Les castors font des ravages sur la Gueule

Depuis un peu plus d’un an, des castors ont établi leur domicile dans la Gueule, occasionnant de nombreux dégâts aux arbres qu’ils abattent sans ménagement. Des saules pleureurs centenaires ont même fait les frais de ces gros rongeurs qui peuvent atteindre plus de 20 kilos à l’âge adulte.

Si vous vous promenez le long de la Gueule, vous découvrirez à certains endroits d’impressionnants barrages ou des arbres rongés.Capture d’écran 2019-02-07 à 10.35.35.png

Ces dégâts sont l’œuvre de couples de castors qui ont élu domicile dans les parages du cours d’eau voici quelques années mais qui n’ont pas cessé de se multiplier. « Les castors ne sont pas arrivés de manière naturelle. Ils ont été introduits par l’homme », explique d’emblée Philippe Crémers, président de l’association de pêche moresnetoise (APM).

Si l’an passé seul un couple avait été aperçu, il semble que les rongeurs herbivores se sont rapidement reproduits. « Sur toute la longueur de la Gueule, on dénombre trois couples mais il faut savoir que cinq petits par portée peuvent voir le jour », ajoute le président de l’association de pêche. À cette allure, nul doute que les rongeurs, protégés, seront de plus en plus nombreux.

S’ils sont plutôt mignons à observer, ils disposent de capacité hors du commun en matière d’abattage d’arbres. En témoignent les photos prises le long de la Gueule, sur le site minier à Plombières. S’ils s’attaquent de préférence aux arbres tendres et aux jeunes pousses ainsi qu’aux saules et peupliers qui constituent leur nourriture favorite, les rongeurs s’en prennent parfois à des arbres centenaires comme les saules pleureurs plus que centenaires de l’étang de la Vieille Gueule, dans une réserve naturelle, à l’arrière du site minier. « Il ne leur a pas fallu très longtemps pour coucher ces arbres… En trois nuits, ils peuvent avoir fait le travail », regrette Philippe Crémers qui pointe les dégâts occasionnés par les castors. « Les arbres protègent la rivière de la lumière et leurs racines permettent de maintenir les berges. En plus ils creusent d’importantes galeries sous les berges, ce qui les fragilise ». Du côté de la commune de Plombières, l’échevin de l’Environnement, Joseph Austen indique avoir pris connaissance de la présence des castors sur le territoire de la commune. « On n’a pas encore dû intervenir pour protéger les arbres et la végétation ». De son côté, l’APM a déjà protégé plusieurs arbres à l’aide de grillages afin que les castors ne puissent plus atteindre les troncs. « En les privant ainsi de nourriture, ils devraient s’en aller et élire domicile ailleurs », espère Philippe Crémers qui estime que ces rongeurs ne sont pas adaptés pour notre région.

FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 7 février 2019.

Commentaires

  • Pouvez vous me donner les coordonnées de monsieur Cremer responsable de la société de pêche APM merci

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel