Faire ses achats avec ses propres contenants, sans être gêné

Lors de la campagne électorale d’octobre dernier, l’OCP avait fait de l’écologie et de la transition énergétique ses priorités. C’est doncCapture d’écran 2019-05-11 à 10.04.20.png tout naturellement, que la proposition de Bénédicte Hagen qui visait à labelliser les commerces qui permettent les achats dans ses propres contenants a été accueillie à bras ouverts.

L’écologie et la gestion des déchets sont, sans conteste des sujets d’actualité. Pour répondre aux préoccupations des citoyens qui sont de plus en plus nombreux à vouloir revoir leur mode de consommation, la commune de Plombières souhaite labelliser les commerces qui permettent aux clients de faire leurs achats dans leurs propres contenants. « Je le fais déjà chez les commerçants locaux que je fréquente à Plombières mais je dois bien reconnaître que franchir la porte d’un magasin, la première fois, avec son récipient, n’est pas toujours simple. Mon mari était d’ailleurs un peu gêné », plaisante Marie Stassen, la bourgmestre de Plombières, particulièrement sensible à cette problématique.

On imagine qu’avec un tel label où signe distinctif affiché en vitrine, les clients ne seraient plus gênés de franchir la porte d’un commerce avec ses boîtes.

Capture d’écran 2019-05-11 à 10.07.27.pngSi certains le font déjà, la pratique, qui permet d’éviter une quantité importante de déchets, n’est pas très répandue au sein de la population. « Au début, lorsque je me suis rendue dans certains magasins avec mes boîtes, les commerçants étaient parfois un peu surpris mais maintenant, on est un peu plus nombreux à le faire », se réjouit Marie Stassen. De l’expérience de la bourgmestre, les commerçants locaux ne rechignent pas. « Cela demande un peu d’organisation mais il est tout à fait possible d’acheter son fromage, sa charcuterie et même des frites sans déchets. Pour le pain, on peut aller à la boulangerie avec un sachet usagé et même la boucherie Amarelle l’accepte à certaines conditions » Si les mandataires communaux trouvent l’idée d’un label très intéressante, rien n’a encore concrètement été entrepris.

« Bénédicte Hagen proposait que l’on opte pour le label « Zéro Waste ». Pourquoi pas… Mais nous souhaitons réfléchir cela dans le cadre d’une approche beaucoup plus globale visant à inscrire toutes les institutions communales dans une démarche zéro déchet », conclut la bourgmestre.

La problématique fera d’ailleurs l’objet d’une fiche projet dans le cadre du projet stratégique transversal communal qui établi les priorités pour les cinq prochaines années.

Un article de FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 11 mai 2019

Les commentaires sont fermés.