« Blocage total » pour le protocole au CHR

Lundi s’est tenue une séance du comité de concertation au Centre Hospitalier Régional (CHR) de Verviers. Laquelle n’a pas permis d’avancer dans le dossier du protocole d’accord susceptible d’assurer une paix sociale jusqu’en 2018.

Dans un premier temps, tout le monde semblait prêt à accorder ses violons. Mais l’annonce du paiement d’heures Capture d’écran 2016-06-30 à 14.51.10.pngsupplémentaires à 28 cadres avait mis le feu aux poudres. Il y en aurait pour un total global de plus de 500.000 euros brut. Apprenant cela, les syndicats avaient rué dans les brancards. Car, expliquaient-ils, on leur avait auparavant affirmé qu’on ne pouvait accéder à leurs revendications d’augmentation du titre-repas d’un euro et de garantie que la prime de fin d’année ne serait plus liée aux bénéfices. Ce lundi, tout le monde s’est revu et la direction ne concédant au- cun geste supplémentaire par rapport au texte originel, le blocage a été total. Les trois syndicats (CSC, SLFP et CGSP) pourraient revoir la direction en septembre.

De son côté, Thierry Wimmer, le président du CHR, souligne qu’un tel protocole n’est pas indispensable et qu’il prévoyait le main- tien de la politique de nominations pour un coût 3 millions d’euros l’an. Quant aux revendications des syndicats (prime de fin d’année et chèques-repas majorés), elles auraient pu coûter 2 millions en plus, dont 1,8 pour la prime. Néanmoins, comme le Grand Hôpital a terminé dans le vert, celle-ci a été payée ces trois dernières années, indique Thierry Wimmer. Gabrielle Sonnet (CSC) rétorque que les communes allant bientôt verser leur dernière part pour refinancer l’hôpital, il est douteux qu’il y ait bénéfice en 2017. 

Y.B. 

Les commentaires sont fermés.