Le nouveau boss du CHR issu de la Loterie nationale

UN HABITANT DE CHAUDFONTAINE À LA TÊTE DU CHR

Capture d’écran 2016-06-24 à 07.57.08.pngC’est fait : le Centre hospitalier régional de Verviers, l’ex-CHPLT, devrait avoir un nouveau directeur général pour succéder à Jean-Louis Toussaint, qui avait présenté sa démission en janvier dernier. Le nouveau venu n’a pas été choisi en interne : c’est un des cadres de la Loterie nationale. Reste pour lui à accepter le poste ou non. Stéphane Lefebvre, c’est son nom, devrait être écolé quelques semaines par l’actuel directeur, Jean-Louis Toussaint, avant de prendre les rênes seul, probablement début 2017. Le nouveau venu n’a pas d’expérience professionnelle dans le milieu hospitalier. Ce citoyen d’Embourg (Chaudfontaine) a fait en effet la plus grosse partie de sa carrière à la Loterie nationale. Avant cela, de 2003 à 2009, il avait travaillé au cabinet du Vice-premier ministre libéral Didier Reynders, où il était secrétaire de cabinet. Il avait aussi été employé au comité d’audit du Forem. Enfin, il avait intégré la Loterie nationale. D’abord comme directeur de la recherche et du développement. Depuis 2014, il y préside le conseil d’administration et depuis quinze mois, il occupe les fonctions de directeur des opérations.

UN PROFIL DE GESTIONNAIRE

Selon nos informations, c’est le profil de gestionnaire de Stéphane Lefebvre qui aurait fait mouche lors de la sélection. Dans un premier temps, une dizaine de candidatures avaient été sélectionnées : six hommes et quatre femmes. La moitié étaient issues du milieu hospitalier. Puis trois étaient sor- ties du lot, celles de deux hommes et d’une femme. Et finalement, le nom de Stéphane Lefebvre a émergé au bureau permanent, puis au conseil d’administration du CHR, à qui revenait la décision finale, hier. Celle-ci a été acquise à l’unanimité moins une abstention. Restait au candidat à accepter ou non. Ensuite, dans le premier cas, il s’agirait de s’atteler à la tâche. Avec dès à présent un protocole d’accord portant sur la période 2016-2018 qui coince (voir La Meuse d’hier) et qui devrait refaire l’objet de débats avec les syndicats dès ce lundi. Hier, nous avons essayé de joindre Stéphane Lefebvre, en vain. Isabelle Némery avait assuré la direction jusqu’à fin 2011, sur fond de tensions avec les syndicats, en fin de parcours. Le Plombimontois Vincent Beckers avait alors été désigné pour lui succéder. Finalement, il avait renoncé à prendre la tête de l’intercommunale hospitalière. Un triumvirat avait alors assuré l’intérim avant que Jean-Louis Toussaint devienne directeur, en 2012. 

YVES BASTIN (dans LA MEUSE VERVIERS du 24 juin 2016)

Heures sup’ contestéesCapture d’écran 2016-06-24 à 07.57.22.png

Chahut syndical

 

Les syndicats ont chahuté hier, en occupant la salle où devait se tenir le C.A. L’occasion de distribuer de faux dollars portant la mention : « saine gestion – saine répartition ». Clin d’œil à la direction qui va payer 7.000 heures sup’ à des cadres, alors que les syndicats réclament notamment une prime de fin d’année complète, non liée aux bénéfices.

Les commentaires sont fermés.