Et on reparle de Hombourg dans le rapport du Comité P

La police fédérale n’a pas informé la police locale

Camp djihadiste à Jalhay : la leçon

On croyait que depuis l’affaire Dutroux, la réforme des polices avait apporté une amélioration dans la circulation des informations au sein de la police intégrée. Et bien non !

Le rapport du Comité P s’est penché sur la façon dont la police locale et la police fédérale avaient appréhendé le fameux camp djihadiste de Jalhay (organisé en octobre 2013) et les conclusions sont cinglantes. La police judiciaire fédérale de Verviers avait réussi à localiser le camp mais n’en avait rien dit à la police (locale) des Fagnes. Cette dernière s’est rendue sur place, alertée... par des riverains et sans être informée par les collègues de la fédérale ! Le comité P a observé la même carence lors du camp de Hombourg, un camp idéologique du PKK qui a eu lieu le week-end des 22 et 23 février 2014, sur le territoire de la zone de police Pays de Herve. « Ce camp sera localisé précisément le 21 février au soir et sera géré conjointement par la police judiciaire fédérale de Liège et les services de renseignements. La police locale est tenue à l’écart des informations. La sécurité physique des personnes (policiers et citoyens) dans le cadre de ces événements prévaut sur la sensibilité (éventuelle) de l’information », note le comité P, dans ses recommandations. 

F. DE H. dans LA MEUSE du 17 février 2017

Les commentaires sont fermés.