Aiguillage difficile pour le CF3F

Entretien avec Louis Maraite, membre du CF3F, avant sa rencontre avec le Conseil communal de Plombières cette semaine

C’est un moment important pour le Chemin de Fer des 3 Frontières dans son projet de réalisation d’une ligne de chemin de fer touristique entre Hombourg et Montzen. Nous avons rencontré Louis Maraite, qui tente de remettre de l’ordre dans un dossier difficile. Objectif du Liégeois, par ailleurs Consul  honoraire d’Allemagne : pacifier les relations entre le CF3F et les autorités.

Monsieur Maraite, pourquoi vous mobilisez-vous à ce point pour le CF3F ?

Pour de multiples raisons liées à ma passion des chemins de fer mais, surtout, parce que je pense que c’est un projet exceptionnel, qu’il n’y a plus aucun site de tourisme ferroviaire en province de Liège alors que c’est ici, à Seraing, à Liège, que le rail mondial est né. Le site de Hombourg est unique, a un passé ferroviaire important lié à la guerre 14-18, a juste la taille qu’il faut et n’implique aucune traversée des voies ferrées actuellement en activité. Le CF3F a une collection intéressante de matériel roulant, provenant de M. Ley, et un projet social à encourager.

Mais pourquoi intervenez-vous maintenant ?

Comme simple membre, je suivais de loin le fonctionnement de l’asbl. J’ai donc vu que beaucoup trop d’énergie, financière et psychologique, était dépensée dans des conflits, juridiques avec la SNCB, relationnels avec les autorités sans lesquelles le projet de tourisme ferroviaire n’a aucune chance d’aboutir. Je pense à la commune de Plombières, à la Province, la Région, à la Communauté germanophone et la SNCB. Le tout est en cascade : vous ne pouvez pas avoir un projet dans votre commune si vous n’avez pas le soutien politique communal. Sans soutien communal, pas de soutien provincial ni régional, et encore moins de la SNCB. Il fallait sortir de la logique du conflit.

Mais la commune avait, avec la Wallonie, un beau projet de Ravel sur la ligne 38.

Oui, magnifique. Je suis un adepte absolu du cyclisme touristique, je reviens d’ailleurs de 560 km en Hollande. La ligne 38, je la connais fort bien et je suis convaincu qu’il faut la poursuivre. Le projet de Plombières est donc important.  Mais pour pratiquer ce tourisme, je peux vous dire aussi que peu de cyclistes s’arrêtent sur le Ravel s’il n’y a rien pour les intéresser. Lors de mon périple en Hollande, nous avons choisi les haltes en fonction de l’originalité des hôtels. Je compare souvent le Ravel à l’autoroute du Soleil. Vous partez en vacances en voiture vers le Sud et jamais vous ne vous arrêtez à Nancy. Or Nancy est une ville magnifique. Nous avons donc travaillé à une possible cohabitation entre le Ravel et le projet de tourisme ferroviaire à Plombières. Avec des propositions concrètes et dans l’intérêt …des Plombinois. Je veux donc convaincre la commune de soutenir ce projet Ravel/Train touristique.

Et la vente par la SNCB du Pont tournant de Montzen a tout accéléré…

En effet mais c’est un peu le hasard. A la gare marchandises de Montzen se trouve un pont tournant allemand de 1942. Il a permis, jusqu'au début du troisième millénaire, de retourner les locos des trains qui venaient d'Ostende pour y repartir en tête. Le pont tournant, -il en reste très peu en activité-  est mis en vente, subitement en urgence alors qu’il pourrit sur rails depuis au moins 15 ans. Et il pouvait tomber entre les mains des ferrailleurs, assez actifs dans la région. Ce pont tournant est essentiel pour le projet que porte le CF3F.  Il permettra aux trains de Hombourg de se retourner et de repartir vers le point de départ.  Avec Bouli Lanners, j'ai fait inscrire le pont tournant sur la liste de sauvegarde du patrimoine wallon par le ministre Collin, grâce à la signature de …2500 Plombinois, réunies en dix jours. Cette protection dure une année. Il me reste trois mois pour convaincre les différentes autorités. J’y travaille.  Le projet n'est pas encore ...sur les rails mais la dynamique commence à s'inverser.

Comment mesurez-vous ce changement de dynamique ?

Il semble que les trois partis qui se présenteront aux élections à Plombières soutiennent à présent le projet. Je m’en réjouis car ce soutien est fondamental. Je ne suis pas naïf : les promesses électorales ne sont pas des promesses comme les autres. Mais je crois que la rapidité avec laquelle le CF3F a réuni 2500 signatures de Plombinois de plus de 18 ans (sur 6000 électeurs) n’y est pas pour rien. Je suis sûr qu’ensemble, nous concrétiserons un projet magnifique. C’est avec cette volonté de partenariat que je vais présenter le projet au Conseil communal cette semaine. Avec des formules de participation de la commune dans un groupe de travail, voire directement dans l’asbl.

Une asbl qui n’a pas toujours été aussi …diplomate.

Il faut prendre les personnes avec leurs qualités et leurs défauts. Il faut leur donner des responsabilités qui collent avec leurs qualités. Le CF3F a une équipe de bénévoles exceptionnels, des historiens comme des carrossiers, des juristes et des peintres, des pédagogues et des assistants sociaux. C’est cela qui fait la richesse de l’asbl.

Dernière questions : qu’est-ce que cela va coûter ?

Nous avons, lors de notre congrès à Hombourg, estimé l’investissement à 1,1 million € pour mettre les choses en places, acquérir les propriétés, rénover la ligne,… Mais le partenariat avec la SNCB est fondamental. En maintenant une activité ferroviaire sur le site de Montzen, des économies peuvent être faites sur la dépollution (estimée à …12 millions €). C’est d’ailleurs comme cela que fonctionnent les autres entités de tourisme ferroviaire en Belgique.  J’ai aussi été contacté par l’association de défense de la tour de contrôle de Montzen. Son maintien n’a du sens que si le projet du CF3F se réalise…

Les commentaires sont fermés.