Hommage aux Réfractaires à la Wehrmacht aux funérailles de Jean Pirnay

M. Alain Xhonneux a prononcé ces quelques mots pendant la liturgie des funérailles célébrée à Rémersdael pour le repos de l'âme de Jean Pirnay.

Jean Pirnay Réfractaire.jpgAujourd'hui, M. Jean Pirnay s'en est allé rejoindre l'au-delà. Aussi, nous voulons nous souvenir. Le souvenir fait partie de toute vie qui se respecte.

La guerre éclair qui a duré 18 jours en Belgique au mois de mai 1940, les anciens combattants la rappellent sans cesse car c'est important en face de l'indifférence qui marque de plus en plus les générations suivantes. Ce mois de mai 1940 et les années suivantes qui ont marqué à jamais les habitants de notre région furent une époque qui nous laisse au coeur la fierté du devoir accompli. Après la capitulation de l'armée belge fin mai 1940, l'Allemagne annexa les 10 anciennes communes de la région. Aussi les jeunes en âge de faire leur service militaire durent se résoudre à faire partie de la Wehrmacht, c'est-à-dire l'armée allemande. Ce qu'ils refusèrent presque tous et ils devinrent ainsi des réfractaires. M. Pirnay fut de ceux-là. Il se cacha d'abord pendant 3 mois dans le grenier de la ferme familiale sise rue Gulpen à Hombourg. Ce furent 3 mois de profonde anxiété. Cette situation très délicate ne pouvait durer.

Un de ses cousins qui habitait Verviers l'a pris en charge grâce au réseau de l'armée blanche qui finalement le plaça à Bléret, un petit village situé à quelques kilomètres de Waremme. Il y travailla pendant 4 années dans une ferme comme ouvrier agricole sans aucun contact avec le monde extérieur. Ce furent 4 années de profonde solitude. Comme tous ceux de son âge, il a pris le risque de se réfugier dans la clandestinité sans calculer les dangers qu'il courait s'il était dénoncé.

Pour cette attitude courageuse, la Belgique lui a accordé le tire de réfractaire à la Wehrmacht, et plus tard, celui de résistant au nazisme

Le 12 septembre 1944, la commune de Hombourg fut libérée. Le réfractaire Jean Pirnay a cru à cette libération. Fier du devoir accompli, il a rejoint les rangs des anciens combattants de Hombourg. Tant que sa santé était bonne, il a accompagné régulièrement le flambeau sacré dans notre village, en portant le drapeau des réfractaires.

Avant que défilent tous ceux que tu as si bien connus, laisse nous t'exprimer tout notre respect.

Dors dans la paix du Juste et que Celui qui règne dans les cieux et à qui appartient l'éternité t'accueille dans la vraie vie et la lumière sans fin.

Maintenant, nous écoutons notre hymne national, la Brabançonne.

Les commentaires sont fermés.