Olivier Remacle visera un top 15 au marathon du Mont-Blanc en juillet

Du haut de ses 30 ans (il en aura 31 en février), Olivier Remacle, nominé pour le titre de Verviétois de l’année (votez pour lui) aborde l’année 2018 avec un tas de projets.
Fort de sa polyvalence, c’est d’abord sur les épreuves de cross qu’on va le voir à l’œuvre. À commencer par ce dimanche lors de la manche de CrossCup de Hannut. « J’ai déjà disputé 4-5 cross cet hiver pour le compte du challenge provincial et je serai présent au championnat provincial à la mi-février à Malmedy », explique d’emblée le pensionnaire du club d’athlétisme de Herve, qui enchaîne les sorties d’entraînements à un rythme impressionnant cet hiver. « C’est moins chargé au niveau du travail (NDLR : il est actif dans le domaine des parcs et jardins) à cette période-ci et j’ai plus de temps pour m’entraîner. J’ai par exemple fait un gros mois de décembre. Je tourne à une séance par jour et parfois même deux, comme ce mardi. Je me sens super bien physiquement, même si je me suis occasionné une tendinite au tendon d’Achille il y a un mois.Il y a des jours où j’ai encore fort mal. Il faut faire du renforcement. »

Et tout cela ne l’empêche pas d’être déjà tourné vers les échéances suivantes. Après les cross, il s’adonnera au semi-marathon. Ce sera à La Haye le 11 mars. « Le plateau sera relevé et j’espère me situer aux alentours de la 30e place. Je n’y vais pas pour faire une place mais plutôt pour battre mon temps et terminer sous 1h08. En fait, le cross et le semi- marathon, c’est fort pareil. Ensuite, ce sera du plus spécifique pour le trail. Le cross constitue en tout cas une bonne base. »F47ADD59-A7B6-4973-86F5-C765F1CD244C.jpeg
Cette transition vers le trail, sa discipline de prédilection, c’est au mois de mars qu’elle s’opérera. « Je ne serai pas aux Crêtes de Spa, j’irai plutôt du côté de Durbuy. Ensuite, j’ai mis la Bouillonnante à mon programme ; ce sera le 22 avril», reprend l’Aubelois d’origine, qui nourrit deux objectifs majeurs en 2018. Il y aura tout d’abord le prestigieux marathon du Mont-Blanc avec son parcours hyper-exigeant dans les environs de Chamonix. Ce sera le dimanche 1er juillet. En 2017, il avait bouclé l’épreuve en 4h23 à une très belle 19e place. « J’espère faire mieux et j’aimerais cette fois entrer dans le top 15 », lance-t- il.
Bien décidé à mettre toutes les chances de son côté, Olivier Remacle s’est inscrit à la MaXi-Race à Annecy le 26 mai. Une épreuve montagneuse au profil très semblable à celui du marathon du Mont-Blanc.
Son été sera aussi marqué par un périple en Suisse, du côté de la redoutable Course Sierre-Zinal le 2 août. Avec plusieurs copains de son club d’athlétisme, il prendra part à un trail de 33 kilomètres. « C’est encore plus relevé qu’au Mont-Blanc. L’objectif dépendra de la forme du moment. J’y étais déjà allé il y a deux ans. » Soucieux de laisser chaque fois 6 à 7 semaines entre deux courses, l’ancien footballeur a aussi coché sur son agenda le championnat de Belgique de trail. Il se rendra du côté de Nadrin en septembre avec la ferme intention de reconquérir son titre. C’est son deuxième objectif majeur de l’année. En 2017, il avait franchi la ligne main dans la main avec Nicolas Bucci, mais c’est ce dernier qui avait officiellement remporté le titre aux yeux de la fédération. « Je n’ai plus eu de nouvelle, mais mon coach suit un peu l’histoire et apparemment, la réponse qu’on a reçue se base sur un règlement qui n’existe pas... », précise Olivier Remacle, qui ne souhaite pas s’attarder là-dessus et préfère se focaliser sur la prochaine édition. « Cette année, je ferai tout pour gagner, je vais aborder l’épreuve différemment. Mais on verra aussi comment je me sentirai en septembre. Ce sera sur le même parcours de 37 kilomètres qu’en 2017. »
Voilà pour les grandes lignes d’un programme qui ne comprendra guère de courses sur route.

OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 19 janvier 2018.

Les commentaires sont fermés.