’avec la disparition petit à petit des deux énormes tumeurs logées dans ma cuisse et qui exercent des pressions insoutenables sur le fémur et mes muscles déchirés. » Mais malgré ça, le Baelenois restait optimiste quant à la suite, pouvant s’appuyer sur sa famille mais aussi sur tous ceux qui le suivaient et l’encourageaient sur Facebook. En juin déjà, les nouvelles n’étaient pas bonnes. Il expliquait ainsi que son traitement n’avait rien donné et qu’une nouvelle attaque contre cette satanée maladie était inévitable. "Je ne veux pas que cette saloperie de cancer ait le dessus », disait-il. Malheureusement, des métastases se sont formées sur sa colonne vertébrale, nécessitant des rayons et une nouvelle chimio.

UN SILENCE INQUIÉTANT

Très actif sur Facebook, où il détaillait ses traitements et l’évolution de sa maladie, son dernier message datait du 6 juillet. Ce qui ne laissait rien présager de bon. La triste nouvelle est donc tombée hier en début d’après-midi. Les marques de sympathie et mes- sages de condoléances ont alors afflué sur sa page Facebook. Une bien maigre consolation pour sa famille, on l’imagine, à qui nos pensées vont directement. l

AURÉLIE FRANSOLET dans LA MEUSE VERVIERS du 4 août 2015 

Les commentaires sont fermés.