« On doit sortir de notre confort »

Que peut attendre Trois-Frontières de cette nouvelle saison ? Une aussi belle réussite que l’an dernier, lorsqu’ils avaient réussi à Capture d’écran 2019-08-24 à 08.16.43.pngaccrocher le tour final, c’est tout ce qu’on leur souhaite. Mais Fabrice Burdziak, le coach de Trois-Frontières, est assez pessimiste ou du moins plus réaliste.

« Déjà, on ne peut plus jouer l’effet de surprise. Mais surtout, il va falloir que mes joueurs sortent un peu de leurs zones de confort s’ils veulent revivre une telle saison », insiste le coach frontalier.

Et de s’expliquer. « On est un club plutôt familial. Certains de mes cadres sont surtout là pour s’amu-

ser entre potes plutôt que pour la compétition. Ça s’est vu à la reprise de la saison, beaucoup sont revenus sur le tard, avec de l’embonpoint », regrette Fabrice Burdziak. D’où sa décision la semaine dernière d’aligner des jeunes pour les récompenser de leur investissement. « Et pourtant, c’est vraiment une chouette équipe, le groupe est vraiment très sympa, mais ils viennent surtout pour s’amuser au foot ». Comme il le dit lui-même, TroisFrontières n’est plus la surprise de P3 mais est aujourd’hui devenu un club de P2 à part entière. « Les équipes se méfient de nous désormais. Au contraire d’équipe comme Battice ou Rocherath même qui peut, je pense, être la bonne surprise de la saison. Ils ont battu Sart et ont fait un nul en coupe contre Elsaute », rappelle le tacticien frontalier. Une équipe dont il sait qu’il doit se méfier puisqu’il l’affronte ce dimanche, à 16h. 

 

L.M.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel