53 hectares de réserves en plus

La Wallonie dispose de deux réserves de plus. Sur proposition du ministre Collin, le Gouvernement wallon a approuvé la création d’une réserve naturelle domaniale et d’une autre, forestière, à Neu-Moresnet et Hergenrath, sur le territoire de La Calamine. Toutes deux sont situées dans la vallée du Hohnbach. La première couvre 19 hectares, tandis que la seconde s’étend sur 34. Soit respectivement l’équivalent d’une trentaine et d’une cinquantaine de terrains de football. Ces terrains appartiennent déjà à la Région ou à la commune. Côté végétation, on y trouve des chênes, des charmes et des frênes, cohabitant dans une belle diversité, tantôt des variétés aptes à croître sur un sol acide, tantôt d’autres mieux adaptées à un terrain neutre. C’est aussi le domaine de la pensée calaminaire, de l’orchis mâle, de la reine-des-prés ou de la cochléaire des Pyrénées. Côté faune, on peut y apercevoir le milan royal, le grand murin (la plus grosse des chauves-souris autochtones), des pics, le blaireau ou le chabot, un petit poisson devenu rare, explique Pierre Wiliquet, le chargé de presse du ministre.

Pourquoi classer en réserves ces deux zones ? « Pour canaliser la fréquentation du public », explique Pierre Wiliquet. Pas question d’aller se balader n’importe où et quand : les visiteurs seront orientés selon un parcours prédéfini, pour préserver au mieux les deux sites. Ceci dit, la zone sera loin d’être complètement fermée. Et pour la chasse, on y interdit désormais les battues classiques, ce qui n’empêchera pas qu’on continuera à louer les terrains pour le droit de chasse. Ce qui permettra de continuer à y tirer le chevreuil ou le sanglier, pour en réguler les populations.

La gestion est confiée au Département Nature et Forêt de la Région.

Les commentaires sont fermés.