Projet de poubelles connectées

Les poubelles publiques débordantes attirent à leur pied une foule d’autres déchets. C’est contre ce triste spectacle qu’entend lutter l’asbl Be WaPP.

« Tout n’est hélas pas prévisible en matière de propreté publique. Des événements surviennent de manière impromptue, comme une fête d’étudiants ou une belle météo… Pas facile, pour les communes, d’allier efficacité et bonne gestion », résume Benoît BASTIEN, Responsable de l’asbl Be WaPP.

500 CAPTEURS PLACÉS

C’est pourquoi depuis septembre, quatre communes testent le système des poubelles connectées. Il s’agit de La Calamine, Namur, Juprelle et Les-Bons-Villers. 500 capteurs ont été placés dans ces communes depuis septembre. Elles répondent à des configurations différentes : La Calamine pour le milieu semi-urbain, Namur pour le milieu urbain, Juprelle et Les-Bons-Villers pour les zones rurales.

Les capteurs fonctionnant à l’énergie solaire sont capables de détecter les niveaux de remplissage et de prévenir la commune dès que le niveau atteint les 75 %, ou que la poubelle est endommagée. Mieux : ces poubelles sont couplées à un système de cartographie qui génère un itinéraire optimisé de ramassage. La commune connaît ainsi à tout moment le taux de remplissage de ses poubelles et leur état.

Elle peut dès lors adapter sa fréquence de ramassage à la réalité du terrain, organiser différemment ses tournées, modifier le nombre, la capacité et l’emplacement de certaines poubelles, voire remplacer certaines poubelles endommagées.

Les conclusions sont attendues pour septembre 2019.

En cas de validation par les agents de terrain, une mise en œuvre à plus grande échelle et dans d’autres communes sera alors envisagée. 

A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 27 novembre 2018.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel