Du jus de pomme pour aider Corentin

Les bénéfices serviront à aider la famille de Corentin victime d’un accident de la route il y a deux ans

L’asbl Codéart et le groupe Rema Burundi se sont associés hier pour produire quelques milliers de bouteilles de jus de pommes à Hombourg. Rema Burundi a décidé de verser l’argent récolté pour soutenir financièrement la famille de « Couc » alias Corentin Dobbelstein, victime d’un grave accident de la route à Hombourg en septembre 2014. Du côté de chez Codéart, les bénéfices de la journée seront destinés à l’achat de tôles de toitures pour venir en aide à des artisans touchés par l’ouragan Matthew qui a frappé Haïti. On s’activait au pressage des pommes ce vendredi matin, dans les locaux de l’asbl Codéart à Hombourg. Durant la journée, un peu plus de 4 tonnes de pommes ont été pressées permettant ainsi la confection d’environ 4.500 bouteilles de jus. Du jus de pommes vendu au profit de l’asbl Codéart et du groupe Rema Burundi qui ont travaillé de concert pour l’organisation de cette journée. Chez Codéart, l’asbl qui vient en aide à des artisans du Tiers-Monde, l’argent récolté sera destiné à l’achat de tôles de toiture pour des artisans à Haïti, sinistrés suite au passage de l’ouragan Matthew.

De son côté, le groupe Rema Burundi, composé d’habitants de Hombourg, a décidé de verser l’argent récolté à la famille de Corentin Dobbelstein (24 ans), victime d’un grave accident de voiture à Hombourg, voici plus de 2 ans. « Personne n’est à l’abri d’un accident de voiture et dans le village, tout le monde a été touché par ce qui est arrivé à Corentin », explique la responsable du groupe, Marie-Anne Lenartz. Les fonds récoltés grâce à la vente du jus de pommes serviront à financer les aménagements consentis au domicile du jeune homme mais aussi d’autres frais divers et une série de frais médicaux comme des séances de kiné ou de logopède par exemple. « Corentin est maintenant à la maison, où il se sent bien et est de plus en plus détendu. Tous les jours, on est entouré par l’équipe médicale de “entr’aide et soins”, raconte Brigitte Dejalle, sa maman.

Si Corentin fait des progrès indéniables, l’évolution est relativement lente. « Depuis quelques semaines, il recommence à manger et on travaille sur la déglutition », ajoute la mère de famille. Si l’argent est indispensable pour couvrir les frais engendrés par ce dramatique accident, Corentin et sa famille ont aussi besoin de soutien. « Ça fait du bien de voir que l’on pense à nous et à lui. Je remercie d’ailleurs Codéart et Rema Burundi pour cette journée. Par ailleurs, j’invite aussi les amis proches de Corentin mais aussi ses copains plus éloignés à venir lui rendre visite à la maison. Ça lui fait beaucoup de bien de voir des gens ».

FRANÇOISE PEIFFER dan LA MEUSE VERVIERS du 12 novembre 2016

Les commentaires sont fermés.