Match spécial pour Burdziak, futur T1 des 3-Frontières

FOOTBALL – TOUR FINAL INTERSÉRIES P3

Capture d’écran 2018-05-26 à 08.27.45.pngAprès leur défaite dimanche dernier (respectivement à Ferrières et face à Limont), le CS Verviers et le FC Trois-Frontières reçoivent une nouvelle chance ce dimanche d’accéder à la P2. Ce match, qui aura lieu au stade de Bielmont à 15 heures, sera particulier pour le Disonais Fabrice Burdziak : passé plusieurs saisons par Verviers, il est en effet aussi le futur coach du FC Trois-Frontières…

Même s’il ne sera peut-être pas présent physiquement ce dimanche au stade de Bielmont, Fabrice Burdziak s’apprête tout de même à vivre un match un peu spécial entre son ancien club (le CS Verviers) et son futur club (le FC Trois-Frontières). Un duel dont l’enjeu est très important : un ticket pour la P2 reviendra à coup sûr au vainqueur. Quant au perdant, il devra espérer à la fois la montée de Liège en D1 Amateurs (cela semble bien parti) et celle de Raeren-Eynatten en D3 Amateurs (verdict le 3 juin).

« Je serai de tout cœur avec ma future équipe et si elle peut monter, tant mieux. Je préfère la P2, même si la P3D est un bon championnat. Je ne vois en tout cas aucun inconvénient à monter », avance le Disonais, fort occupé avec la gestion de sa salle de foot indoor à Liège, Go Hall. « Ce sera compliqué pour moi d’être présent dimanche, mais je serai encore accroché à mon téléphone et aux applications pour connaître le déroulement du match », poursuit Fabrice Burdziak, qui s’apprête donc à reprendre du service en tant que coach d’une équipe première. « Je ne m’y attendais pas et mon épouse encore moins », sourit-il. « Je n’ai pas dit non tout de suite et cela s’est ensuite enchaîné. Je n’ai pas su faire machine arrière. Mais j’aurai un adjoint très présent, c’est obligatoire. Il s’agit de Joao Lomma et je sais que je peux compter sur lui. » Qu’il y ait une montée en P2 ou pas, l’avantage, c’est que le noyau du FC Trois-Frontières ne bougera guère durant l’entresaison. Pas besoin de tout reconstruire, donc, à l’inverse de ce qu’il a déjà pu connaître ailleurs par le passé.

QUELQUES ANNÉES À VERVIERS

Mais pour être sûr de valider son ticket pour l’échelon supérieur, il faudra aller battre le Verviers de Quentin Slupik Capture d’écran 2018-05-26 à 08.27.56.pngdans ses installations ce dimanche. Verviers, un sérieux client et un club que Fabrice Burdziak a bien connu. « J’y ai passé pas mal d’années, notamment en tant qu’adjoint de Didier Ernst auprès de l’équipe première. J’y ai aussi entraîné les jeunes, notamment les U10, les U16 et les U17, puis j’ai été préparateur physique et même directeur technique. J’ai fait tous les postes à Verviers (rire) et c’est une belle étape de ma carrière d’entraîneur. » -

OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 26 mai 2018

Les commentaires sont fermés.