Ernst : « Encore des jours noirs pour le consommateur »

LE SPÉCIALISTE PLOMBIMONTOIS PREVIENT

Damien Ernst est professeur à l’ULg, il est spécialiste en énergie. Et il n’a pas l’habitude de manier la langue de bois.Capture d’écran 2015-08-12 à 08.09.25.png

« Oui, les prix de l’énergie vont fortement augmenter dans les années à venir. Il y a la hausse de la TVA, l’impôt des sociétés pour les distributeurs. Mais ce n’est pas tout. L’augmentation des tarifs de distribution va faire grimper les prix de 10 à 20 %. Il y a la contribution pour l’énergie verte. Elle ne va pas cesser de grimper jusqu’en 2020. »

EFFETS INDIRECTS

Sombres perspectives, mais ce n’est pas tout. « Fin 2014, l’électricité sur les marchés coûtait 230 euros par mégawattheure, 23 centimes par kilowattheure », poursuit Damien Ernst. « D’ici à 2020, ce prix devrait grimper à 300 euros par MWh. (...) À cela s’ajoutent des effets indirects. Ceux qui ont un peu d’argent vont investir dans le photovoltaïque. En produisant eux-mêmes, ils vont moins contribuer aux frais fixes des GRD (gestionnaires des réseaux de distribution, ceux qui acheminent l’énergie chez vous, NdlR). Ceux qui ne peuvent pas installer ça vont devoir payer encore plus. Les gens vont être de plus en plus paupérisés, un peu comme en Allemagne. Ceux qui ne pourront pas payer bénéficieront de tarifs réduits... répercutés sur ceux qui peuvent payer, la classe moyenne. Tout le système est devenu instable. »

Un conseil tout de même, devant ce sombre tableau ? « Tant que la régulation reste la même, investissez dans le photovoltaïque. Mais la régulation va changer. L’avenir n’est pas très rose, il est même noir. »

B.J. dans LA MEUSE du 11 août 2015 

Les commentaires sont fermés.