Une note dans le frigo peut sauver la vie d’un senior

PAYS DE HERVE – PRÉVENTION DISPARITION

Chaque jour, en Belgique, environ 5 disparitions de personnes âgées – le plus souvent atteintes de démence ou d’Alzheimer – sont signalées. Pour travailler efficacement à la recherche de nos seniors disparus, la police de la zone du Pays de Herve s’est adjoint les conseils d’un spécialiste de la police fédérale. Tout ce petit monde s’est réuni ce vendredi matin, en présence des directeurs de maisons de repos, pour échanger sur tout ce qui peut être mis en œuvre pour faire en sorte que les personnes qui disparaissent soient retrouvées saines et sauves, au plus vite. Et, surprise, une note dans le frigo peut leur sauver la vie. Voici deux ans que la cellule des personnes disparues a mis en place ce protocole pour retrouver  au plus vite, et ainsi éviter bien des drames, ces personnes âgées désorientées. Concrètement que peut-on faire ? « La première chose est de s’engager à contacter les services de police dans les 20 minutes où l’on constate la disparition d’une personne», insiste David Rimaux, commissaire pour la cellule des personnes disparues de la police fédérale. De manière préventive, il est bon de dresser une liste des endroits clés de la personne, ses points de chute (ceux où elle pourrait avoir envie de se rendre), avoir une photo récente d’elle ou encore savoir combien de temps elle est capable de marcher par exemple. Pour bien faire, toutes ces informations doivent se retrouver sur une fiche individuelle. Et parce que la police n’a pas le temps de chercher cette fiche durant plusieurs heures dans une maison si la personne vit toujours à son domicile, elle doit être toujours rangée au même endroit : dans le frigo ! « C’est un lieu commun, tout le monde a un frigo chez soi et puis comme les personnes qui ont Alzheimer ont toujours tendance à déplacer les choses, là c’est plus discret, il y a moins de risque qu’on la déplace », explique une responsable de la ligue Alzheimer.

14 DISPARUS EN 5 ANS SUR HERVE

Le fait qu’une disparition concerne une personne âgée atteinte d’Alzheimer ou de démence rend les recherches de la police en- core plus difficiles qu’à l’accoutumée. « Il est impossible de tracer ces personnes par GSM ou carte bancaire, elles n’en ont pas. Elles sont désorientées et n’ont forcément de logique de déplacement. La seule différence entre un enfant et une personne âgée, c’est que si l’on aperçoit un enfant seul dans un lieu public, on avisera beaucoup plus vite la police, alors que si c’est une personne âgée on a tendance à ne pas faire attention », indique David Rimaux. En 5 ans, 674 cas de seniors disparus ont été signalés. 40 de ces personnes ont été retrouvées mortes. Si la police du pays de Herve n’a heureusement pas dû faire face à l’une de ces tristes fins dernièrement, ce sont tout de même 14 personnes âgées qui ont disparu (puis ont été retrouvées) dans la zone ces cinq dernières années. Pour le chef de corps f.f. Daniel Boemer, le but est bien évidemment que l’on ait jamais à y faire face.

V.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 21 novembre 2015

Les commentaires sont fermés.