Le Clive, l’ex-dancing Graffiti, en réorganisation judiciaire

Le Clive, soit l’ex-dancing Graffiti à Lontzen, est dans une mauvaise passe, alors qu’il a rouvert depuis un peu plus de trois mois. Du coup, le tribunal de commerce d’Eupen l’a placé sous procédure de réorganisation judiciaire, pour tenter d’écarter le spectre de la faillite.

Un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 septembre 2018.

 

Les commentaires sont fermés.