• Les matchs de dimanche à 15 heures

    P2C

    Tr. Frontières - Faymonv. A

    Andrimont A - Hombourg A

    P4F

    EJ Fléron - Hombourg B

  • Un appartement ravagé par un incendie à Plombières

    Un malheureux incendie s’est déclaré, vendredi à l’aube, dans un appartement situé rue de la Chapelle à Plombières, a indiqué la zone de secours 4, Vesdre Hoëgne et Plateau. D’après la zone de secours, qui était en intervention sur le coup de 6 heures du matin, l’appartement du pre- mier étage est complètement sinistré mais il n’y aurait pas de victime à dénombrer. Deux autopompes et un camion-citerne sont notamment mobilisés, indiquent les hommes du feu. L’origine du sinistre est inconnue.

  • Une école OUI mais pour y faire et y apprendre quoi ?

    Après la colère, le dégoût, la révolte, prenons du recul et laissons place à la réflexion. Une école OUI mais pour y B7C392B5-AFE8-483C-ADC3-1AA6BC012E7C.jpegfaire et y apprendre quoi ?
    L’école a pour mission de former les adultes de demain, des citoyens responsables, capables de sens critique qui ne se laissent pas instrumentaliser à des fins idéologiques, politiques ou autres.
    L’école a pour mission de développer le sens de l’écoute, du dialogue, du respect d’autrui, l’empathie.

    Lire la suite

  • La commune propose de financer elle-même l’école

    L’avenir de l’école maternelle de Sippenaeken était le seul point à l’ordre du jour du conseil communal de Plombières, convoqué en urgence.
    L’objectif de cette réunion était de trouver une solution pour maintenir la petite école de village ouverte.

    Pour ce faire, plusieurs solutions sont envisagées. D’abord, la commune compte sur la clémence de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui pourrait octroyer une dérogation au petit établissement qui compte actuellement 12 inscrits, soit le nombre minimum.
    Il ne manque ainsi qu’une seule demi-journée de présence à un élève pour être parfaitement dans les règles et maintenir l’école ouverte, sans discussion.

    Les parents de cet élève sont même rentrés de vacances plus tôt que prévu, en vue d’obtenir le nombre de jours de présence nécessaires. Cependant, c’était sans compter sur le 27 septembre, fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et jour de congé pour les écoliers.
    « Nous avons obtenu, mercredi en fin d’après-midi, un accord oral pour l’octroi d’une dérogation. Mais en attendant C19BFB97-4CD5-49C3-96CC-CB18A9BB2AF1.jpegune confirmation écrite de cet accord, nous allons organiser l’enseignement sur fonds propres dès le 1er octobre », a indiqué Joseph Austen, le bourgmestre faisant fonction durant le congé de maternité de Marie Stassen.
    Si la Fédération Wallonie-Bruxelles refusait d’octroyer cette dérogation à la commune, les autorités communales se sont engagées à financer, sur fonds propres, l’enseignement à Sippenaeken, jusqu’à la fin de l’année scolaire. Une solution qui permettrait le maintien de l’établissement de village et qui est saluée par tous. L’URP, dans l’opposition, regrette que l’on en soit arrivé là et qu’en fin de parcours, les choses aient dérapé alors que de nombreuses démarches avaient été entreprises dès le mois de février pour assurer le maintien de l’école.
    L’URP, qui est à l’origine de la convocation de ce conseil extraordinaire, dénonce la gestion maladroite et désordonnée du dossier.
    Marc Belleflamme a, entre autres, souligné le suivi insuffisant de la réalisation possible de la condition relative aux demi-jours de présence ou encore le rejet de la responsabilité du pouvoir organisateur communal sur un membre du personnel.
    « Le fait de communiquer mercredi soir une éventuelle solution alors que cette dernière n’a pas encore été confirmée par écrit est l’ultime maladresse. Le conseil communal était convoqué pour ce jeudi soir et nous aurions dû avoir la primeur de l’information », a conclu le conseiller communal.


    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 27 septembre 2019.

     

  • Décès de Monsieur Marcel AUSTEN, veuf de Madame Alice LENNARTS

    BB0C4294-4FD8-43D0-8AFB-4F483250AD78.jpegLa famille annonce le décès de Monsieur Marcel AUSTEN, veuf de Madame Alice LENNARTS, né à Gemmenich le dimanche 19 juillet 1936 et décédé à Henri-Chapelle le mercredi 25 septembre 2019 à l'âge de 83 ans.
    Le défunt repose au Funérarium HAUSMAN (Successeur RADERMECKER Fr. et fils) à Welkenraedt, où la famille attendra les visites le Jeudi 26 septembre 2019 de 19 à 21 heures et le vendredi 27 septembre de 17 à 19 heures.
    La veillée de prières aura lieu en l’église Saint-Jean-Baptiste de Welkenraedt le vendredi 27 septembre à 19 h.30.
    La liturgie des funérailles, suivie de la crémation ainsi que de la mise en columbarium de l’urne cinéraire, aura lieu dans l’intimité familiale.

    Faire-part.

  • 9e rallye gourmand de Plombières

    Le but de cette activité est clair :passer un bon moment en famille et entre amis, (re)découvrir la belle région des Trois-Frontières, et visiter des endroits tout à fait insolites !

    Le rallye se fait en voiture, sans aucune notion de vitesse, à plusieurs de préférence. Chaque participant recevra un roadbook, avec tout le tracé à parcourir dans la région.

    C'est très facile, amusant, et tout à fait accessible aux novices.

     

    Inscriptions via le site internet : http://www.plombieres-village.be
    Tarif individuel
    Adulte: 45 €
    Enfant: 20 €

    Organisation : ASBL Comité de gestion du Vieux Couvent et de la maison Orval de Plombières-Villages

  • Une manif pour l’école de Sippenaeken

    Joseph Austen a annoncé qu’une solution semble être trouvée pour la maintenir ouverte.
    Le village de Sippenaeken était en ébullition ce mercredi soir. Environ 150 villageois, venus pour certains en tracteur, s’étaient rassemblés pour protester contre la fermeture annoncée de l’école maternelle. Alors que la tension et la colère étaient palpables envers les autorités communales, Joseph Austen, le bourgmestre f.f.a annoncé qu’une solution semble avoir été trouvée pour maintenir l’établissement ouvert.
    La saga de l’école maternelle de Sippenaeken fait encore couler beaucoup d’encre. Alors que le collège communal a annoncé, le 23 septembre dernier, la fermeture de l’établissement, au 1er octobre, les villageois se sont mobilisés pour faire entendre leur mécontentement. À grand renfort de calicots et de coups de sifflet, c’est avec des huées qu’ils ont accueilli les autorités communales.
    Depuis plusieurs mois, ils se sont mobilisés pour trouver les élèves nécessaires à la survie de l’éta- blissement.

    EN CONGÉ DE MATERNITÉ LA BOURGMESTRE S’EXPLIQUEE085411B-6B32-444B-A97E-171F0D6AE0EB.jpeg
    Ils n’acceptent donc pas que leur école soit fermée parce qu’il manque une demi-journée de présence à un élève. « Une erreur humaine a été commise lors des comptages et nous n’avons été informés de la situation que tardivement. Nous aussi, nous avons le sentiment d’avoir été trahis », a indiqué
    Marie Stassen, la bourgmestre officiellement en congé de maternité. La jeune femme a tenu à venir expliquer aux villageois, la situation et toutes les démarches qui ont été entreprises, depuis plusieurs mois par la commune, pour tenter de sauver l’établissement qui était plus que jamais en sursis.
    Alors que la colère et les tensions étaient vives, Marie Stassen a reconnu des erreurs de communication dans le chef de la commune et des manquements au niveau de la direction de l’école.

    DES MANQUEMENTS DE LA DIRECTION
    « Je regrette amèrement un certain opportunisme politique qui a voulu nous monter les uns contre les autres depuis un certain temps déjà alors que l’objectif était commun », a souligné, au bord des larmes, la bourgmestre enceinte.
    Elle a ensuite annoncé qu’un accord verbal avait été obtenu auprès de la ministre Marie-Martine Schyns, en vue d’obtenir une dérogation et de maintenir l’école ouverte. En attendant une décision de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Joseph Austen, le bourgmestre faisant fonction, a annoncé que la commune organiserait l’enseignement dans cette école sur fonds propres. C’est cela qui fera l’objet d’un conseil communal extraordinaire, ce jeudi.
    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 26 septembre 2019

     

  • Pierre-Yves Jeholet intervient auprès de la ministre Désir

    L’opération sauvetage in extremis de l’école de Sippenaeken se poursuit. Avec Pierre-Yves Jeholet, le ministre-président de la Communauté française qui a été sollicité par les villageois. Le libéral hervien confirme être intervenu : « J’ai demandé à Caroline Désir (ndlr : la ministre PS de l’Enseignement obligatoire) d’examiner la situation. Les règles sont les règles, mais on est quand même dans un cas particulier. Je n’ai pas vérifié l’ensemble du dossier, mais s’il s’agit bien d’une demi-journée manquante et si l’on considère la forte mobilisation des parents, je crois qu’on peut dire qu’on est dans un cas de force majeure. On a même fait revenir des parents partis en vacances. On est passé de 7 élèves à 8, puis 12 et il y a eu beaucoup de démarches. On comprend la tristesse des enfants et des parents. La commune elle-même avait annoncé que l’école allait être fermée. J’ai demandé qu’on analyse le dossier, mais je n’ai pas encore obtenu de réponse. Je suis attentif à l’ensemble des démarches qui ont été effectuées. »

  • Chaises musicales au conseil communal de Plombières

    Le conseil communal de Plombières se réunira le mercredi 2 octobre à 20 heures.

    Un pré-conseil (ouvert à la participation du public) se réunira à 19 heures et il sera consacré au plan communal en faveur de l’énergie durable et du climat.

    Le conseil commencera par la démission d’une conseillère communale. C’est Jessica Petit qui démissionne pour raisons professionnelles (elle a accepté un CDI comme éducatrice dans un centre où elle travaille le soir et la nuit) et ne pourra donc plus participer à des réunions communales.

    C’est Manon Toussaint, présidente de la JRC de Hombourg, qui la remplace (elle était la première suppléante avec 392 voix) jusqu’à la fin de la législature.

    Comme Marie Stassen a pris son congé de maternité et qu’elle est remplacée par Joseph Austen comme bourgmestre faisant fonction jusque fin décembre et que Davina Houbben est entrée au collège comme échevine pour 3 mois avec une entrée en matière remarquée (JT de 13 h ce jour avec l’école de Sippenaeken), c’est Albert Stassen qui remplacera Marie au Conseil communal pendant les mêmes 3 mois (c’est d’ailleurs la seule fonction qu’Albert Stassen peut assumer vu que Marie est sa fille, il est en cas d’incompatibilité avec elle). Ce n’est pas la première fois qu’elle est ainsi remplacée par un membre de sa famille. Quand sa fille Adèle est née, c’est Jean-Pierre Lambiet, son beau-frère, qui était le 1er suppléant et qui l’a remplacée pendant 3 mois.

    Ordre du jour complet.

  • Le club rendra hommage à Mathieu

    7A004602-5E87-4181-9A49-A2BD96BC1F62.jpegC’est avec une grande tristesse que le club de Hombourg a appris le décès de l’un des siens ce dimanche en début d’après-midi. Alors qu’il quittait ses amis de la réserve dont il est le délégué, le jeune Mathieu Crutzen, 22 ans seulement, a perdu le contrôle de son véhicule dans un virage alors qu’il se rendait au patro. « Je ne sais pas si c’est un moment d’inattention ou autre chose. En tout cas, il n’avait pas bu », rapporte Henri Stassen, le président d’Hombourg qui, à l’image de tout le club, est évidemment bouleversé par la perte du jeune. « Un malheur comme celui-là ne peut laisser personne indifférent. Mathieu n’était là que depuis 2/3 ans, il avait suivi ses amis de la réserve et en était devenu le délégué. Il avait pas mal d’amis dans le club », expose Henri Stassen.
    Le club de Hombourg a d’ailleurs décidé de rendre hommage à Mathieu Crutzen dans les prochains jours. Tout d’abord, le club se rendra à la veillée organisée par la famille ce jeudi. « Il y aura les joueurs de la réserve mais on a lancé le message pour qu’un maximum de joueurs s’y rendent », an- nonce le président qui tient également à ce que toutes les équipes du club fassent une minute de silence lors des rencontres de ce week-end. Une façon pour Hombourg de rendre un dernier hommage à ce jeune. « On essayera également de porter haut les couleurs du club lors des rencontres. Pour lui », conclut Henri Stassen.

    LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 25 septembre 2019