• Le matchs de ce dimanche à 14 h30

    P2C

    Sart A - Hombourg A

    Tr. Frontières - FC Eupen A

    P4F

    S.R.U Verviers - Hombourg B

  • On payera plus cher pour les poubelles

    Le conseil communal de Plombières, de ce jeudi soir, était en grande partie consacré à la fiscalité. Si les principales taxes, à savoir l’IPP et les centimes additionnels au précompte restent inchangées avec respectivement 7,3 % et 2.500 centimes additionnels, quelques hausses sont prévues. En voici quelques-unes qui seront modifiées.

    La taxe poubelle reste inchangée mais on payera plus

    Si le montant de la taxe reste inchangé et s’élève toujours à 75 € pour une personne isolée et à 135 €pour un ménage de 4 personnes et plus, le nombre de kilos de déchets résiduels inclus dans la taxe diminue. En 2020, il sera de 35 kilos contre 40 actuellement. Autre nouveauté : les kilos supplémentaires coûteront eux plus chers. De 0,35 € actuellement, ils s’élèveront à 0,45 € l’année prochaine. Pour les déchets verts, on passera de 20 à 25 kilos inclus dans le forfait. Pour les bons trieurs, qui n’auraient pas atteint le quota de déchets résiduels, le solde restant pourra être attribué aux déchets organiques.

    « Intradel a augmenté son coût vérité, ainsi nous devons le répercuter sur les contribuables », explique Davina Houbben, l’échevine f.f. en charge de l’Environnement. Elle explique par ailleurs que les Plombimontois ne sont pas vraiment des champions du tri. « Avec une moyenne de 67 kilos par personne, ce n’est pas terrible… Et même ceux qui respectent leur quota avec 35 kilos peuvent faire mieux ».

    Les taxes sur les par celles non bâties augmentent en 2020

    Les propriétaires de parcelles non bâties seront également davantage taxés en 2020, qu’en 2019. Les montants varient en fonction de la localisation du terrain mais en augmentant ainsi les taxes, la commune espère lutter contre la spéculation. L’épargne ne rapportant plus rien, certaines personnes qui ont un peu d’argent de côté ont tendance à acquérir des terrains dans l’objectif de les revendre plus tard et d’en dégager une plus-value. « Cela met en difficulté les jeunes qui voudraient acheter un terrain et s’installer sur le territoire de notre commune », expliqué Joseph Austen. Du côté de l’URP, dans l’opposition, on déplore cette taxe qui pourrait aussi concerner les familles qui conservent des terrains pour leurs enfants.

    La taxe sur les chevaux et les poneys d’agrément augmente également

    Pour les propriétaires de poney et de chevaux d’agrément, la taxe va aussi augmenter. Alors qu’elle s’élevait à 40 € pour les chevaux et 13 € pour les poneys, elle sera portée à 40 € et 20 €. Joseph Austen, l’échevin en charge de l’Agriculture a notamment indiqué que les chevaux de trait n’étaient pas concernés par cette taxe. « Même si elle ne sera pas dissuasive avec cette taxe on souhaite que de grands manèges avec de nombreux chevaux d’agrément ne viennent pas s’installer sur le territoire de notre commune et y occuper des parcelles qui pourraient être utiles aux agriculteurs qui ont besoin de fourrage pour leur bétail ».

    Taxe de 0,25 € par personne et par nuit pour les mouvements de jeunesse

    Si la taxe concernant les logements non affectés à la résidence principale n’est pas modifiée, notons tout de même qu’à partir de 2021, les mouvements de jeunesses qui séjournent sur le territoire de la commune devront s’acquitter d’une taxe de 0,25 € par jour et par personne. Une nouvelle taxe qui, pour l’opposition, pourrait avoir des répercussions sur les mouvements de jeunesses mais aussi les familles qui n’ont pas toujours les moyens.

    La délivrance d’un passeport coûtera plus cher sur la commune

    Quelques modifications sont à noter au niveau de l’obtention de documents administratifs. La délivrance d’une nouvelle carte électronique sera moins chère pour les moins de 20 ans et les plus de 65 ans. Ce sera 6 euros à la place de 15. Pour les passeports, il faudra débourser un peu plus d’argent : 25 € au lieu de 10 € pour une procédure classique et 30 € au lieu de 12 € lors d’une procédure en urgence.

    Le terrain de golf de Mergelhof devra payer 1.875 € en plus

    La taxe sur les terrains golfs passera de 7.500 € à 9.375 € soit une augmentation de 1.875 €. La commune ne compte qu’un seul terrain de golf, celui de Mergelhof. Répartie sur les adhérents, elle s’élèverait à environ 10 € supplémentaires par personne, selon les calculs de la majorité. Une augmentation qui a fait bondir l’opposition. 

    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 9 novembre 2019

  • UN DÉBILE CE HUGO ?

    Ambiance au conseil communal de Plombières… Alors que la guerre est ouverte entre majorité et opposition, Lucien Locht ne s’est pas privé d’envoyer des piques aux membres URP de l’ancienne majorité. C’est finalement un reportage de la RTBF au sujet du coût des distributeurs de billets qui a mis le feu aux poudres. « Puisque tu nous prends pour des débiles, je m’en vais » a lancé Hugo Ladry qui soupçonnait l’ancien directeur financier de fournir de mauvais chiffres. Un comble pour ce spécialiste des finances.

    De la page "GAFFES, INDISCRÉTIONS ET COUPS DE GUEULE" de LA MEUSE VERVIERS du 9 novembre 2019.

  • Les policiers au vélo électrique

    Soucieuse de la mobilité douce et du contact avec le citoyen, la zone de police Pays de Herve vient d’acquérir trois vélos électriques pour un montant de 10.000 euros. Chaque antenne de la zone, à savoir Herve, Plombières et Welkenraedt, disposera d’un vélo. Ceux-ci serviront principalement aux missions des agents de quartier et aux policiers qui encadreront des événements.

    Si cela fonctionne bien, il n’est pas exclu que la zone achète de nouveaux vélos électriques dans le futur.

    Nouveauté pour la zone de police Pays de Herve. Si la zone dispose déjà de six VTT classiques, dispatchés de manière équilibrée dans chaque antenne de la zone (Herve, Plombières et Welkenraedt), elle vient d’acquérir trois nouveaux vélos électriques. Le tout pour un montant de 10.000 euros.

    Chaque antenne disposera donc en plus de deux VTT d’un vélo électrique. « Dans un premier temps, nos trois antennes auront chacune un vélo électrique », explique Vincent Corman, chef de corps de la zone de police Pays de Herve. « Nous sommes soucieux de la mobilité douce et le vélo est un bon moyen pour intervenir rapidement sur certaines interventions. Ce mode de déplacement est une bonne chose pour faciliter le contact avec le citoyen. Il est plus facile pour celui-ci de pouvoir discuter avec un policier qui circule à vélo plutôt qu’en voiture ou combi. Et puis nous avons une région accidentée. »

    DEUX TYPES DE MISSION

    Avec l’utilisation des vélos électriques, la zone de police a principalement deux types de mission comme objectif. « Ces vélos serviront aux missions des agents de quartier ainsi qu’à l’encadrement d’événements », souligne Vincent Corman. Nous avons déjà procédé de la sorte avec des équipes en VTT lors de la dernière Foire agricole. L’idée est également de permettre à chaque policier de pouvoir prendre ces vélos électriques en fonction de ses besoins. Avec les VTT, l’utilisation était limitée spécifiquement à certains policiers très sportifs. »

  • Margot Parmentier aux Mondiaux de Vélo Trial

    Par la grâce d'un partenariat UCI signé avec une province chinoise, les championnats du monde de VTT trial ont lieu de ce jeudi jusqu'à dimanche à Chengdu. Ce pour la troisième fois consécutive. Deux demoiselles de l'est de la province (Margot Parmentier, 17 ans, de Hombourg et Maurine Sintzen, 16 ans, de Malmedy) y participent. Aux derniers championnats d'Europe, elles ont terminé respectivement 16e et 15e. Leurs classements mondiaux UCI: 13 et 11.

    On notera qu'un troisième provincial sera de la partie avec l'Aqualien Romain Léonard chez les juniors. L'an passé, pour sa première année dans cette catégorie, il avait terminé 5e de ces mondiaux.

  • Inauguration du pré-RAVeL Welkenraedt-Montzen

    Bonne nouvelle pour les amateurs de balades entre Welkenraedt et Montzen. En effet, le pré-RAVeL reliant la gare de Welkenraedt à la rue de Birken à Montzen a été inauguré ce mercredi après-midi. Pour rappel, il était en travaux depuis septembre 2017.

    Ce mercredi après-midi, le préRAVeL reliant la gare de Welkenraedt à la rue de Birken à Montzen a été inauguré. Une très bonne nouvelle pour les Welkenraedtois et les Plombimontois qui étaient réunis cette après-midi.Capture d’écran 2019-11-07 à 09.21.18.png

    Et quoi de mieux pour inaugurer le pré-RAVel que de réaliser une petite balade à vélo ? Les cyclistes ont donc pu tester en primeur la liaison réservée aux usagers non motorisés entre la rue du Château de Ruyff à Welkenraedt et la rue de Birken à Montzen.

    EN TRAVAUX DEPUIS SEPTEMBRE 2017

    « Depuis plusieurs années, la Commune de Welkenraedt s’applique à développer une politique nouvelle en matière de mobilité. Une attention particulière est portée aux usagers doux que sont les piétons, les cyclistes et les cavaliers mais aussi aux infrastructures qui leur sont dédiées. Il est dès lors possible, au départ de la gare de Welkenraedt, de rejoindre le territoire de Plombières et son réseau RAVeL étoffé, via un cheminement sûr et en site propre.

    Ce sont ainsi près de 6 kilomètres qui ont été agencés. Sur ce total de 6 kilomètres, le tronçon inauguré ce jour représente 3,650 kilomètres », expliquait le bourgmestre de Welkenraedt, Jean-Luc Nix.

    Depuis le mois de septembre 2017, la société Marcel Baguette n’a cessé de s’affairer le long de la ligne de chemin de fer n o 39 pour arriver au résultat actuel. Une bonne nouvelle donc pour les amateurs de vélo et de balades ! 

    O.G. dans LA MEUSE VERVIERS du 7 novembre 2019

  • Un label pour moins arroser la 3e mi-temps

    Le label Backsafe va inciter les parents de 7.200 jeunes footballeurs à moins boire lors des matches.

    Le foot, c’est la fête autour du terrain, mais aussi à la buvette avec parfois trop d’alcool. L’Agence wallonne pour la sécurité routière et l’Association des clubs francophones de football signent ce mercredi une convention pour favoriser les retours à la maison en toute sécurité.

    « Les clubs de football drainent énormément de monde. Ce sont des endroits où il y a de l’alcool lors des matches du week-end, mais aussi en semaine après les entraînements. Pour nous, c’était très important d’y étendre le label Backsafe déjà présent dans d’autres événements festifs », souligne Pierre-Laurent Fassin, porte-parole de l’Agence wallonne pour la sécurité routière. Ce mercredi, l’AWSR signe avec l’ACFF, l’Association des clubs francophones de football, une convention pour labelliser une première série de 23 clubs en Wallonie. « Nous avons pris des clubs disposant d’écoles de jeunes assez importantes », précise notre interlocuteur. Toutes les régions de Wallonie sont représentées (notre infographie).

    « En tout, ce projet va concerner 7.216 jeunes formés dans nos clubs, et leurs familles », chiffre Antoine Rustin, responsable des projets sociaux au sein de l’ACFF. Et de constater : « La troisième mi-temps fait partie du folklore. En matière d’alcool, c’est l’un des lieux de sortie les plus complexes à gérer. L’objectif est d’enrayer la consommation excessive. Nous visons particulièrement les parents qui viennent assister au match ».

    L'A.C. Hombourg fait partie de ces clubs.

    D'un article de YANNICK HALLET AVEC P.N. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 novembre 2019.

  • « On retrouve un peu le Hombourg de P1 »

    Thomas Schnackers, qui a connu les hauts et les bas de Hombourg, retrouve un vrai groupe cette année.

    Hombourg ne cesse d’impressionner depuis plusieurs semaines en P2C. Les hommes des cousins Stassen viennent d’enchaîner sept matchs d’affilée sans défaite (19 points sur 21). Une vraie bonne surprise quand on sait qu’ils se sont sauvés de justesse l’an dernier.

    A lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 novembre 2019 un entretien de LOÏC MANGUETTE avec Thomas Schnackers, Capitaine de l’AC Hombourg

  • « Je suis impliqué sur les 2 buts »

    Avec son noyau très restreint, Alexandre Digregorio doit souvent aller puiser dans sa réserve, l’équipe B, qui se trouve tout de même en P2C.

    Ainsi, pour la première fois cette saison, le Montzenois Nicolas Gerrekens (24 ans) était titulaire dans le 3 arrière de l’Union face à Fize. Une première pour lui qui n’avait pas encore évolué en P1.

    « En fait, j’ai commencé le football à Plombières (NDLR : nouvellement appelé Trois-Frontières) et j’y ai joué en première (P3) sous Geoffrey Foguenne et Manu Ruiz Marin, avant de partir à Elsaute… pour une saison blanche ! » En effet, le conseiller commercial s’est déchiré les ligaments du genou lors du tout premier match de championnat avec l’Etoile de Christian Baratte.

    « Du coup, je n’ai pas du tout joué cette année-là et je pensais alors rentrer au bercail, mais comme je connaissais Quentin et Vincent Hubert (le président), qui sont des voisins, ces derniers m’ont proposé de venir retrouver le rythme dans leur équipe B calaminoise qui évoluait aussi en P2. » Et le grand médian montzenois déposait ainsi son sac au stade Prince Philippe. « La saison dernière, j’ai quand même eu 2 titularisations en fin de saison en D3 amateurs, mais en tant que défenseur latéral. En P2, je suis plus un 6 ou un 8, mais Serge Sarlette m’avait posté derrière. »

    BLESSÉ EN AMICAL

    e qu’a également fait Digregorio vu les nombreuses absences dans son noyau. Pourtant, le départ de la saison actuelle n’a pas été évident pour Nicolas. « Lors d’un match amical d’avant saison, je me suis blessé au pied, ce qui m’a tenu à l’écart un mois et demi, soit jusqu’à mi-septembre. J’ai ensuite repris 3 ou 4 matches avec la P2 et me voici pour la première fois en P1, une série que je découvre. Cela va nettement plus vite qu’en P2, mais moins vite aussi que la saison passée en D3 amateurs. Je sais que je dois ma présence au fait qu’il y a pas mal de blessés dans le groupe, mais je fais de mon mieux. »

    Le gaillard espérait avoir un autre début en équipe A… « Oui, je suis impliqué sur les 2 buts. Sur le premier, je suis soi-disant l’auteur du penalty (NDLR : voir notre édition de ce lundi) et sur le second but encaissé, je vais au duel. Je le perds de la tête face à Mayanga. Il a juste touché le ballon. On est tous en retard, le ballon rebondit et Derwael, de la tête, la pousse au fond… »

    Appliqué dans sa relance, Nicolas doit surtout s’adapter tactiquement à une défense à trois, surtout que l’engagement et le rythme sont plus importants qu’en 2C, mais son coach ne l’accablait nullement pour autant et compte bien sur lui pour le futur. 

    PATRICK GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 5 novembre 2019.

  • Le divorce franco-germanophone retardé pour la société Nosbau

    Le divorce plus ou moins à l’amiable entre germanophones et francophones, chez Nosbau, prend du retard. Cela est dû à un envoi tardif de certaines informations en provenance du ministre et de la Société Wallonne du Logement. Mais on évoque aussi la nécessité d’opérer un partage correct des biens.

    On avait prévu un divorce plus ou moins à l’amiable chez Nosbau, à la date du 1 er janvier 2020, à la suite de la dernière réforme de l’État. Mais la société de logements sociaux bilingue, qui couvrait les quatre communes germanophones du nord de l’arrondissement (Eupen, Raeren, Lontzen et La Calamine) ainsi que cinq entités francophones (Aubel, Plombières, Thimister-Clermont, Baelen et Welkenraedt) doit bien constater qu’elle aura du retard par rapport au planning initial. Ce n’est pas de notre faute, souligne-t-on chez Nosbau. Les gouvernements wallon et germanophone étaient pourtant tombés d’accord quant à la scission dès le printemps, mais, indique le président de la société de logements sociaux, le mayeur thimistérien Lambert Demonceau, « on n’a reçu le courrier du ministre Dermagne que le 18 octobre ».

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 5 novembre 2019.