Plombières est aussi touchée

Les scolytes, ces insectes ravageurs, dévastent nos bois d’épicéas depuis 2018. En outre, les bois allemands et même italiens, surabondants sur le marché en raison de tempêtes, plombent les tarifs et par ricochet, les recettes des propriétaires des parcelles. Pas bon du tout pour les communes propriétaires de forêts, nombreuses chez nous, et pas qu’au sud de l’arrondissement. Ainsi, Plombières est aussi touchée par ces pertes importantes. André Frédéric a évoqué ce problème au Parlement wallon, soulignant qu’on évoquait un manque à gagner de l’ordre de moitié pour les recettes provenant des bois. Dès lors, il a questionné le ministre Dermagne, en lui rappelant que son prédécesseur avait consenti des prêts à taux zéro aux treize communes les plus touchées par un autre fléau : la peste porcine. Dans la foulée, le Theutois a demandé au ministre s’il comptait prendre des mesures similaires pour aider les communes touchées par l’invasion des scolytes.

D'un article d'YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 22 octobre 2019.

Les commentaires sont fermés.