Les cadres de Meister jugés en allemand

 

EUPEN/SPRIMONT

Le tribunal correctionnel de Liège a décidé de renvoyer au tribunal correctionnel d’Eupen l’examen du dossier des cadres de la société Meister de Sprimont. Le procès sera donc délocalisé car neuf des 14 prévenus au moins s’expriment en allemand. Onze personnes (dont un plombimontois), deux sociétés de gardiennage et la société-mère de Meister sont poursuivies pour des préventions de tentative de vol avec violences, fraude sociale et séquestration à la suite des incidents graves qui s’étaient produits en février 2012 dans cette usine de Sprimont produisant des pièces de voiture. La direction était opposée au personnel dans le cadre d’un conflit social et la confrontation avait dégénéré lorsqu’une milice privée, engagée par la di- rection allemande, avait fait le coup de poing pour tenter d’embarquer de la marchandise. 

 

Les commentaires sont fermés.