Bouli Lanners veut qu’on fasse des gares d’Hombourg et Montzen un espace dédié au rail

PATRIMOINE FERROVIAIRE 

Nouvel épisode dans la bataille du rail en gares de Hombourg et Montzen. Avec cette fois Bouli Lanners, le réalisateur et acteur, qui monte au créneau. Objectif : voler au secours d’une partie du patrimoine de l’ancienne gare de marchandises et conserver un accès à la collection de vieux wagons garés à Hombourg, pour y créer un musée vivant. Des endroits où le réalisateur d’origine calaminoise, a tourné son dernier film.

Remonté, Bouli Lanners. Alors qu’il est noyé dans le boulot peu avant la sortie de son film, il a pris le temps de revenir sur le terrain du tournage. Pour dire sa colère contre ce qui se trame ici. Ce qui l’horripile : le fait qu’on néglige le patrimoine ferroviaire à l’ancienne gare de Montzen. Bien sûr, conserver tout serait utopique. Mais il voudrait qu’on puisse préserver notamment une énorme plaque tournante, unique dans ces dimensions, grâce à laquelle on formait des convois. Il faudrait aussi rénover un hangar pour y conserver des locomotives de collection aptes à promener le touriste dans la région.

Dans ce combat, Bouli Lanners fait front avec le Liégeois Louis Maraite ainsi qu’avec une bande de mordus du rail regroupés dans le Chemin de fer des trois frontières (CF3F), avec à leur tête Jean-Marie Cormann. 

La suite de l'article d'Yves BASTIN est à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 20 octobre 2015.

L’ÉTAT DU DOSSIER DES GARES

Pour le bourgmestre, Thierry Wimmer, il est déjà trop tard 

Où en est le dossier de la gare d’Hombourg ? La demande du permis d’urbanisme pour modifier l’assiette de la ligne 38 vers la Laschet et au-delà est en cours, depuis juillet. Elle a été introduite par le SPW et fait l’objet d’une enquête publique, explique Jean-François Michel, du SPW. Si le dossier suivait son cours sans subir de grosses entraves, il devrait pouvoir figurer dans les crédits de 2016, avec possible aménagement d’un RaVEL avec bande en dur probablement à partir de fin 2016, ajoute-t-il.

On a évoqué une solution technique qui pourrait alternativement permettre le passage des usagers faibles et des convois dans le tunnel de la Laschet. « Mais on n’a jamais rien eu en retour », tempère Jean-François Michel. 

Dominique Drion, l’avocat de CF3F, lui, souligne que de tels éléments techniques existent et il dit sa « volonté d’avancer dans un esprit constructif et pacifique ». Sérénité qui n’a pas toujours été de mise jusqu’à présent. Enfin, le bourgmestre, Thierry Wimmer, que l’on dit pressé d’obtenir un aménagement rapide, souligne que dans le cadre de la procédure du permis, la commune a rendu un avis favorable. Pour un aménagement mixte, il pense qu’il est trop tard et il souligne qu’en cas d’octroi du permis, « les carottes sont cuites ».

Pour autant, il pense qu’il y a la place pour un projet touristique. Mais avec un quai à l’autre bout du tunnel de la Laschet, soit côté gare de Montzen. Les visiteurs de la gare de Hombourg devraient alors parcourir quelques centaines de mètres à pied pour aller prendre le train.

Y.B. 

Les commentaires sont fermés.