Un beau-père accusé d’abus sur sa belle-fille

Entre la version d’un homme accusé de violences répétées sur ses beaux-enfants, et aussi d’abus sexuels sur la fille du couple recomposé, et la victime, il y a un gouffre de différences. Mais s’il est reconnu coupable, le prévenu est Capture d’écran 2018-10-22 à 10.27.17.pngpassible de trois ans de prison ferme.

Il y a d’abord la version du beau-père, Geoffrey (43 ans) de Plombières, accusé devant le tribunal correctionnel de Verviers de coups sur ses trois beaux enfants, et notamment sur Marianne.

« Depuis qu’elle a eu douze ans, elle n’acceptait plus mon autorité, elle se foutait de ma gueule. Moi, j’ai été éduqué à la dure, je voulais me faire respecter, mais elle n’acceptait pas les règles. Par exemple, elle se promenait toute nue dans la maison. Elle traitait sa mère de pute, et son père de pédophile, et moi aussi. Elle disait que j’allais le payer. On était en proie aux difficultés que connaissent les familles recomposées. Je gueulais fort, c’est vrai, et il m’est arrivé de lever la main comme tous les parents, sans plus. Sans blessures et sans brutalité excessive. » S’il s’étend beaucoup sur cet aspect des choses, pas un mot par contre sur les accusations de viols commis sur Marianne alors qu’elle avait de 9 à 12 ans.

D'un article de LUC BRUNCLAIR à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 octobre 2018.

Les commentaires sont fermés.