Rentrée spadoise pour Olivier Remacle

Embêté par des problèmes de bassin, le champion national ne commencera sa saison « trail » que samedi.

Invité-surprise sur le 33 km des Crêtes de Spa, Olivier Remacle s’alignera avec une préparation un peu chahutée, faite surtout d’aquajogging et de VTT ces 4 dernières semaines.

L’hiver avait été plus que correct. L’athlète de Herve avait bien bossé, notamment en cross avec 6 courses, dont le rendez-vous de Hannut salué par un beau top 30. Mi-février, juste avant un stage dans les Fagnes avec son team (Salomon), Olivier Remacle avait senti des douleurs au bassin et aux adducteurs. Manipulations, puis échographie et enfin IRM : parcours assez fréquent chez les athlètes du top. Une viscosupplémentation est alors décidée au niveau de la zone bassin/hanche. Il s’agit d’une injection d’acide hyaluronique qui rend de la mobilité à cette partie du corps, avec un petit effet anti-inflammatoire.

« Avant ce rendez-vous qui a eu lieu vendredi dernier, je n’ai plus couru pendant environ quatre semaines, ma dernière sortie piste datant de fin février », explique l’homme de Montzen. « J’ai fait pas mal d’aquajogging, ainsi que beaucoup de VTT, avec des semaines allant jusqu’à 4000 mètres de D+. En fait, je me sens vraiment bien physiquement. Juste que je manque de rythme de course… »

Ce lundi, après un bon weekend chargé (1400 D+ en VTT samedi, 1h30 d’aquajogging + 1h30 de VTT dimanche), il a enfin pu courir 50 minutes.Capture d’écran 2019-03-26 à 12.30.39.png

Pas de douleur, mais une sensation un peu étrange, mais normale après autant d’inactivité.

« Mon planning prévoyait une rentrée trail ce samedi à Bomal avec le HADT (NDLR : victoire de l’ex-cycliste Arnaud Maquet devant François Reding et Sil Waumans) », indique-t-il. « Vu l’injection de vendredi, c’était impossible d’y aller. Du coup, je décale d’une semaine pour revenir au trail sur le 33 kilomètres des Crêtes de Spa. J’espère pouvoir faire une sortie piste cette semaine. Je vais voir les sensations en croisant les doigts pour que la douleur ait disparu. Et samedi, je le prendrai plus comme un gros entraînement avec la volonté d’être devant. »

Pour rappel, en 2018, Olivier Remacle avait très souvent dû mordre sur sa chique. Un tendon d’Achille bien enflammé à cause d’un problème postural (une jambe plus courte que l’autre) l’avait empêché de se donner à 100 % à l’entraînement dès janvier et ce pendant une période bien plus longue que les 4 semaines « sans course à pied » de 2019. Malgré cela, le Hervien avait engrangé de superbes résultats, notamment avec des victoires au National, à la Bouillonnante et au « Salomon Over the Mountain Running Challenge 2018 ».

« Je ne suis donc pas trop inquiet, du moins si la douleur a disparu », fait-il. « Je suis à cinq semaines du premier gros objectif de l’année, à savoir la Bouillonnante. C’est largement suffisant pour être en bonne forme, surtout que je n’ai pas chômé depuis la mi-février. »

Une forme qu’il conviendra de peaufiner encore plusieurs semaines, vu que son planning 2019 comporte encore d’autres épreuves référentes, notamment sur Chamonix avec le Marathon du Mont-Blanc (début juillet) et l’OCC (course de 56 km figurant au menu de l’UTMB, fin du mois d’août). 

E.V. dans LA MEUSE VERVIERS du 26 mars 2019.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel