Pas de régionale sur le podium, mais Pamela Munis tire un bilan positif

CONCOURS TOP WOMEN

Elles étaient 5 sur les 42 finalistes

La finale du concours Top Women se déroulait ce samedi soir à Ath, dans le Hainaut. Si cinq candidates régionales étaient engagées dans ce concours qui bouscule les codes traditionnels de la beauté, aucune ne termine sur le podium.
Elles étaient 42, dont cinq de l’arrondissement de Verviers, à prétendre au titre de Top Women, du nom d’un concours qui se veut résolument différent des concours de beauté traditionnels. Ici, les finalistes n’étaient pas sélectionnées sur base de leurs mensurations ou de leur âge. L’objectif principal était de permettre à chacune de progresser, d’acquérir de la confiance et de prendre conscience du fait qu’elles sont belles sans forcément correspondre aux critères de beauté classiques. « Durant la soirée, elles  ont pris la parole pour se présenter et ont Capture d’écran 2018-05-07 à 08.26.33.pngdéfilé à plusieurs reprises. La première fois, complètement vêtues de noir et masquées, la seconde fois en tenue de ville, puis en lingerie et enfin en robe de cérémonie», explique Nathalie De Reuck, directrice du concours. Inutile de dire que pour la plupart de ces femmes le défilé en lingerie était un véritable challenge.
Si aucune candidate de notre région ne s’est hissée sur le podium au côté de la gagnante, Marinette Bonfond, elles conservent, pour la plupart, un bon souvenir de cette expérience.
« Je n’ai pas gagné le concours mais en réalité, je suis gagnante parce que de nouvelles amitiés sont nées et que j’ai appris beaucoup de choses. On a appris à marcher avec des talons, à s’habiller en fonction de sa morphologie. J’ai plus confiance en moi maintenant qu’avant ce concours», assure la plombimontoise Pamela Munis. Même son de cloche du côté de l’habitante de Thimister, Murielle Piovani.
« C’était une aventure humaine extraordinaire. Tout ce que l’on a appris peut être appliqué dans la vie de tous les jours», se réjouit la doyenne du concours. « Dans les coulisses par exemple, on a aussi pu se rendre compte de la très grande solidarité qui peut exister même lors d’une compétition ».
Les candidates comptent d’ailleurs se revoir prochainement, en dehors du cadre de ce concours. « J’ai rencontré des personnes extraordinaires qui sont devenues mes amies», conclut Pamela Munis.
FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 7 mai 2018

Les commentaires sont fermés.