• Les matchs de ce dimanche à 15 heures

    P2C

    Recht - Tr. Frontières

    Hombourg - Elsaute

    P4G

    Oudler - Tr. Frontières B

  • Maintien et tour final en P2C : sortez vos calculettes !

    Hormis le titre, les autres enseignements de la P2C pourraient bien tomber ce week-end si les astres s’alignent correctement pour les équipes qui ont l’avantage. À commencer par le maintien. Pour rappel, deux équipes descendront directement en P3 et ces Capture d’écran 2019-04-13 à 10.52.05.pngdeuxplaces appartiennent actuellement aux deux Verviers (18 points). La semaine dernière, Hombourg (21 points) a fait un grand pas vers le maintien. Une victoire face au voisin elsautois conjuguée à un nul ou une défaite des deux autres équipes lui assurerait le maintien. Sinon, il faudra attendre la dernière journée.

    Du côté du tour final, là aussi, c’est très serré. Quatre équipes sont encore à la lutte pour les deux derniers tickets : Trois-Frontières (47), Stavelot (46), Eupen (43) et Franchimont (43). Les Theutois ont également l’avantage d’être toujours dans la course pour la tranche. Mais s’ils la veulent, ils devront compter sur un faux pas de Malmedy, actuel leader de cette 3e tranche. Les choses sont très claires : Eupen et Franchimont sont dans l’obligation de prendre au minimum un point s’ils veulent y croire. De leur côté, en s’imposant, Trois-Frontières et Stavelot seraient presque assurés de participer au tour final. 

    L.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 13 avril 2019

  • Changements à la tête de la police judiciaire

    Dans les prochaines semaines, voire les prochains mois, il va y avoir du changement à la tête de la Police Judiciaire Fédérale (PJF) de Liège. Le Plombimontois Eric Snoeck, le grand patron, s’en va diriger la police judiciaire de la police fédérale. Vincent Braye, un de ses adjoints, un ancien de la PJF de Verviers, deviendra en septembre le chef de corps de la zone de police SECOVA (Aywaille, Chaudfontaine, Esneux, Sprimont, Trooz).
    L’année dernière, Eric Snoeck terminait sur la 2e marche du podium dans la course au poste de commissaire général de la police fédérale. Coiffé au poteau par Marc Demesmaeker — un Flamand — son ascension n’était en réalité que partie remise.
    Ce 28 mai, le Plombimontois quittera la direction de la PJF de Liège pour prendre la direction générale judiciaire de la police fédérale. Un job à haute responsabilité ! Cette direction générale de près de 5.000 personnes englobe les 14 directions de police judiciaire du pays (une par arrondissement, dont celle de Liège), ainsi que quatre directions centrales basées à Bruxelles, dont la direction des unités spéciales.
    Le mandat de cinq ans du directeur général actuel (Claude Fontaine) arrive à échéance fin mai. Il n’a pas sollicité son renouvellement. Le Commissaire général de la police fédérale souhaite donc qu’Eric Snoeck prenne son relais, après avoir été choisi à l’issue d’une commission de sélection qui s’est déroulée fin décembre. Il s’agit d’une désignation «ad intérim», dans l’attente d’une désignation définitive par un gouvernement qui ne sera pas en affaires courantes, apprend-on à bonne source. Un arrêté ministériel devra officialiser cet intérim.

    D'un article d'ALLISON MAZZOCCATO à lire dans LA MEUSE du 13 avril 2019.

  • Nouveau bras de fer entre Codéart et le ministre De Croo

    La bataille qui oppose, depuis 2 ans, l’État fédéral et Codéart, une ASBL plombimontoise spécialisée dans la conception de machines adaptées et simples à utiliser pour les paysans des pays en voie de développement, n’est pas encore terminée. Si l’ASBL, plus que trentenaire, n’obtient pas rapidement son agrément d’Organisation Non-Gouvernementale (ONG), elle risque de disparaître. Son avenir devrait être scellé d’ici une dizaine de jours après l’introduction d’une demande de suspension en extrême urgence devant le Conseil d’État.

    Un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 13 avril 2019

     

  • Décès de Madame Elisabeth NAEDENOEN, veuve de Monsieur Nicolas KNOPS

    La famille annonce le décès de Madame Elisabeth NAEDENOEN, veuve de Monsieur Nicolas KNOPS, ne à Montzen le mercredi 2Capture d’écran 2019-04-13 à 10.35.52.png janvier 1935 et décédée à Eupen le vendredi 12 avril 2019 à l'âge de 84 ans.

    La liturgie des funérailles, suivie de l’inhumation au cimetière de Welken-raedt rue de la Croix, sera célébrée en l’église Saint-Jean-Baptiste de Welkenraedt, le mardi 16 AVRIL 2019 A 10 H 30.

    La défunte repose au funérarium Hausman, rue de l’École, 51b à Welkenraedt (parking dans la cour à côté de la croix-rouge), où la famille sera présente le dimanche 14 et le lundi 15 avril 2019 de 17 à 19 heures.

    Faire-part.

  • Grosse tuile pour l’agriculteur cultivant le chanvre

    L’usine BE.Hemp est tombée en faillite.

    Petite catastrophe pour Christian Lenoir, un agriculteur de Hombourg : l’unique usine wallonne qui était susceptible de valoriser ses fibres brutes de chanvre est tombée en faillite. Une catastrophe pour une filière agricole qui se développait et qui laissait entrevoir la possibilité de se diversifier avec un profit correct.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 avril 2019.

    Lire la suite

  • Plombières taxe les piscines

    Plusieurs communes ont instauré une taxe, voilà déjà de très nombreuses années pour certaines, sur les piscines privées construites en « dur ».

    En région verviétoise, ce n’est pas vraiment monnaie courante mais cela concerne tout de même 5 communes avec des spécificités particulières.

    À Plombières, il existe deux taxes différentes concernant les piscines privées. « Il y a une taxe de 75 € par piscine équipée d’un système de régénération des eaux et 125 € pour les piscines qui n’en sont pas équipées », indique-t-on. En 2018, 56 taxes piscines ont été payées.

    VM. (d'un article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 avril 2019).

  • Il y a encore de places dans les écoles secondaires de la région

    C’est le 1er mars dernier que s’est clôturée la première phase du décret inscriptions en première année commune de l’enseignement secondaire, en Fédération Wallonie-Bruxelles. Au niveau de l’arrondissement de Verviers, quatre de nos écoles sont déjà complètes. Il s’agit de l’Institut Notre-Dame à Heusy, du Collège Providence de Herve, de l’Institut Saint-Roch Theux et de l’Athénée Verdi à Verviers.

  • Philippe Stassen a offert les 3 points à Hombourg à la 92e minute

    Situation cocasse ce dimanche puisque c’est Philippe Stassen, le futur coach d’Hombourg, qui a marqué le but de la victoire face à Stavelot, à la 92 e minute. Un but ô combien important qui va certainement permettre à son club de se sauver.

    Si Hombourg se sauve, l’histoire retiendra certainement que c’est grâce à un lob à la 92 e minute de Philippe Stassen, futur coach de l’équipe, que le club a pris un avantage presque décisif sur ses concurrents au maintien.

    « C’est clair que si on se sauve, ça fera partie de la belle histoire. Xavier (NDLR : Stassen, le cousin de Philippe et futur co-entraîneur la saison prochaine) est venu dimanche soir à la buvette. Et on s’est dit que c’était quand même marrant d’avoir pu participer au sauvetage de l’équipe », sourit le buteur, qui ne doit sa présence sur la feuille de matchs qu’à un gigantesque concours de circonstances.

    Jeudi, à la suite de l’entraînement, il a été décidé de laisser aller le 15 e joueur au carnaval de Goé. « On était 14 et ça ne posait pas de problème », explique Philippe Stassen, qui a été désigné T2 du club pour les derniers matchs de la saison aux côtés de Christian Fitschy et ‘Choky’ Mertens.

    Sauf que dimanche, les Hombourgeois se sont rendu compte qu’un joueur était suspendu et ne pouvait dès lors pas être aligné. Dès lors, Philippe Stassen a pris la décision de poser son nom sur la feuille. « Je n’avais pas joué le matin en réserve à cause d’une blessure au mini-foot le vendredi. Mais je me suis dit que pour dépanner en fin de match, ça pourrait peut-être être utile. » Et c’est ce qui s’est passé : les deux premiers changements étant déjà faits lorsque Thomsin a eu des crampes en fin de match, c’est Philippe Stassen qui a enfilé ses crampons.Capture d’écran 2019-04-10 à 09.40.11.png

    Quant au but, c’est en respectant les consignes qu’il avait lui-même données en début de rencontre qu’il a marqué. « Je savais que le terrain n’était pas très praticable. J’avais donc demandé aux flancs d’être attentifs sur les dégagements du gardien. Car sur un deuxième ballon, on pouvait avoir un but facile. Ça n’avait pas donné grand-chose durant la rencontre, mais à la 92 e , le gardien a dégagé, personne n’a touché le ballon et, comme j’avais anticipé, je me suis retrouvé seul face au gardien et je l’ai lobé », raconte l’actuel T2. « C’est un petit stage en vue de la saison prochaine », sourit-il.

    Néanmoins, il sait qu’il faudra rester prudent jusqu’au bout. S’il estime que l’Étoile Verviétoise, démobilisée et qui doit affronter Eupen et Malmedy n’a plus aucune chance de se sauver, il se méfie tout de même du CS Verviers. « Face à Franchimont, qui joue toujours la tranche, je ne pense pas qu’ils vont gagner ce week-end. Par contre, La Calamine B est en méforme en cette fin de saison et ils pourraient aller prendre les trois points », expose-t-il.

    De leur côté, les Hombourgeois doivent affronter Elsaute puis Walhorn. « Si on arrive à prendre 1 point ce week-end face à Elsaute, sur un terrain qui sera une nouvelle fois difficile, je pense qu’on pourra déjà fêter notre sauvetage. Il faudra voir les deux autres résultats, mais je pense que ce sera bon », conclut-il. 

    LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 10 avril 2019.

  • Hombourg quitte la zone rouge au bon moment

    Hombourg réalise la toute bonne opération de cette 28e journée en P2C. En l’emportant 1-0 face à Stavelot, les Hombourgeois (21 points) s’extirpent enfin de la zone rouge pour y laisser les deux clubs verviétois avec 18 points. À deux rencontres de la fin, Hombourg a peut-être fait le plus dur avec ses trois points d’avance. Si le CS Verviers, qui s’est incliné 0-6 contre Malmedy, semble condamné à la descente, l’Étoile Verviétoise, battu 8-1 à Franchimont, a seulement l’avantage d’avoir une victoire de plus que le CS pour la 15e place.

    Dans le haut de tableau, la défaite de Stavelot permet à Trois-Frontières de rester devant au classement malgré sa défaite 0-1 contre Sart samedi soir. De ce fait, les Frontaliers sont quatrièmes (47 points) devant Stavelot (45 points) et Franchimont (43 points) et ils restent en bonne position pour accéder au tour final. De son côté, Stavelot suit avec attention le parcours de Franchimont dans la troisième tranche. Les Franchimontois restent en embuscade, deux points derrière Malmedy. Tous les yeux seront rivés sur Recht - Stavelot qui se jouera jeudi soir et qui remettra toutes les équipes au même nombre de matchs.

    Vous l’aurez compris, pas beaucoup de changements après cette 28e journée de championnat si ce n’est la bonne opération d’Hombourg. Du côté de Malmedy, le titre se jouera face à La Calamine B. Avec cinq points d’avance, une défaite pourrait même leur offrir le terrain à condition qu’Elsaute ne l’emporte pas face à Hombourg.

    A.C. dans LA MEUSE VERVIERS du 8 avril 2019.

    Lire la suite