Polémique autour des surcoûts liés à la construction de la nouvelle antenne et la manière de les partager

Capture d’écran 2019-04-27 à 08.12.18.pngLa construction de la nouvelle antenne de police de Plombières, inaugurée au mois de septembre dernier, crée de vives tensions entre les différentes communes qui composent la zone de police du Pays de Herve. Cette problématique s’est d’ailleurs invitée, jeudi soir, au conseil communal de Plombières alors que des discussions tendues étaient en cours au sujet de la fermeture et de la restauration de la salle de l’association des marcheurs des trois frontières, au centre du village. C’est dans ce contexte que, mise sous pression, Marie Stassen, la bourgmestre, a évoqué les surcoûts liés à la construction du bâtiment.

PRÈS DE 500.000 € DE SURCOÛT

Des coûts supplémentaires qui flirtent avec les 500.000 euros, que les huit communes qui composent la zone – Baelen, Limbourg, Herve, Welkenraedt, Plombières, Thimister-Clermont, Olne et Aubel – ne sont évidemment pas ravies de devoir assumer. « En fait, une convention a été établie et cette dernière prévoyait des coûts d’un million trente-trois mille euros que la commune de Plombières investissait et qu’elle récupérerait via un montant annuel de 37.500 euros perçu durant 30 ans. Il était également stipulé que si les coûts étaient supérieurs à 1,3 million d’euros, la convention pourrait être revue », explique le 1 er échevin, Joseph Austen. Une situation que les autres communes membres de la zone de police du pays de Herve tentent d’éviter. Dans l’énervement, lors de la séance publique du conseil communal, la bourgmestre a ainsi évoqué un accord financier qui aurait été passé par son prédécesseur, Thierry Wimmer, en vue d’obtenir l’antenne de police sur son territoire.

Un accord oral pour la prise en charge d’un montant de 175.000 euros qui, couplé à quelques réductions de coûts pris en charge par la zone, pourrait faire redescendre le Capture d’écran 2019-04-27 à 08.12.43.pngmontant en dessous des fatidiques 1,3 million d’euros. Laissant ainsi Plombières assumer seule l’ardoise. Une situation que la bourgmestre tente d’éviter à tout prix avec de nouvelles négociations en vue de revoir cette fameuse convention afin que les surcoûts soient répartis entre toutes les communes de la zone.

Une interprétation de la convention que ne partage pas Thierry Wimmer. « Si les coûts du bâtiment étaient au maximum de 1.299.999 euros, la convention n’était pas renégociée et la commune se voyait octroyer 30 fois 37.500 euros soit un montant de 1.125.000 euros. Il y a une effectivement une différence de 175.000 euros mais qui nous permettait d’assurer la présence de la police pour minimum 50 ans sur notre territoire. Au vu du dépassement du budget et dans l’esprit de la convention, une règle de trois doit être effectuée et le montant annuel augmenté », conclut l’ancien bourgmestre. 

FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 27 avril 2019

Les commentaires sont fermés.