« Je ne peux pas me réjouir de sa mort »

Capture d’écran 2019-12-07 à 15.31.32.pngFrançois Kistemann, le papa de Marc, est soulagé que l’assassin de son fils ne soit pas remis en liberté.

Vingt-sept ans après le meurtre de Marc et Corine, commis en juillet 1992, Thierry Bourgard, un des deux assassins des amoureux de Plombières est décédé mercredi, à la prison de Marche-en-Famenne, où il était incarcéré. Un soulagement pour François Kistemann, le papa de Marc, qui explique cependant ne pas se réjouir de la mort de l’assassin de son fils.

D'une page de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 7 décembre 2019

Thierry Bourgard est décédé de mort naturelle

Thierry Bourgard, l’un des assassins de Marc Kistemann et Corine Malmendier, est décédé jeudi à la prison de Marche-enFamenne, Les victimes, un couple de Plombières, avaient été séquestrées et assassinées en 1992. Thierry Bourgard et son complice, Thierry Muselle, avaient été reconnus coupables des assassinats commis en juillet 1992 de Marc et Corine et condamnés en 1996 à perpétuité par la cour d’assises du Luxembourg à Arlon. Ce ven-

dredi, on en sait plus sur les causes de la mort de Thierry Bourgard à la prison de Marcheen-Famenne. L’homme est décédé de manière naturelle. Il aurait en effet succombé à un arrêt cardiaque. « C’est un autre détenu qui s’est aperçu que quelque chose n’allait pas dans le chef de M. Bourgard », commente Frédéric de Thier, directeur de l’établissement pénitentiaire marchois. « Le SMUR est arrivé rapidement sur place et un massage cardiaque lui a été prodigué mais cela n’a pas permis de le sauver », poursuit le directeur. « Appel a été fait à la police ainsi qu’au parquet afin d’exclure toute ambiguïté dans le décès. Il s’est donc avéré qu’il s’agissait bien d’une mort naturelle. » Selon nos informations, la mère de Thierry Bourgard, aujourd’hui âgée de 91 ans, est l’une des dernières proches du défunt qui a passé plus de 20 ans de sa vie derrière les barreaux. Son complice, Thierry Muselle, était déjà décédé en avril 2015 à la prison de Huy.

SIMON MARTIN dans LA MEUSE du 7 décembre 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel