Le viaduc ferroviaire de Moresnet : histoire d’un héritage prussien

En septembre 2016, le village de Moresnet a célébré le centenaire d'un remarquable et gigantesque viaduc ferroviaire qui l'enjambe. Si l'ouvrage d'art a été construit sur ordre de l'occupant prussien pendant la Première Guerre mondiale, son histoire est indissociable de celle de la ligne de chemin de fer n° 24 Tongres – Visé – Aix-la-Chapelle. Âprement négociée dès la fin du XIXème siècle entre la Belgique et l'Empire allemand, la création de cet itinéraire majeur reliant la Belgique à l'Allemagne a été retardée par le contexte international jusqu'à la fin de l'année 1914.

Finalement mise en service par l'armée allemande, la ligne 24 servit d'abord des objectifs militaires. Après l'armistice de 1918, bien vite, l'État belge en fit l'axe majeur du transport des marchandises entre le port d'Anvers, la Ruhr et l'est de l'Europe.

Dynamité à deux reprises pendant la Seconde Guerre mondiale, réparé en 1949, puis complètement modernisé il y a dix ans, le viaduc de Moresnet livre aujourd'hui passage à une ligne électrifiée parcourue quotidiennement par plus de 80 trains internationaux lourds.

A l’invitation de la Société Verviétoise d’Archéologie et d’Histoire, ces cent années de grande et petite histoire politique, ferroviaire... mais aussi locale seront évoquées dans une conférence illustrée par une abondante iconographie, souvent inédite, le samedi 25 février 2017 à 14h30, au Musée des Beaux-Arts de Verviers, rue Renier, 17, par Roland Marganne, philologue classique et historien des chemins de fer.

Entrée gratuite
Renseignements : 087/33 87 04

Les commentaires sont fermés.